< retour

Mondial de Paris 2002

VOLKSWAGEN Touareg

Jean-François Destin le 28/09/2002

Avec sa garde au sol généreuse, le Volkswagen Touareg ne se contente pas d'être à l'aise en tous chemins.

Voir plus de photos

Volkswagen signifie comme chacun sait voiture du peuple. Plus d'un demi-siècle après la sortie de la Coccinelle qui symbolisait si bien cette démocratisation du transport individuel d'après guerre, ce slogan n'a plus cours. Le SUV (Sport Utility Vehicle) Touareg tout comme l'impressionnante berline Phaeton exposée en première mondiale au Salon de Paris, ne s'adresse pas vraiment à Monsieur tout le monde mais à une élite qui roule déjà en Range Rover, en Mercedes ML ou en BMW X5.

Pour se venger de Mercedes qui a osé défier les marques généralistes sur leur terrain avec la Classe A, Ferdinand Piëch qui régna sans partage sur le groupe allemand (il reste aujourd'hui au conseil de surveillance) a décidé d'amener VW dans les segments de prestige. En particulier dans la niche en forte croissance des " off-road de loisirs " (200.000 unités attendues en Europe en 2004 et 400.000 aux USA). Cette niche permet actuellement à Mercedes et à BMW de surfer sur le succès avec respectivement le ML et le X5, tous deux de surcroît fabriqués aux Etats Unis.

Disposant d'une réserve financière considérable (la stratégie de la rationalisation à outrance entre les quatre marques -VW, Audi, Seat, Skoda- a bien fonctionné), Piëch a également fait jouer ses liens familiaux pour étudier et mettre au point ce nouveau SUV en collaboration avec Porsche. Un atout majeur pour rassurer une clientèle exigeante.

Certes, s'ils bénéficient de gènes communs, le Porsche Cayenne (également dévoilé à Paris) et le Touareg possèdent chacun leur personnalité. Si le premier nommé devrait établir, grâce à ses puissants V8, des nouveaux standards de performances dans la catégorie, le Touareg plutôt mieux emballé hérite entre autres du diesel de série le plus puissant du monde. Dès le 14 novembre prochain, les premiers acheteurs français pourront en effet s'offrir un Touareg équipé d'un …V10 (10 cylindres) TDI de 5 litres de 313 chevaux au couple phénoménal de 750 Nm dès 2000 tours minutes !
Un cœur de star permettant de rouler à 225 km/h, de passer en 7,8 secondes de 0 à 100 km/ et de ne consommer en moyenne que 12, 2l aux cent.

Quand on sait que le diesel concerne 70% des SUV de luxe vendus en Europe, le Touareg va débarquer sur le marché avec un avantage unique même vis à vis de son cousin de Stuttgart. En entrée de gamme (si l'on peut dire), le client pourra aussi opter pour un V6 essence de 220 ch. Plus tard devrait être proposée une version 2.5l TDI 5 cylindres de 170 chevaux.

En équipant le Touareg V10 TDI d'une suspension pneumatique (celle de la Phaeton), Volkswagen ne s'est pas contenté d'assurer sur route un confort et des performances de référence. Voulant véritablement atomiser la concurrence, VW l'a pourvu d'une transmission intégrale 4XMOTION évoluée. Cette dernière dispose de trois différentiels (avant, central et arrière) à blocage électronique, d'une boite transfert et d'une répartition permanente idéale de la puissance moteur en fonction des difficultés rencontrées et du niveau d'adhérence.

Le Touareg au nom si évocateur pourra aussi traverser des gués profonds de 500 mm (et 580 mm en présence de la suspension pneumatique) et supporter des angles d'attaque de 45° et des angles de dévers de 35°).

En série sur la version V10 TDI, la suspension pneumatique permet d'optimiser le comportement routier par un abaissement automatique du châssis de 215 à 190 mm lorsque la vitesse atteint les 125 km/h. A 180 km/h, la hauteur de caisse se cale automatiquement à 180 mm. Indépendamment, d'autres assiettes peuvent être activées à la main.

Traité avec luxe et raffinement (si l'on en juge par la finition exemplaire des modèles exposés au Salon de Paris), le Touareg conjuguera le cuir, l'aluminium et le bois précieux pour son habitacle, l'équipement multimédia étant repris intégralement de la Phaeton.
Les prix, non communiqués, devraient tourner aux alentours de 45.000 euros pour la version V6 et 65.000 euros pour le V10 TDI. Le futur 5 cylindres TDI qui constituera l'essentiel des ventes devrait coûter 40.000 euros.

Avis des propriétaires

Commentaires