World Series Renault

Les World Series by Renault poursuivent leur route à travers l’Europe avec un engouement confirmé du public et des collectionneurs de la marque au losange.

sommaire :

RENAULT Dauphine 1093

Gilles Bonnafous le 25/07/2005

Partagez

réagir

La Dauphine 1093 que nous vous présentons appartient à Renault Histoire et Collection, qui l’a acquise en 1997. La voiture venait alors de Toulouse où son ancien propriétaire l’avait entièrement restaurée dans le strict respect de l’origine. La voiture participe aujourd’hui à de nombreuses manifestations, à l’image du Rallye des Belles et naturellement aux Renault World Series. Au Mans, elle était confiée aux mains expertes de Jean Vinatier.
Jean Vinatier et la Dauphine 1093
Jean Vinatier et la Dauphine 1093 G. Bonnafous
RENAULT
G. Bonnafous
Modèle survitaminé destiné à dynamiser l’image de la Dauphine, la 1093 apparaît à la fin 1961. Conçue pour la compétition par la Régie Renault et son service course dirigé par François Landon, elle est extrapolée de la Dauphine Gordini, version légèrement plus puissante de la Dauphine apparue au salon de Paris 1957. La voiture est aussitôt homologuée dans la catégorie A (voitures de tourisme de série) par la Fédération Internationale de l'Automobile.
RENAULT
G. Bonnafous

La 1093 est aisément identifiable à sa livrée blanche barrée de bandes bleues disposées dans l'axe de la voiture. Autre trait qui la différencie de la Dauphine normale, elle reçoit de grands phares Cibié Sealed Beam de 180 millimètres de diamètre. A l’intérieur, un compte-tours a été ajouté à la gauche du volant, à la place de la boîte à gants, tandis que les graduations du tachymètre montent jusqu'à 180 km/h ! Un nombre très optimiste…
RENAULT
G. Bonnafous
RENAULT
G. Bonnafous
Sous le capot, les ingénieurs de la Régie ont doté la culasse (rabotée) de soupapes spéciales et de pistons bombés. Quant à la distribution, elle bénéficie de pignons plus larges et d’un arbre à cames spécifique. Les améliorations mécaniques portent encore sur l’alimentation grâce à un gros carburateur Solex. Les tubulures d’admission et d’échappement sont signées Autobleu.

La structure reçoit des renforts sur les longerons et la traverse avant, ainsi qu’une barre anti-rapprochement et une barre antiroulis. La suspension est également durcie grâce à des ressorts spéciaux. Avec ses quatre tambours, le freinage n’est pas le point fort de la voiture — mais des disques seront homologués à partir d’octobre 1963.
RENAULT
G. Bonnafous
RENAULT
G. Bonnafous

La victoire la plus célèbre de la 1093 — et la seule de première importance — est le triomphe remporté au Tour de Corse en novembre 1962. Pilotée par Pierre Orsini et Jean Canonicci, la voiture gagne devant deux autres 1093 confiées aux équipages Santonacci-Santonacci et Consten-Le Guézec. Elle glanera maints succès de classe dans de nombreuses épreuves, dont le Critérium des Cévennes, les Routes du Nord, le Neige et Glace, le Rallye des Fleurs, etc.
RENAULT
G. Bonnafous
RENAULT
G. Bonnafous
Au cours des années soixante, nombreux sont les pilotes réputés qui ont fait leurs débuts au volant de la 1093. On citera notamment Jean-Pierre Nicolas, Gérard Larrousse, Claude Ballot-Léna, Henri Pescarolo, Guy Chasseuil et Jean-François Piot.

Construite en 1962 et 1963 à plus de 2100 exemplaires, la 1093 est une voiture amusante et un modèle rare, surtout si on la compare aux plus de deux millions de Dauphine produites.
article précédent ALPINE A110 GT4

Page précédente
ALPINE A110 GT4

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de dauphine 44
dauphine 44 a dit le 30-10-2011 à 18:46
Bonsoir, je restaure une dauphine et je rechreche des conseils pour la restaurée. dauphine44