Rallye des Princesses 2003

C’est sous un soleil de plomb que la quatrième édition du Rallye des Princesses a connu son prologue le dimanche 1er juin dans le cadre de la place Vendôme.

sommaire :

Rallye des Princesses 2003

Gilles Bonnafous le 01/06/2003

Partagez

réagir

C’est sous un soleil de plomb que la quatrième édition du Rallye des Princesses a connu son prologue le dimanche 1er juin dans le cadre de la place Vendôme. Baigné par un ciel digne de la Méditerranée, terme ultime de l'épreuve, ce lieu prestigieux servait d'écrin au parc fermé, qui accueillait les montures mécanisées des Princesses.

Organisé par la société Patrick Zaniroli Promotion depuis l'an 2000, le Rallye des Princesses s'inscrit dans le sillage du légendaire rallye Paris Saint-Raphaël créé en 1929 par le comte de Rohan-Chabot. Rapidement, cette première grande classique féminine rassembla les pionnières de l'époque au volant de leurs Bugatti, Delahaye et autres Voisin. Après la Deuxième Guerre mondiale, l'histoire du rallye s'est infléchie avec l'engagement de vraies pilotes aux noms souvent illustres : Annie Soisbault, Claudine Trautmann, Pat Moss, Marie-Claude Beaumont et la plus douée de toutes, Michèle Mouton.

Motorlegend.com

Motorlegend.com
Le Rallye des Princesses est un rallye de régularité exclusivement féminin, où les hommes ne sont admis que dans le rôle ingrat de copilote… Placé sous l'égide de la FFSA (Fédération Française du Sport Automobile), il associe compétition et esprit sportif au souci d'élégance et de convivialité. Sont réunis des " gentlewomen drivers " et des talents plus chevronnés, à l'image de Patricia Bertapelle, pilote d'une Lamborghini Diablo dans le Championnat de France GT, ou de Caroline Quiniou, issue de la filière Elf et qui vient de disputer le Trophée des Gazelles.

Motorlegend.com

Motorlegend.com

Du 1er au 6 juin, l'épreuve s'est déroulée sur un parcours de 1600 kilomètres divisé en cinq étapes : La Châtre, Vichy, Dieulefit et Serre-Chevalier, l'arrivée étant jugée à Mandelieu-La Napoule. Fuyant les grands axes pour emprunter le plus souvent les petites départementales, le rallye invite les concurrentes à découvrir les coins charmants et secrets de la campagne française. Truffé de 32 secteurs de régularité, le tracé est riche de routes magnifiques mais semées de pièges, comme celles de l'Ardèche (dans les traces du Monte-Carlo…), du col d'Allos ou des Gorges de Daluis.

Motorlegend.com

Motorlegend.com
Le lundi matin 2 juin, quarante-deux équipages se sont élancés de la place Vendôme vers la Côte d'Azur, le départ étant donné par Hermine de Clermont Tonnerre. Ouvert aux voitures construites entre 1925 et 1972, le plateau faisait la part belle aux roadsters anglais : TR3, TR4 et TR5 (Caroline Quiniou), MGB, Austin Healey 3000 Mk III et un superbe bataillon de Jaguar XK 120, XK 150 et Type E. Parmi les modèles de prestige, on notait également la présence d'une Ferrari Daytona (on souffrait à l'avance pour sa conductrice !), une Dino 246 GTS, une Aston Martin DB5, ainsi que le spider Aston Martin DB4S de Jean-Christophe Marchand (une construction originale) piloté par Patricia Bertapelle. L'ensemble était complété par un cabriolet Porsche 356 SC, trois 911, dont une de 1965, trois berlinettes Alpine A 110, deux 1600 S et une 1300 (à leur volant, les Princesses ont dû se régaler sur les petites routes accidentées), ainsi qu'une Lotus Elan, deux Alfa Romeo Duetto, une Matra 530 LX, une sympathique Honda S 800 et une attachante Volvo PV 544, l'une des rares berlines engagées avec une Jaguar Mk 2, une R8 Gordini et une DS 23.

Motorlegend.com

Motorlegend.com

Pour la quatrième édition du Rallye des Princesses, Motorlegend, partenaire de l'épreuve, avait engagé une Jaguar Type E appartenant à Denys Wissler, le distributeur pour la France de la marque Secma, qui produit le charmant roadster de poche Fun Extrem 500. Cette série 2 américaine de 1969, Denys Wissler l'a achetée en 1993. La voiture a été restaurée il y a cinq ans (moteur et nombreux éléments mécaniques neufs, carrosserie, peinture, etc.). Composé par l'intermédiaire de Viviane Zaniroli et en collaboration avec Sergio Bossi, l'équipage de charme de la Type E réunissait Karine Lima, l'animatrice de l'émission M6 Kid diffusée le mercredi après-midi sur M6 (pilote) et Claire, l'une des chanteuses du groupe L5 (copilote).

Motorlegend.com

Motorlegend.com
Passionnée de vitesse, Karine est une spécialiste de jet ski. Elle a également l'expérience de la compétition automobile, puisque, outre le Trophée des Gazelles auquel elle a participé, elle court le Trophée Andros. Fans de la marque Jaguar, à l'instar de toutes les représentantes du sexe dit faible, Karine et Claire vouent une vraie passion à la mythique Type E. Ainsi, malgré leur petit gabarit, nos deux frêles princesses s'apprêtaient à tenir tête aux 250 ch du fauve sur les routes de montagne, sans parler des 40 mkg de couple à maîtriser, surtout sous la pluie… Une belle aventure dont nous vous reparlerons.
article précédent  Interview de Karine Lima

Page précédente
Interview de Karine Lima

Partagez

réagir

Commentaires