World Series Renault

Les World Series by Renault poursuivent leur route à travers l’Europe avec un engouement confirmé du public et des collectionneurs de la marque au losange.

sommaire :

ALPINE A110 GT4

Gilles Bonnafous le 22/07/2005

Partagez

réagir

Passionné de Renault, Marc Vanderbeck, un collectionneur d’outre-Quiévrain, possède un bel ensemble de modèles de la marque au losange. Est-ce pour se faire pardonner d’habiter Waterloo ? Toujours est-il qu’outre l’A110 GT4 que nous vous présentons, son garage abrite une R8 Gordini (en cours de restauration), une R5 Turbo, une Collorale, ainsi qu’une R8 normale et un buggy Apal également à mécanique R8.

Présenté au salon de Paris de 1962, le coupé Alpine A110 GT4 est un modèle beaucoup moins connu que la berlinette, dont il apparaît pourtant très proche. Il succède à l’A108 2 + 2, dont il se veut une évolution plus habitable et esthétiquement plus convaincante grâce à sa partie arrière redessinée.
ALPINE
G.Bonnafous
ALPINE
G.Bonnafous
Par rapport à la berlinette, l’empattement a été allongé de 17 centimètres pour offrir quatre places avec une banquette arrière. A l’instar de son illustre sœur, la GT4 est construite sur un châssis poutre. Avec une différence toutefois : il n’est pas scellé mais seulement boulonné. La carrosserie en polyester provient des ateliers Chappe et Gessalin.

D’abord motorisée par le 956 cm3 à cinq paliers de la R8, la GT4 hérite en 1965 du 1108 cm3 de la Caravelle. Elle recevra ensuite tous les moteurs de la berlinette à l’exception du 1500 cm3 et du 1600 cm3. Construite jusqu’en 1969, elle sera fabriquée à environ deux cents exemplaires. Il en reste aujourd’hui une cinquantaine, dont une douzaine en Belgique.
ALPINE
G.Bonnafous
ALPINE
G.Bonnafous

Son A110 GT4, un millésime 1965, Marc Vanderbeck l’a acquise en 1996 lors de la manifestation organisée à Aubevoye pour commémorer le quarantième anniversaire de la 4 CV. Proposée par un marchand, la voiture avait été accidentée et se trouvait à l’état d’épave — toute la partie antérieure était défoncée. Le chantier de restauration durera trois ans.

Tout sera remis à neuf. L’Alpine sera déshabillée et la caisse désolidarisée du châssis. La partie avant sera coupée et remplacée par un élément moulé sur une autre GT4. Quant à la lunette arrière, aux pare-chocs et aux bulles des phares, toutes pièces de carrosserie spécifiques à la GT4 qui sont introuvables, elles seront fournies par l’Association des Alpine du Nord qui les fait refabriquer. Ceci mis à part, tout sur la voiture est d’origine, le moteur, la boîte vitesses, l’intérieur, etc.
ALPINE
G.Bonnafous
ALPINE
G.Bonnafous
La mécanique — le 1108 cm3 — a également été entièrement refaite, la culasse polie et le bas moteur équilibré. Un carburateur Weber horizontal de 40 millimètres a été installé. Ceci permet de tirer un contingent de chevaux supplémentaires, le quatre cylindres offrant de l’ordre de 80 ch contre 66 ch à l’origine.

Marc Vanderbeck a assuré lui-même la totalité des travaux, à l’exception de la peinture. Il roule au volant de son Alpine depuis 2000, dont il se plaît à souligner l’agrément de conduite. Plus spacieuse et plus confortable que la berlinette, la GT4 jouit également d’un comportement routier plus stable et moins pointu grâce à son empattement allongé.
ALPINE
G.Bonnafous
ALPINE
G.Bonnafous
article précédent ALPINE A108

Page précédente
ALPINE A108

article suivant RENAULT Dauphine 1093

Page suivante
RENAULT Dauphine 1093

Partagez

réagir