Autojumble de Beaulieu 2005

La 39ème édition de l’Autojumble de Beaulieu s’est déroulée sur les terres de Lord Montagu, à proximité de Southampton.

sommaire :

JAGUAR SS One

Gilles Bonnafous le 06/10/2005

Partagez

réagir

Au milieu des nombreuses voitures présentées à la vente à Beaulieu, trônait une belle Jaguar SS One immatriculée en France. C’est l’occasion pour nous d’évoquer ce rare et prestigieux ancêtre des Jaguar.

William Lyons, le père des Jaguar, s’est d’abord lancé dans la carrière industrielle en fabriquant des side-cars sous l’appellation Swallow (Hirondelle en anglais), vocable ô combien justifié par son caractère annonciateur des beaux jours que connaîtra la firme… Il se fera connaître dans le monde de l'automobile en réalisant des carrosseries sur la base de l'Austin Seven.
JAGUAR
Motorlegend.com
JAGUAR
Motorlegend.com
Le carrossier devient constructeur quand, au Salon de Londres de 1931, apparaît la première voiture de la marque, la SS One, équipée d'un moteur Standard. Le trait dominant de ce modèle tient à une apparence suggestive, soulignée par un capot qui n'en finit pas ! Cette silhouette singulière sera à l'origine de son succès, d'autant que son prix, très compétitif, fera l'étonnement de tous.

La SS One est un coupé construit dans les ateliers de William Lyons sur un châssis fourni par Standard, celui de la Sixteen Ensign. De ligne surbaissée, elle est dotée d’un pavillon revêtu de simili, dont le panneau de custode s’orne d’un faux compas. Des ailes « cycles » achèvent de donner à la voiture un look ultra sportif.
JAGUAR
Motorlegend.com

Sous l’immense capot plein de vide, on trouve le robuste six cylindres Standard, un groupe en ligne à soupapes latérales de deux litres porté par un vilebrequin à sept paliers (perfectionnement rare à l’époque). Hélas, cette mécanique léthargique ne délivre que 45 ch, qui entraînent péniblement la SS One à 110 km/h. Malgré les apparences, la SS n’a rien des performances d’une voiture de sport.
Jaguar SS One série 2 1933
Jaguar SS One série 2 1933 D.R.
Jaguar SS One série 3 1935
Jaguar SS One série 3 1935 D.R.
William Lyons revoit donc sa copie et présente en 1933 une SS One sensiblement modifiée. Parallèlement au deux litres, une seconde motorisation est offerte au choix. Il s’agit du 2,5 litres de la Standard Twenty qui, bien que conservant une distribution latérale, reçoit une culasse en aluminium. Avec l’appoint d’un carburateur RAG, ce sont 62 ch qui sont maintenant disponibles. Esthétiquement, la SS One apparaît également moins extravagante. Le châssis et le capot ont été raccourcis et les proportions apparaissent plus équilibrées. L’intérieur y gagne en habitabilité.

La SS One va connaître une ultime évolution à partir de 1934. Produit jusqu’en 1936, le modèle, dit Série 3, voit son faux compas disparaître au profit d’une vitre de custode, tandis qu’un six cylindres de 2,6 litres offre désormais 70 ch. La voiture sera alors déclinée en versions tourer et cabriolet, ainsi qu’en coupé aérodynamique baptisé Airline. Un roadster en sera également dérivé, qui donnera naissance à la SS 90 et à la SS 100.

En France, la SS One a été importée au compte-gouttes (une vingtaine d’exemplaires) par Charles Delecroix, alors installé à Marcq-en-Barœul, avant qu’il ne crée Royal-Elysées à Paris.
Jaguar SS One série 3 1935
Jaguar SS One série 3 1935 D.R.
Jaguar SS One Airline 1935
Jaguar SS One Airline 1935 Jaguar
article précédent Compte rendu

Page précédente
Compte rendu

article suivant JAGUAR XJS C

Page suivante
JAGUAR XJS C

Partagez

réagir

Commentaires