Essence ou Diesel : comment faire le bon choix ?

Longtemps grand favori des automobilistes français, le diesel souffre, depuis trois ans, d’un certain désamour. Faut-il pour autant, comme voudraient nous le faire croire certains politiciens, en finir avec ce carburant ? Nous dressons un état de la situation actuelle afin que vous puissiez, lorsque viendra l’heure de changer de voiture, faire le meilleur choix.

sommaire :

Être un gros rouleur ne suffit pas

Cédric Morançais le 23/06/2015

Partagez

réagir


Mic
Vos calculs sont faits et vous avez désormais la certitude que vous roulez suffisamment pour pouvoir amortir un véhicule diesel ? Avant de vous engager définitivement pour un tel modèle, il reste toutefois de nombreux points à éclaircir afin d’éviter de voir exploser votre budget. Selon votre usage, vous pouvez en effet vous exposer à de couteuses pannes. En moyenne, il faut tabler sur 2 000 € pour le remplacement d’un turbo, 600 € pour un injecteur, 400 € pour une vanne EGR, 1 200 € pour un filtre à particules…

Pour éviter ces pannes, il est primordial d’utiliser au minimum son moteur à froid. Et c’est là que le bât blesse pour la majeure partie des automobilistes. En effet, un bloc diesel nécessite environ 20 kilomètres pour atteindre sa température optimale de fonctionnement. La répétition de petits trajets peut donc se montrer destructrice pour le moteur au bout de seulement quelques dizaines de milliers de kilomètres. De son côté, le filtre à particules nécessite d’être régulièrement décrassé. Pour y parvenir sans passer par un atelier, il faut effectuer, sans interruption, entre 15 et 25 kilomètres à un régime supérieur à 2 500 tr/mn. Autrement dit, il n’y a quasiment qu’un parcours effectué sur une autoroute dégagée (pas besoin de rouler au-dessus de la limitation de vitesse, il suffit de rétrograder un ou deux rapports pour atteindre le régime adéquat) qui puisse permettre d’y parvenir. Un exercice contraignant à répéter au minimum deux fois par mois pour les autos ne roulant quasiment qu’en ville… et qui ne suffit pas toujours à éviter les pannes, comme peuvent en témoigner de nombreux possesseurs de diesel.

En résumé, si la quasi-totalité de vos trajets représentent plus de 20 kilomètres et qu’ils sont effectués sur des axes dégagés, vous avez le profil idéal pour rouler au diesel. Et ce, même si vous résidez dans un grand centre urbain. En effet, limiter, voire interdire, la circulation des voitures diesel neuves, qui sont désormais presque toutes labellisées Euro VI, serait totalement injustifié sur le plan sanitaire tant les normes actuelles sont contraignantes quant à la limitation des rejets de particules et d’oxydes d’azote.
article suivant  Le diesel, pas toujours plus économique

Page suivante
Le diesel, pas toujours plus économique

Partagez

réagir

Commentaires