Mondial de Paris 2004

VOLKSWAGEN Golf V GTI

Jean-Christophe Lefèvre le 25/09/2004

La Volkswagen Golf GTI est prise d'inflation dans tous les sens du terme et devrait ravir ses supporters car elle revient malgré tout à ses origines.

Voir la vidéo en HD

Elle est née en 1976 avec 110 ch sous le capot pour une vitesse maxi de 182 km/h et un 0 à 100 km/h abattu en 9,0 s. La Golf « Grand Tourisme Injection » a bien évolué depuis et la cinquième génération fait ses premiers tours de roues sous les projecteurs du Mondial de l'auto à Paris. Aujourd'hui, la Golf GTI est prise d'inflation dans tous les sens du terme et devrait ravir ses supporters car elle revient malgré tout à ses origines : de vraies sensations et des performances de haut niveau qui la replace face à une Renault Mégane 2.0 RS par exemple.

Ainsi, les motoristes ont retenu un moteur original, le 2.0 l essence à injection directe développant 150 ch dans la Golf « standard » plein de douceur et d'allant, pour lui greffer une turbine, ce qui est une grande première dans la production de série. Pour gagner encore des chevaux et du couple, ils ont doté l'ensemble d'une culasse à quatre soupapes par cylindres et double arbre à cames dont l'admission est à calage variable continu et une tubulure d'admission à géométrie variable. Le résultat autorise un rendement très élevé avec un couple très généreux de 280 Nm disponible dès 1 800 tr/mn et jusqu'à 5 000 tr/mn, régime auquel est obtenue la puissance maxi de 200 ch, le compteur étant gradué jusqu'au régime maxi de 8 000 tr/mn. Bref, on s'attend à un agrément de conduite particulièrement élevé avec des courbes de couple et de puissance aussi étendues.

VOLKSWAGEN Golf V GTI VOLKSWAGEN Golf V GTI

Volkswagen annonce pour l'instant une vitesse maximale de 235 km/h, un 0 à 100 km/h en 7,2 s et des reprises de 60 à 100 km/h en 5e en 7,5 s pour une consommation mixte de 8,0 l/100 km. Une relative sobriété malgré la prise de poids qui passe à 1 328 kg à vide, ce n'est pas rien ! Ces chiffres pourront encore être abaissés en optant pour l'excellente boîte robotisée six rapports DSG à double embrayage qui permet un 0 à 100 km/h en 6,9 s et une consommation mixte de 7,9 s. Pour qui a déjà goûté aux délices de cette excellente boîte « auto » à commande séquentielle par palettes au volant ou au levier, difficile de revenir à la boîte mécanique traditionnelle avec sa pédale d'embrayage.

Autre grande première pour cette Golf GTI de cinquième génération, sa face avant est résolument différente de la Golf « normale » avec un dessin de calandre qui n'est pas sans rappeler celui du cousin sportif Audi, ce n'est pas un hasard. Cette grande gueule béante semble être le passage obligé chez les constructeurs aujourd'hui pour signifier performance, musculature et autres poussées d'adrénaline ou de testostérone... On est loin de la discrétion des premières GTI qui n'étaient soulignées que par leur sigle et, pour les connaisseurs, le discret aileron arrière et les jantes larges. Bref, difficile aujourd'hui de passer inaperçu avec cette nouvelle Golf GTI. « Ce nouveau dessin puissant, le spoiler avant intégré sous la calandre et le châssis sport abaissé de 15 mm donne l'impression que la Golf GTI aspire l'air et la route comme une voiture de course », indique le dossier de presse de VW... Pas moins !

Plus sages et plus classiques, les côtés et la face arrière sont repris de la version non sportive et seuls quelques signes distinctifs permettent de reconnaître la GTI : spoiler sur le pavillon, double embout inox de l'échappement et logo. De profil, on notera surtout les jantes alliage de 17 pouces chaussées de pneu en 225/45 au travers desquelles on aperçoit les étriers de freins 16 pouces peints en rouge.

A l'intérieur, le bon goût et le raffinement sont de mises, c'est bien car la Golf 5 de série est triste à mourir lorsqu'on voyage longtemps à son bord : noir, noir, noir ! Ici, les sièges GTI moulants sont recouverts d'un tissu thermoactif de nouvelle génération dont le motif est directement inspiré de la première génération de Golf GTI, un bel hommage. On retrouve aussi le volant à trois branches et décor alu mais il est aujourd'hui gainé de cuir. Le pommeau de levier de vitesses est en alu avec des incrustations d'alu brossé et un pédalier lui aussi en alu. Les compteurs ont droit eux aussi à des cerclages en alu. Autre caractéristique : le ciel du pavillon de toit est de couleur noire.

Le châssis a donc été abaissé de 15 mm mais il faut aussi noter que la direction électromécanique, déjà fort agréable et précise sur les autres versions de Golf, a été recalibrée pour un meilleur ressenti. On notera aussi que le toucher de route devrait être redoutable car les trains roulants sont renforcés (barres stabilisatrices) et l'essieu arrière multibras sera à la fête pour un guidage de haut niveau. Les pilotes chevronnés apprécieront pour leur part l'affichage du contrôle de la pression des pneus ainsi que le paramétrage particulier de l'ESP, censé intervenir très tardivement dans les situations acrobatiques. L'antipatinage ASR étant lui déconnectable par un bouton sur la planche de bord.

Commercialisée en novembre 2004, cette nouvelle Golf GTI perpétuera l'esprit GTI initié par Volkswagen en 1976 et qui permit de produire pas moins de 1,5 million d'exemplaires de cette bombinette, y compris les fameuses versions controversées turbodiesels 1.9 TDI de 110 ch en 1996. Chacun appréciera le fait que la nouvelle GTI soit d'abord lancée en 2.0 l turbo essence de 200 ch, loin des 2.0 l TDI de 140 ch de la Golf de Monsieur Tout le Monde.

VOLKSWAGEN Golf V GTI VOLKSWAGEN Golf V GTI

Avis des propriétaires

Commentaires