Un diesel aux 24 Heures du Mans

Avec la R10, Audi s’est fixé un objectif des plus ambitieux : écrire une page nouvelle de l’histoire du sport automobile avec une voiture à motorisation diesel !

sommaire :

Technique : Le moteur V12 HDI de la Peugeot 908

Gilles Bonnafous le 15/06/2006

Partagez

réagir

Après l’annonce de son retrait du Championnat du Monde des rallyes à la fin de la saison 2005, Peugeot faisait part, le 14 juin de la même année, de sa décision de poursuivre sa politique sportive au plus haut niveau. Et ce, en relevant un défi technologique : remporter les 24 Heures du Mans 2007 avec un moteur diesel.

C’est cette mécanique qui a été présentée le 15 juin 2006, précisément au Mans, l’avant veille du départ de la course, qui sera marquée par la présence des deux Audi R10 bien décidées à ouvrir la voie du succès d’un diesel dans la Sarthe.
Comme pour la firme d’Ingolstadt, le choix du moteur s’est porté sur un V12. Cette architecture permet de limiter la course du moteur. Elle est aussi bien connue pour son équilibre, qui réduit d’autant les vibrations. Cette option résulte aussi de la volonté de conserver un alésage proche des moteurs de série pour profiter de la maîtrise de la combustion diesel acquise par la marque au lion avec ses mécaniques HDI.

Quant à la cylindrée, elle est également de 5,5 litres, le maximum autorisé par le règlement. De plus, une grosse cylindrée permet de favoriser le fonctionnement à bas régime en facilitant l’admission d’air.


Peugeot

Peugeot
Le V12 Peugeot est très largement ouvert, à 100°. Un angle qui permet d’abaisser le centre de gravité de la voiture sans affecter la rigidité en torsion du moteur. Le niveau de performances attendu est d’au moins 700 ch, avec un couple dépassant les 1200 Nm. Dans cette aventure, Bosch est l’un des partenaires principaux de Peugeot Sport pour la définition des composants d’injection et du système de contrôle moteur.

Le V12 reçoit deux filtres à particules situés à l’extrémité de chacune des lignes d’échappement. Ils permettront, grâce à une technologie directement issue de la série, de garantir un fonctionnement sans fumée. Ceux qui équipent le moteur présenté le 15 juin portent symboliquement les numéros 1.195.520 et 1.195.521, nombres qui correspondent au rang occupé par ces deux filtres dans la production des Peugeot de série.

Peugeot
Les prochaines étapes du projet sont les suivantes : présentation de la maquette à l’échelle 1 au Mondial de Paris le 28 septembre 2006 et premier roulage avec le pilote Eric Hélary au début du mois de décembre.

Centré sur la course mythique des 24 Heures du Mans, le programme de compétition comprendra les cinq autres épreuves des « Le Mans Endurance Séries » : Spa, Monza, Silverstone, Nürburgring et Istanbul.

Peugeot ne cache pas l’importance de cet engagement dans le cadre de sa stratégie commerciale. Le Lion compte faire de ce défi technologique un fort vecteur d’image.
article précédent  Le diesel, un moteur noble

Page précédente
Le diesel, un moteur noble

article suivant  Le V12 diesel de l'Audi R10

Page suivante
Le V12 diesel de l'Audi R10

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de aghilas
aghilas a dit le 07-06-2012 à 23:52
bonjours , je trouve ça un exélent travaille de peugeot , voila moi je suis un mecanicien chez peugeot et jaimerait bien voir ce v12 devant moi merci
avatar de pharel
pharel a dit le 28-01-2012 à 01:24
Pour ce genre de moteur quelles sont c'est differentes anomalies de son systeme dans ses differents circuit