La Manufacture de Dresde

Inaugurée le 11 décembre 2001, la Manufacture de Dresde est dédiée à la fabrication de la Volkswagen Phaeton.

sommaire :

Un projet très ambitieux

Vincent Desmonts le 16/12/2003

Partagez

réagir

Tout commence au Salon de Francfort en 1999, où Volkswagen présente une « super Passat », baptisée Concept D. Le constructeur ne fait pas grand mystère de ses ambitions : la grande, élégante et discrète Concept D sera commercialisée dans les trois ans. Elle devra concurrencer les grands constructeurs de prestige (BMW, Mercedes, Jaguar, et… Audi !) sur un segment où ils règnent en maîtres absolus : celui des berlines de luxe. A tous ceux qui s’interrogent sur la légitimité d’une telle ambition venant d’un constructeur généraliste tel que VW, le grand patron du groupe, Ferdinand Piëch, aime rappeler qu’Audi était également considéré il y a quelques années comme une marque généraliste sans légitimité dans le haut de gamme. Et puis, pour la Phaeton, le Groupe VW a mis les petits plats dans les grands !

Volkswagen Concept D Volkswagen

V10 TDi de 313 ch Volkswagen
D’abord, la Phaeton ne sera pas construite dans une banale usine, mais dans la « Gläserne Manufaktur » : la Manufacture Transparente ! Un bâtiment tout de verre et d’acier, qui sort de terre en plein centre de la capitale culturelle de l’ex-Allemagne de l’Est : Dresde. Une usine pas comme les autres, où les sols sont recouverts de parquet, où les visiteurs peuvent déjeuner dans un restaurant chic. Elle seule coûtera la bagatelle de 186 millions d’euros !
Sur le plan technologie, la Phaeton n’aura pas à rougir. Ferdinand Piëch profite du renouvellement de l’Audi A8, prévu pour le début 2002, pour mettre en commun un maximum d’éléments techniques. Si l’Audi conserve l’exclusivité du châssis-cage en aluminium, elle devra partager ses moteurs, sa suspension pneumatique inédite et sa transmission intégrale. Quant à l’incroyable V10 TDi de 313 ch présenté sur le Concept D, l’Audi n’y aura tout simplement pas droit.

Mais ce n’est pas tout. A l’automne 2001, les hommes d’Audi apprennent que la prochaine A8 sera présentée, non pas en mars 2002 à Genève comme initialement prévu, mais six mois plus tard, au Salon de Paris. Car, pour Ferdinand Piëch, la Phaeton est archi prioritaire ! Chez Audi, on fait la moue. La rumeur court, insistante : le fier Piëch serait jaloux de la réussite de Franz-Josef Paefgen, le patron d’Audi, qui a fait de la marque aux quatre anneaux une insolente « machine à cash »… Plus vraisemblablement, Piëch souhaite superviser le lancement de la Phaeton, son dernier bébé, avant de quitter la direction du Groupe pour rejoindre le conseil de surveillance. Histoire de partir sur un coup d’éclat…

Volkswagen

Volkswagen
En attendant, les ingénieurs VW rencontrent quelques difficultés. La Phaeton est très lourde, malgré l’emploi d’aluminium pour les ouvrants de la carrosserie. Mais Piëch a insisté pour avoir une qualité de fabrication au top niveau : il faudra donc faire avec… L’équipe du design avance plus vite, et présente en octobre 2001 les lignes définitives de la Phaeton, qui porte alors le nom de code « D1 ». Seule la partie arrière a vraiment changé : le hayon de la Concept D laisse place à une malle apparente traditionnelle. Un mois plus tard, Volkswagen lance la Passat W8, afin d’entamer la montée en gamme de la marque. Sa philosophie est très proche de celle de la Phaeton : c’est une auto confortable, technologiquement raffinée, plutôt luxueuse, mais qui reste très discrète.

La très grande Volkswagen est officiellement lancée à l’occasion du Salon de Paris en octobre 2002. Deux moteurs sont disponibles : un V6 3.2 de 241 ch (en traction uniquement) et le W12 6.0 de 420 ch associé à la transmission intégrale. Les tarifs sont plutôt compétitifs pour le segment : la version W12 s’affiche à 110 000 euros, quand une Mercedes S600 coûte près de 130 000 euros. Performante, dotée d’un châssis efficace et d’une insonorisation très soignée, la Phaeton W12 possède tous les équipements d’une limousine de renom. Seuls ses sièges et sa suspension un peu fermes viennent ternir le tableau… ainsi qu’un freinage dont l’endurance est mise à rude épreuve par les 2,3 tonnes à vide de l’engin !

Volkswagen

La version V10 TDi est lancée au printemps 2003, suivie à la rentrée par une version V8 4.2 de 335 ch. Mais malgré cette gamme complète, les ventes ne décollent pas. En France, seulement 122 Phaeton ont été immatriculées entre janvier et septembre 2003. Au même moment, Mercedes a vendu 916 Classe S, BMW, 630 Série 7 et Audi, 405 A8. Seule la confidentielle Lexus LS430 fait pire. Arrivé tardivement, le gros moteur diesel ne représente que 31% des ventes (78% chez BMW). Quant à la splendide Manufacture Transparente, elle tourne toujours au ralenti : une trentaine de Phaeton en sortent quotidiennement, alors que l’usine peut produire 150 voitures/jour !

Volkswagen

Volkswagen
La Phaeton vient d’être lancée en version longue aux Etats-Unis. Si ce marché – le premier au monde en matière de haut de gamme – renferme les derniers espoirs de Volkswagen, il est aussi particulièrement difficile pour les constructeurs européens ces temps-ci, du fait de l’euro fort qui pénalise les exportations. Volkswagen se voit donc contraint d’y brader la Phaeton, en attendant un hypothétique rééquilibrage des taux de change.

Vu les investissements consentis pour le lancement de la Phaeton, Volkswagen peut difficilement faire machine arrière. Le géant automobile peut se consoler avec le Touareg qui, lui, rencontre le succès. Malgré tout, les ambitieux rêves de Ferdinand Piëch auront coûté bien cher à Volkswagen…

Volkswagen Phaeton version longue Volkswagen
article précédent  La Manufacture en chiffres

Page précédente
La Manufacture en chiffres

article suivant  Visite guidée de la Manufacture

Page suivante
Visite guidée de la Manufacture

Partagez

réagir