Rétromobile 2009

Compte rendu

Gilles Bonnafous le 11/02/2009

Plateau exceptionnel, lots à plus de 2 millions d'euros, record mondial pour une DS, la vente Bonhams a constitué un succès rassurant dans le contexte économique actuel.

Quel allait être l'impact du contexte économique et financier actuel sur les deux grandes ventes de véhicules de collection organisées à l'occasion de Rétromobile ? Telle était la question présente sur toutes les lèvres à la veille du week-end des 7 et 8 février. Le marché subirait-il les effets de la crise ou la voiture ancienne constituerait-elle une valeur refuge — d'autant que, contrairement à la pierre, elle n'est pas assujettie à l'ISF ?

La réponse apportée par Bonhams lors de sa vacation organisée le samedi 7 février est édifiante : 75% des lots vendus et un chiffre d'affaires réalisé de 11,8 millions d'euros frais inclus. Star de cette vente fleuve (83 véhicules présentés roulants), qui offrait un plateau exceptionnel, la Bugatti 57S Atalante à l'incroyable état d'origine était adjugée 3,1 millions d'euros au marteau. Une autre Bugatti, une Type 18 cinq litres de 1913 carrossée par Labourdette, qui a appartenu jadis à Roland Garros, n'était guère en reste avec 2,2 millions d'euros. Quant au superbe coach profilé James Young sur base 57, il changeait de mains à 272 000 €.

Compte rendu Compte rendu

Citroën était l'autre marque vedette de la vente avec pas moins de douze véhicules inscrits, dont sept DS et ID. Alors qu'un cabriolet Traction restait sur le carreau, loin de l'estimation, la folie s'empara des DS. L'assistance se pinçait pour y croire, un cabriolet 23 IE (certes construit par Chapron à trois exemplaires seulement) montait jusqu'à 300 000 euros au marteau, soit pratiquement le double de l'estimation. Record mondial. Et 45 000 € de plus qu'une Ferrari 275 GTS… Pour la première fois dans l'histoire des ventes aux enchères de voitures de collection, une Citroën dépassait une Ferrari (de haut rang) !

Dans la foulée, un cabriolet 21 Palm Beach par Chapron trouvait preneur à 150 000 €, une berline Majesty Chapron à 75 000 € et une DS 21 Prestige aménagée ex-Philippe Bouvard à 58 000 €. Même une simple berline ID atteignait 30 000 €. Encore plus fort, un break ID, voiture à l'esthétique douteuse, était adjugé 35 000 € ! De quoi donner des regrets à tous les épiciers des années soixante ! Evidemment, toutes ces voitures affichaient un état de présentation impeccable. Par contre, un coupé 19 Le Dandy programmé en fin de vente ne trouvait pas preneur… Enfin, une rarissime SM Opéra, version quatre portes réalisée par Chapron à sept ou huit exemplaires, changeait de mains à 170 000 €.

Autres vedettes de la vacation, une Osca MT4 1,5 litre était vendue au-dessus de l'estimation à 330 000 €, au même prix qu'un roadster 300 SL, tandis qu'une Lancia Aurelia B24 America et un cabriolet Rolls-Royce Silver Cloud II partaient respectivement à 280 000 € et 266 000 €. Mention spéciale pour une émouvante Panhard X73 sortie de grange et pour le Biscooter Voisin n°6 ex-Gabriel Voisin.


Parmi les plus belles voitures non vendues, nous citerons une extravagante barquette Alfa Romeo 1900 Ghia Aigle, le concept car Italdesign Aztec, un somptueux cabriolet Duesenberg J qui fut Best of Show à Pebble Beach, un phaéton Cadillac V12, une Isotta Fraschini 8A, une Maserati 5000 GT Allemano, une Panhard 3,5 litres de 1931 et une exceptionnelle Voisin C7 Lumineuse affichant 32 000 kilomètres d'origine.

Ex-expert de Maître Hervé Poulain, Jean-Michel Cérède avait choisi Bonhams pour présenter à la vente trois voitures extraites de sa collection. La Mercedes 290 W18 cabriolet A et la Bugatti 57 coach Ventoux étaient adjugées sensiblement en dessous de l'estimation, contrairement à la Talbot T14S de 1957.

La vacation s'offrait des moments de détente avec des lots originaux et ludiques. A l'instar de la sirène de l'île Seguin (11 000 €) acquise par la Mairie de Boulogne-Billancourt et d'une collection de camions publicitaires des années cinquante et soixante ayant participé à la caravane du Tour de France cycliste. Des véhicules qui ont fait le spectacle au rez-de-chaussée du hall 7, où se tenait la vente, et dont le plus spectaculaire et l'un des plus célèbres de la caravane du Tour était un Renault R2163 1400 kilos de 1951 carrossé pour le confiseur Le Nain Gourmand (32 000 €).

Une étonnante Simca 1000 Butagaz était adjugée 29 000 € (permis B), tandis qu'à l'inverse, un beau Delahaye 163 D de 1950 carrossé en Belgique par la maison Merk pour le fabricant de papier à cigarettes Rizla ne dépassait pas les 15 000 €. Un Citroën HY carrossé par Le Bastard était préempté à 9000 € par le Musée National du Sport, qui s'est installé il y a quelques mois dans le XIIIe arrondissement.

Compte rendu Compte rendu

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de tursiop
tursiop a dit le 12-02-2009 à 18:23
hormis de bien belles voitures, je suis bien déçu par ce salon (qui m'a quand même couté 13 € ). Moi qui aime les vielles voitures, qui cherche à en acquérir une, il n'y avait rien fait dans ce salon pour un pauvre gars non fortuné comme moi. Certe les voitures vendues pas Bonhams sont chouettes, mais débourser 50 € pour acheter un catalogue et les approcher, c'est dur
avatar de fruzz
fruzz a dit le 12-02-2009 à 17:32
Magnifique salon. Je trouve normal que ces voitures trouvent facilement de nouveaux propriétaires. Prenez l'exemple du tableau d'un grand artiste: même en temps de 'crise' un musée, mécène, ou passionné investira toujours pour, non seulement l'apprécier, mais surtout protéger le patrimoine historique que représente l'objet. C'est la même chose avec ces automobiles; ce sont de magnifiques oeuvres d'art.
avatar de levrino
levrino a dit le 12-02-2009 à 09:07
Le moins que l'on puisse dire c'est que la période est absolument louphoque et complètement désordonnée, où est la crise ? tout est désordonné et frise le ridicule à une époque où tout est remis chaque jour en question. Rappelons nous l'époque où les bons de commande de Ferrari se renvendaient !!! et ce qu'il en est advenu ensuite!!! Que vont devenir des achats à mon sens trés prohibitifs ?