Saga De Tomaso

Quatrième grande marque italienne de GT à côté de Ferrari, Maserati et Lamborghini, ou firme marginale à l’image d’Iso avec laquelle elle partage le statut d’italo-américaine ? A chacun de se faire son opinion.

sommaire :

Histoire : Alejandro De Tomaso

Gilles Bonnafous le 23/03/2006

Partagez

réagir

Riche hidalgo argentin installé à Modène, Alejandro De Tomaso est un personnage de roman. Héritier d’une immense fortune, il s’en détourne pour se consacrer à sa passion : l’automobile. L’homme n’en est pas moins un industriel avisé et un businessman engagé dans des domaines divers.

D’origine italienne par ses grands parents paternels, Alejandro De Tomaso naît à Buenos Aires le 10 juillet 1928. Son père, un homme politique connu, fut ministre de l’agriculture dans les années trente. Quant à sa mère, elle appartient à l’une des plus anciennes et plus influentes familles d’origine espagnole (XVIe siècle), propriétaire de plus de 100 000 hectares dans la province de San Luis, au pied des Andes.
Alejandro De Tomaso en piste en 1958
Alejandro De Tomaso en piste en 1958 D.R.
Alejandro De Tomaso avec Fangio et Elizabeth Haskell
Alejandro De Tomaso avec Fangio et Elizabeth Haskell D.R.
Etudiant, Alejandro De Tomaso fait partie de groupes anti-péronistes, où il côtoie un certain Ernesto Guevara… Son père étant décédé prématurément, il est promis à la gestion du domaine familial et de la fortune considérable qu’il représente. Mais ça ne l’intéresse pas. C’est un fou de voitures et il rêve de suivre l’exemple des deux grands pilotes argentins que sont alors Juan-Manuel Fangio et Froilan Gonzales.

Alejandro entame une carrière de pilote au milieu des années cinquante, courant sur une Ferrari quatre cylindres et surtout sur des Maserati. En 1956, il termine quatrième des 1000 Kilomètres de Buenos Aires sur une 150 S, qu’il pilote avec Carlos Tomasi. C’est là qu’il rencontre Elizabeth Haskell, une richissime Américaine venue prendre part à la course sur la Maserati qu’elle possède. C’est le coup de foudre ! L’année suivante, ils se marient (pour lui, il s’agit de secondes noces) et partagent le volant d’une Osca 1500 dans la même course.

Toujours en 1957, le couple émigre en Italie et s’installe à Modène, La Mecque du sport automobile, fief de Maserati et Ferrari. Alejandro devient pilote d’usine Osca avec celle qui est devenue Isabelle De Tomaso. On ne saurait dire que le pilote manifeste un très grand talent, mais le petit Argentin au bras de la grande blonde et riche Américaine fait parler de lui et attire l’attention des médias…

Les meilleurs résultats d’Alejandro De Tomaso sont trois victoires à l’indice de performance aux 12 Heures de Sebring 1958 (avec sa femme et Bob Ferguson), aux 24 Heures du Mans 1958 (avec Colin Davies) et à nouveau à Sebring en 1959 (avec sa femme et Bob Ferguson). A chaque fois sur une Osca 750 cm3.
Alejandro De Tomaso et Elizabeth Haskell au Mans 1958 (Osca 750)
Alejandro De Tomaso et Elizabeth Haskell au Mans 1958 (Osca 750) D.R.
Alejandro De Tomaso avec Giorgietto Giugiaro
Alejandro De Tomaso avec Giorgietto Giugiaro D.R.
Mais Alejandro de Tomaso s’oppose aux frères Maserati qu’il estime conservateurs en matière de châssis. Il les pousse à adopter l’architecture à moteur central, dont il est convaincu de la supériorité. Son action aboutit à la création de l’Osca-De Tomaso, un prototype de barquette à châssis tubulaire construite en vue des 12 Heures de Sebring. Mais la voiture ne sera pas prête à temps. Pas plus d’ailleurs que pour les 24 Heures du Mans suivantes. L’affaire en restera là.

En fait, Alejandro de Tomaso veut construire ses propres voitures. En 1959, il fonde sa propre entreprise avec une ambition en tête : égaler Enzo Ferrari… Fidèle à son pays et à ses origines, il dessine pour sa marque un logo très symbolique représentant, sur un fond aux couleurs du drapeau argentin, le fer utilisé pour marquer les animaux dans l’"estancia" de sa grand-mère.

Atteint par la maladie en 1993, Alejandro de Tomaso se séparera de Maserati et de Guzzi au moment où sortira la Guara. Il s’éteindra dix ans plus tard, le 21 mai 2003.
Alejandro De Tomaso
Alejandro De Tomaso D.R.

D.R.

article suivant  Historique De Tomaso

Page suivante
Historique De Tomaso

Partagez

réagir

Commentaires