Saga Rolls-Royce

Le célèbre slogan « Best car in the world » reflète l’exigence du créateur de la marque. Tout au long de sa brillante carrière, Henry Royce fera preuve d’une compétence à la hauteur de son angoisse de perfection.

sommaire :

ROLLS ROYCE Les Phantom BMW

Gilles Bonnafous le 15/07/2008

Partagez

réagir

Lancée en 2003, la Phantom de l’ère BMW possède un statut différent de la série des six modèles produits de 1925 à 1991 par la marque sous pavillon britannique. Alors que ces derniers existaient en version unique à l’intérieur d’une gamme à deux modèles, la nouvelle Phantom est aujourd’hui déclinée en trois versions, berline, coupé et cabriolet, dans une gamme monomodèle — du moins jusqu’à aujourd’hui.

Première de cordée, la berline, qui consacre la renaissance d’un modèle disparu il y a douze ans, est présentée en janvier 2003. Sa gestation a duré quatre ans. Esthétiquement, les dirigeants de BMW et le designer Ian Cameron ont opté pour un look provocant. Haute et massive, la face avant, qui évoque plus la Muraille de Chine que l’aristocratique élégance des Rolls-Royce chères à Mulliner, Park Ward ou James Young, s’avère d’un goût discutable.
Phantom berline
Phantom berline D.R. / Rolls-Royce
Phantom berline
Phantom berline D.R. / Rolls-Royce
Construite sur un empattement de 3,57 mètres, l’imposante limousine se singularise également par ses portes ouvrant en « portefeuille ». Aujourd’hui anachronique, cette disposition se veut fidèle à la tradition des Phantom, paquebots qui étaient exclusivement conduits par des chauffeurs et dont le comportement routier aléatoire n’incitait guère à prendre le volant.

Conçue pour des clients qui aspirent à une voiture exclusive ne ressemblant pas à celles de leurs amis, la Phantom est personnalisable à l’infini, ou presque, grâce au programme Bespoke auquel a recours la majorité des acquéreurs. On a convoqué le meilleur de la technologie allemande : plate-forme et carrosserie en aluminium (à l’exception du couvercle de coffre), V12 de 6,75 litres à injection directe 453 ch et boîte de vitesses automatique à six rapports. Quant au couple de 720 Nm, plus de la moitié de sa valeur est disponible dès 1000 tr/mn. La respectable limousine de 5,83 mètres et 2,5 tonnes accélère de 0 à 100 km/h en 5,7 secondes…
Phantom châssis long
Phantom châssis long D.R. / Rolls-Royce
Série limitée Silver
Série limitée Silver D.R. / Rolls-Royce

C’était une tradition chez Rolls-Royce que de célébrer les anniversaires avec des séries limitées de 25 voitures. La marque en use aujourd’hui abondamment, mais il est vrai qu’elles rencontrent un vif succès auprès de sa riche clientèle. Une jeu pour quelques milliardaires, à l’image des collections de montres de prestige : Phantom du 80e anniversaire de la naissance du modèle en 1925, Phantom Black, toute noire, au dehors comme en dedans, et, dernière en date, Phantom Silver, qui célèbre le centenaire de la Silver Ghost en arborant une livrée argentée.

Après le lancement en mars 2005 d’une version allongée de la berline — l’empattement gagne 25 centimètres —, la Phantom se voit dotée en janvier 2007 du premier élément d’une gamme avec la présentation d’un cabriolet. Il s’agit d’une nouveauté, puisque jamais, dans l’histoire de Rolls-Royce, n’avait existé un modèle décapotable de Phantom (en dehors de quelques commandes très spéciales réalisées à l’unité).
Berline châssis long
Berline châssis long D.R. / Rolls-Royce
Prototype 100 EX
Prototype 100 EX D.R. / Rolls-Royce
Pour célébrer le centième anniversaire de la marque, Rolls-Royce expose au salon de Genève 2004 le prototype 100 EX, clin d’œil aux voitures expérimentales du passé, qui portaient toutes les lettres EX et dont la première fut une Silver Ghost en 1919. Tapi sous le capot, un phénoménal moteur V16 atmosphérique de neuf litres à 64 soupapes…

Hormis son V12 de 6,75 litres emprunté à la berline, le cabriolet lancé en 2006 est proche de son prototype. La voiture offre quelques curiosités intéressantes comme une plage arrière en teck (effet Riva) et un couvercle de coffre s’ouvrant en deux parties. Ou discutables comme les « suicide doors » au (mauvais) goût rétro. Bien que son empattement soit raccourci, elle dépasse quand même les 5,60 mètres.
Phantom cabriolet
Phantom cabriolet D.R. / Rolls-Royce
Phantom cabriolet
Phantom cabriolet D.R. / Rolls-Royce

Un coupé complète la gamme en 2008. Extrapolé de la 101 EX présentée au salon de Genève 2006, il est également plus court que la berline et reçoit des réglages de châssis différents. La suspension est affermie et elle reçoit une barre antiroulis de plus forte section. Le conducteur dispose aussi d’un bouton « sport » au volant, qui commande un programme de la transmission automatique permettant de monter les régimes plus hauts, pour des accélérations plus franches.

La 3000e Phantom de l’ère BMW est sortie de l’usine de Goodwood en juin 2007. Un millésime qui, avec 1010 voitures produites, marque une progression de 25% par rapport à l’année précédente. La tradition revisitée se porte bien.
Phantom coupé
Phantom coupé D.R. / Rolls-Royce
Phantom coupé
Phantom coupé D.R. / Rolls-Royce
article précédent ROLLS ROYCE La saga Phantom

Page précédente
ROLLS ROYCE La saga Phantom

article suivant ROLLS ROYCE Silver Cloud

Page suivante
ROLLS ROYCE Silver Cloud

Partagez

réagir

Commentaires