Salon de Francfort 2005

FORD USA Iosis

Jean-François Destin le 19/09/2005

Sans doute la meilleure surprise du Salon de Francfort 2005, le concept-car Iosis préfigure avec éclat la nouvelle orientation du style Ford.

Voir la vidéo en HD

Sans doute la meilleure surprise d'un Salon de Francfort pauvre en vraies nouveautés, le concept-car Iosis préfigure avec éclat la nouvelle orientation du style Ford. Un savant cocktail où l'on retrouve des traits de la nouvelle Jaguar XK (les feux arrière par exemple) et une silhouette proche de la récente Aston Martin DB9 ! Selon un porte-parole de Ford France, le SAV (Sport Activity Vehicle) attendu au milieu de l'année 2006 sera le premier modèle à reprendre quelques uns des nouveaux traits de Iosis. A mi-chemin entre un break et un monospace, proche en concept du Classe R Mercedes, ce modèle inédit s'insèrera dans la gamme entre la Mondeo et le Galaxy.

Martin Smith, patron du style de Ford Europe estime que Iosis transmet aujourd'hui un message fort : « notre objectif est d'exprimer par le dessin les qualités dynamiques de Ford, explique t-il, car ce concept incarne l'énergie en mouvement ».

Au delà d'un discours toujours un peu conventionnel, cette étude amenée en grand secret à la dernière minute arbore un profil racé et des ligne sculpturales tendues. Le contour ciselé des optiques, les entrées d'air agrémentées autour de la plaque minéralogique d'inserts façon aluminium brossé et la calandre bien insérée à la pointe du capot redéfinissent un visage sportif sans toutefois le démarquer de celui d'autres coupés similaires. L'impression de puissance passe également par des épaulements marqués et des bas de caisse travaillés.

Le motif en trapèze cher à Ford se retrouve sur les spectaculaires jantes de 20 pouces en aluminium poli et anodisé. A l'arrière, on remarque la belle intégration des sorties d'échappement dans le bouclier et un diffuseur central d'extraction d'air. Quant aux quatre portières en carbone, elles s'ouvrent en élytre à partir d'articulations uniques et de vérins motorisés. Une solution élégante à souhait mais trop fragile pour être envisagée en série. Cette disposition a l'avantage de se passer d'un montant central mais pose, in fine, des problèmes de sécurité passive en cas de choc latéral.

A défaut de parler technique (Iosis n'abritant aucun moteur à Francfort), les visiteurs pourront s'extasier sur l'habitacle que le plateau pivotant et incliné mettait en valeur. La forme des sièges et des appuis-tête gainés de cuir orange, le volant, pas tout à fait rond, en alu et cuir, et la commande de boite inspirée de celle des Focus WRC du Championnat du monde des rallyes sont autant de curiosités. Tout comme les minuscules rétroviseurs latéraux en aluminium qui ne dissimulent pas un miroir mais une mini caméra pointée vers l'arrière. Avant de reculer, le conducteur pourra également se servir de l'image transmise au tableau de bord par une troisième caméra dissimulée dans le pare-chocs arrière. Un dispositif déjà commercialisé notamment chez Lexus sur le RX 300.

Sur Iosis, le conducteur disposerait aussi d'un combiné d'instruments à deux cadrans dotés d'aiguilles montés sur amortisseurs comme les chronomètres de précision. Les ouïes de ventilation, agrémentées d'une commande qui ouvre les jalousies à la manière de pétales semblent inspirées des réacteurs d'un avion de chasse. Un gène haute technologie de plus pour rappeler l'exclusivité d'un concept apprécié même par le chancelier Schröder, de visite au Salon, quelques jours avant les élections législatives.

Voir plus de photos

Avis des propriétaires

Commentaires