Salon de Francfort 2001

SAAB 9X

Jean-François Destin le 23/09/2001

Qui n'a pas rêvé de disposer d'un véhicule comme le Saab 9X, pouvant se transformer au gré des circonstances et des besoins?

Qui n'a pas rêvé de disposer d'un véhicule pouvant se transformer au gré des circonstances et des besoins? Avec la 9X, le constructeur suédois tente de répondre à cette interrogation en proposant tout à la fois un coupé, un break, un roadster et un pick-up.

Antony Lo, patron du style de Saab et les spécialistes du centre de conception avancée prétendent même avoir dépassé le stade du prototype puisqu'ils affirment que la 9X dévoilée en première mondiale à Francfort pourrait être rapidement mise en production.

SAAB 9X SAAB 9X

Calandre en aluminium poli

Au départ, la 9X apparaît comme un coupé sportif 2+2 taillé pour la performance. On remarque un vaste pare-brise panoramique très incliné prolongé sur les flancs par des vitres fumées dissimulant les montants. Très Saab, la calandre en aluminium poli s'intègre à une proue lisse et aérodynamique. Les blocs optiques cachent huit phares utilisant la technologie de la fibre optique.

Un panneau de verre fumé s'étend d'un côté à l'autre de l'arrière de la voiture et recouvre jusqu'aux bandeaux de feux arrière et de clignotants. Dépourvue de la moindre aspérité superflue, la 9X ne possède pas de poignées de portes. Elles sont remplacées par un système d'ouverture sans clé télécommandé.

Eclairage diffus

Dans l'habitacle ultra moderne, on découvre quatre sièges baquets, deux à l'avant et deux à l'arrière de chaque côté de l'arbre de transmission. Cuir noir, tissu beige sombre, incrustations d'aluminium satiné sur la planche de bord et éclairage permanent diffus bleu-rouge (!) se marient pour offrir une ambiance feutrée et reposante.

Le design du volant et du court levier de changement de vitesse en forme de manche de pistolet rappelle la vocation sportive du modèle.

En mode Roadster, la 9X fait jouer son système de toit et panneaux coulissant électriquement. On peut même tout enlever y compris l'arceau arrière compte tenu de l'absence d'un hayon traditionnel. Les designers ont également prévu de conserver un maximum de place pour les bagages.

Complexe à industrialiser

En mode Break, les dossiers des sièges sont rabattus pour former un plancher plat de près d'1 mètre et même 1.90m si le dossier passager avant est également replié. Un système d'arrimage monté sur rails permet de transporter sans risques des objets longs ou encombrants comme un vélo ou des skis.

Enfin un mode Pick-up est également prévu par une surface de plancher supplémentaire montée à ciel ouvert à l'arrière de la voiture.

Séduisante dans l'esprit, la voiture caméléon de Saab sera sans doute très complexe à industrialiser et à fiabiliser.

Avis des propriétaires

Commentaires