Salon de Genève 2002

BMW CS1

Jean-François Destin le 01/01/2002

BMW persiste et signe en dévoilant à Genève ce que pourrait être la silhouette d'une BMW Série 1 Cabriolet d'entrée de gamme.

Alors que faute de ventes suffisantes, Audi a décide de ne pas remplacer l'A2, BMW persiste et signe en dévoilant à Genève ce que pourrait être la silhouette d'une Serie 1 d'entrée de gamme. Pas facile de sortir d'un design qui plait. A Munich, les stylistes s'arrachent les cheveux en essayant de trouver le coup de fusain qui fera mouche demain tout en gardant l'estampille maison.

Afin de ne pas trop en montrer (la future petite ne sortira qu'en 2004), BMW a choisi d'amener en Suisse un proto cabriolet. L'idée consiste surtout à tester les nouvelles tendances sur le public.

Tout en affichant clairement ses origines, la concept CS1 surprend avec ce large rebord longeant la ligne inférieure des vitres, des bas de caisse galbés et un modelé très net du capot. Arborant un porte à faux très réduit à l'avant comme à l'arrière, la petite BMW reçoit des encadrements d'optiques ciselés avec élégance de chaque côté de la fameuse calandre en forme de naseaux. A l'arrière, le style tranchant (razor edge diraient les américains) se trouve tempéré par un contours des feux un peu mièvre et en tous cas pas très viril ni sportif (il faut savoir plaire à la clientèle féminine).

BMW CS1 BMW CS1

Fluide vue de profil, le proto CS1 va plus loin dans le futur au niveau de l'habitacle. Les éléments légers (dans tous les sens du terme) et rapportés hâtivement en guise de planche de bord ont chassé la belle console centrale jusqu'à peu orientée vers le conducteur qui a séduit les acheteurs depuis près de 15 ans. Pour satisfaire les jeunes, les surfaces tendues de tissu et de cuir remplacent le "mobilier pesant" dixit BMW. Sans condamner à l'avancer, il est clair que cette approche spartiate et pseudo branchée aura bien du mal à s'imposer sous le label BMW même si les tarifs attractifs sont au rendez-vous.

Les plus observateurs auront remarqué que la photo des places avant montre l'implantation de la grosse molette Idrive inaugurée sur la récente Serie 7. Diversement appréciée par les premiers acquéreurs de Serie 7 en raison de la complexité à naviguer dans les centaines de programmes, cette commande unique semble définitivement faire partie du futur de la marque allemande.

Pour l'anecdote, signalons que le CS1 exposé sous le Palexpo de Genève est équipé d'un 4 cylindres 1.8l à distribution Valvetronic développant 115 chevaux et d'une boite manuelle à commande séquentielle avec palettes au volants et levier de vitesses.

BMW CS1 BMW CS1

Avis des propriétaires

Commentaires