Salon de Francfort 2005

RENAULT Egeus

Jean Michel Cravy le 13/09/2005

Tirant les leçons des échecs de l'Avantime et de la Vel Satis, Renault change son fusil d'épaule et épouse la mode très porteuse des SUV routiers.

Voir la vidéo en HD

Comment reprendre pied dans le segment très porteur d'image des véhicules de haut de gamme ? Ces dernières années, Renault avait choisi de prendre le contre-pied des constructeurs allemands, maîtres en la matière, en prétendant les prendre en tenaille en jouant sur la bivalence de son « coupé-space sportif » et de sa très décalée « limousine statutaire ». On a vu le résultat. L'Avantime a été un loupé industriel, sans même parler de son lancement, de son positionnement et de sa communication pour le moins calamiteux. Quant à la Vel Satis, avec ses allures de chaise à porteur, c'est un bide patent et douloureux, au point que le vague restyling opéré il y a quelques mois est passé complètement inaperçu… même Renault n'y a pas cru !

RENAULT Egeus RENAULT Egeus

Avec Egeus (autrement dit Egée, le roi légendaire d'Athènes), Renault entend revoir sa copie et tirer les leçons de ce double échec. Et prendre en considération la mode grandissante des SUV polyvalents. Il était temps. Tous les autres constructeurs (BMW, Mercedes, Volvo, Volkswagen, Porsche, pour n'en citer que quelques-uns) s'y sont mis depuis longtemps, et toujours avec un grand succès.

Patrick Le Quément, le deus ex machina du design Renault, décrit Egeus comme un SUV de haut de gamme pour la ville et pour la route, une sorte de coupé haut qui allie plaisir de conduite, élégance, sportivité. On ne demande qu'à le croire. La vocation d'Egeus n'est donc pas de concurrencer les vrais 4x4 de franchissement, durs au mal. C'est même à peine un SUV, malgré sa transmission variable à 100 % entièrement gérée par l'électronique et sa haute garde au sol. On devrait plutôt parler de crossover, un croisement de genre, bref un organisme génétiquement modifié. Le style d'Egeus devrait préfigurer quelques futures Renault, parmi lesquelles la remplaçante de l'actuelle Laguna.

Loin des outrances « grand siècle » de la Vel Satis, Egeus affiche une silhouette sobre et fluide, bien dans la lignée des derniers concept cars maison (wind, Fluence) qui semble montrer que la sagesse de style est désormais à l'ordre du jour. Des formes sensuelles… et consensuelles. Bien sûr, les portes s'ouvrant en opposition, pour séduisantes qu'elles sont pour la facilité de l'accès à bord, ne seront vraisemblablement pas retenues pour la série, non plus que les grandes roues de 22 pouces. Mais la caisse surélevée est à même de flatter les désirs d'une clientèle qui aime à dominer la route. Et Egeus annonce le retour du hayon à bulle, un thème cher à Renault, depuis la Fuego et la R25. Sous la bulle, la tablette de coffre est réglable électriquement en hauteur, et s'avance vers l'extérieur pour faciliter le chargement.

L'intérieur, qui privilégie les matériaux souples et doux au toucher (le fameux Touch Design cher à Le Quément) est également très sobre et dépouillé comme un loft. Au point qu'il n'y a en tout et pour tout que quatre sièges à bord, de part et d'autres de la poutre centrale qui court tout au long de l'habitacle aux reflets bleutés. Les heureux occupants seront privilégiés par l'espace qui leur est alloué, et pourront parfaire leur bronzage sous l'immense verrière, dans une ambiance très aquatique qui répond au bleu Cythère de la carrosserie. Prévoir les lunettes à UV ! La planche de bord n'a jamais autant mérité son nom : elle est plate comme une plage de solarium, ou, selon Le Quément, comme une raie Manta. La seule aspérité étant une… boussole ! Petite fantaisie bien innocente : lors d'un passage en mode tout terrain, un indicateur d'inclinaison se déploie au-dessus des compteurs, chatoyant comme une boule de noël.

Et le moteur d'Egeus ? Un V6 3 litres de 250 chevaux. Oui mais un diesel ! C'est vrai ? Ils l'ont en magasin chez Renault ? Et la boîte automatique 7 rapports aussi, comme chez Mercedes ? Ou n'est ce qu'une vague promesse qui ne sera jamais tenue ? En fait, Renault n'aura plus qu'à puiser, le moment venu, dans la banque d'organes du partenaire Nissan. Egeus, développé sur une base d'Infiniti FX, devrait être officiellement dévoilé en 2008, deux ans après le petit 4x4 dérivé du futur Nissan X-Trail. En voilà des bonnes nouvelles…

RENAULT Egeus RENAULT Egeus

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de urbi
urbi a dit le 17-03-2013 à 21:10
Avec le recul, certains détails sont passés de mode mais espérons que la formule sera reprise et développée par l'équipe actuelle, il y a des tas d'idées dans ce concept