Salon de Francfort 2001

CADILLAC CTS

Jean-François Destin le 23/09/2001

Partagez

réagir

Après une succession d'études de style destinés à redonner le moral à l'éventuelle clientèle, General Motors a enfin choisi le visage de sa nouvelle Cadillac CTS.

Après une succession d'études de style destinés à redonner le moral à l'éventuelle clientèle, General Motors a enfin choisi le visage de sa nouvelle Cadillac. Porte-à-faux très courts, arêtes vives et haute ceinture de caisse: la CTS arbore une face avant proche de celle du superbe prototype Evoq dévoilé à Détroit en 1999. En vente avant la fin de l'année 2001 aux Etats Unis, la CTS est proposée en Europe et donc en France depuis le printemps 2002.

CADILLAC CTS CADILLAC CTS

Pour Cadillac dont l'image et les ventes n'ont cessé de se détériorer (-16% aux Etats-Unis depuis le début de l'année 2001), il n'y avait plus de temps à perdre. D'autant que le retour de la marque à la compétition d'endurance et notamment aux 24 Heures du Mans s'est soldé par un échec.

Au vu de cette berline racée qui succèdera outre Atlantique à la Catera (en fait une Opel Omega américanisée), l'avenir parait moins sombre car les stylistes ont su marier quelques traits anciens aux nouvelles tendances. Ainsi les phares et feux verticaux, une constance chez Cadillac depuis ....1965. On remarque aussi la grille de calandre frappée du nouveau blason maison surmonté d'une couronne. Sa base en V semble s'appuyer sur un pare-chocs creusé en son centre.

L'arrière arbore un emblème tout en couleurs sur la moulure centrale et un troisième feu stop également en forme de V sur toute la largeur.

Plate-forme inédite
Conventionnel mais luxueux et raffiné, l'habitacle fait appel au cuir et à des incrustations de bois précieux sur le volant, le pommeau de levier de vitesses et les poignées intérieures des portes.

Contrairement à ce qu'ils avaient envisagé, les ingénieurs de General Motors ont renoncé à la traction avant. La berline CTS à en effet été conçue sur une plate-forme inédite baptisé " Sigma " plus adaptée à la propulsion arrière et à la transmission intégrale. Un choix raisonnée pour donner un caractère un tantinet sportif à la voiture d'autant qu'elle disposera en série de toutes les " béquilles " électroniques susceptibles de compenser les maladresse du conducteur.

Au niveau du moteur, Cadillac a monté une version retravaillée du V6 3 litres existant dans la banque d'organes GM. Les techniciens ont diminué la cylindrée (2.6l) et un peu refermé l'angle formé par les deux rangées de cylindres (de 60 à 54ø) afin qu'il trouve sa place sous le court capot de la CTS. Selon GM, sa compacité permettra de le monter tranversalement sur d'autres modèles.

Soucieux de ne pas se louper en matière de finition et de replacer Cadillac parmi les marques élitistes aux Etats Unis et surtout en Europe, General Motors fait construire la CTS dans la toute nouvelle usine de Lansing Gran River (Michigan) ou 560 millions de dollars ont été investis.

Partagez

réagir

Avis des propriétaires

Commentaires