Tour Auto 2006

Après une journée de vérification au Trocadéro, ce sont plus de 200 voitures exceptionnelles qui, réparties en cinq plateaux, vont se diriger vers Cannes.

sommaire :

PORSCHE 910

Gilles Bonnafous le 02/05/2006

Partagez

réagir

PORSCHE
G.Bonnafous
PORSCHE
G.Bonnafous
Engagée au Tour Auto dans le classement compétition, la Porsche 910 de Jacques Cochin est une machine d’usine de 1967. Elle a couru aux mains des grands pilotes de l’époque qu’étaient Hans Hermann, Rolf Stommelen et Jan Neerspasch.

Dans le courant de la saison 1967, la 910 est vendue à l’écurie Lufthansa, dont le patron créera ensuite le Martini Racing Team. D’abord dotée du huit cylindres double arbre à injection type 771 de 2,2 litres, qui développe 270 ch, elle reçoit ensuite le six cylindres simple arbre de deux litres type 901 (maximum de 220 ch à 8000 tr/mn), le huit cylindres étant jugé trop complexe pour une écurie privée.
PORSCHE
Motorlegend
Le meilleur résultat obtenu par la voiture en 1967 est une deuxième place aux 500 Kilomètres du Mugello. Engagée par l’écurie Lufthansa, mais restée sous les couleurs Porsche (livrée blanche) avec des pilotes et des mécaniciens d’usine, elle termine troisième aux 1000 Kilomètres de Paris. Elle arborera ensuite les couleurs Lufthansa.

La 910 sera alignée dans le Championnat du monde d’endurance jusqu’en 1976, se classant notamment septième aux 12 Heures de Sebring de 1972. Sur une période dix ans, elle a raflé de très nombreuses victoires de classe. Elle a ensuite commencé à participer aux courses historiques.

La voiture a bénéficié en 1994 d’une restauration complète réalisée en Floride par l’un des meilleurs spécialistes des Porsche de compétition, le Gunnar Racing. Demeurée longtemps immobilisée, elle a été récemment remise en configuration course.

Rappelons que la Porche 910 dérive de la 906 par rapport à laquelle elle s’avère plus légère et plus courte. Pour des raisons de fiabilité, elle est motorisée par le six cylindres à plat de deux litres dans les épreuves d’endurance. La mécanique est accolée à une boîte de vitesses à cinq rapports. Contrairement à sa devancière, la voiture reçoit des roues de treize pouces (en magnésium) équipées d’un écrou central de fixation, qui permet de gagner beaucoup de temps dans les stands. Sa structure est celle d’un châssis tubulaire sur lequel est collée la carrosserie en matière plastique. La suspension est à quatre roues indépendantes.
PORSCHE
G.Bonnafous
PORSCHE
G.Bonnafous
La 910 a débuté sa carrière en 1966 dans le Championnat d’Europe de la Montagne. En version « Bergspyder », elle remporte le titre en 1967 et 1968. Elle est alors équipée du huit cylindres à plat, puissant mais délicat. Ultra-légère, elle a sans doute établi un record dans le domaine des voitures de compétition en descendant jusqu’à 400 kilos — ce qui, avec 270 ch, représente un remarquable rapport poids-puissance.

La 910 a par ailleurs été le premier prototype Porsche capable de s’attaquer au classement scratch du Championnat du monde d’endurance. En 1967, elle comptabilisera plus de points que les Ferrari 330 P3 et P4 réunies (au moteur de quatre litres) et pas loin du double par rapport à la GT 40. Elle triomphera à la Targa Florio (Paul Hawkins et Rolf Stommelen) et aux 1000 Kilomètres du Nürburgring, où, dans les deux courses, elle monopolisera le podium.
article précédent OSCA S187

Page précédente
OSCA S187

Partagez

réagir

Commentaires