Essai VOLKSWAGEN T-Roc R

Vincent Desmonts le 28/10/2019

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et performant, il a cependant un gros problème : son pire ennemi se trouve... au sein du groupe VW !

Coup dur

Jusqu'à présent, Volkswagen n'exploitait qu'épisodiquement son label sportif R. Finalement, seule la Golf y avait droit de façon récurrente. Mais la marque a décidé d'étoffer son offre : voici donc le T-Roc R, qui sera rejoint l'an prochain par deux nouveaux modèles également estampillés « R ». Un nouveau SUV sportif, donc, qui vient rejoindre une offre déjà constituée dans ce segment par... deux autres produits du groupe Volkswagen : l'Audi SQ2 et le Cupra Ateca. Des modèles avec lesquels le T-Roc R partage beaucoup d'éléments techniques, dont la plate-forme (MQB), le moteur, la boîte de vitesses, la transmission intégrale ou encore les trains roulants. Les trois SUV se distinguent évidemment par leur style, leurs réglages et... leur positionnement tarifaire. Affiché 45 500 €, le T-Roc R s'inscrit en toute logique entre les deux, mais il est tout de même plus proche du Cupra Ateca (43 100 €) que de l'élitiste Audi SQ2 (51 050 € !).

Voir plus de photos

Emballage séduisant

Le T-Roc R mise clairement sur son look pour séduire. Au style déjà attrayant des versions normales, il ajoute tout un accastillage sportif comprenant notamment un bouclier avant spécifique, des jantes alliage de 18 pouces, deux doubles sorties d'échappement et quelques logos « R ». Cette version dispose par ailleurs d'un coloris « Bleu Lapiz » spécifique. Cette tonalité sportive se retrouve évidemment dans l'habitacle, où prennent place des sièges enveloppants, un volant sport et une instrumentation numérique. En revanche, la qualité de finition n'évolue pas, et reste très décevante pour un produit Volkswagen : les plastiques durs sont omniprésents, et même les assemblages manquent de rigueur. L'habitabilité est correcte, mais pas exceptionnelle, tandis que le coffre ne brille pas par un volume gigantesque (392 dm³). Bref, l'emballage est séduisant, mais pour l'instant, on reste un peu sur sa faim...

Coup de trique

Au démarrage, le « vroum » émis par l'échappement est plutôt suggestif. Il faut dire que notre modèle d'essai dispose de la ligne Akrapovič en titane, une option facturée la bagatelle de 4 050 € ! Sous le capot, on retrouve l'incontournable 2.0 turbo à injection directe, qui développe 300 ch tout rond (au régime paisible de 5 300 tr/min) et 400 Nm de couple. L'ensemble est attelé à une boîte DSG à 7 rapports dotée de palettes au volant, tandis que la transmission intégrale 4Motion (avec différentiel central Haldex) est de rigueur. Mais ce qui frappe dès les premiers kilomètres, c'est la fermeté des suspensions. Même si Jost Capito, le patron de la division R de Volkswagen, assure que le T-Roc a été « mis au point sur le Nürburgring mais conçu pour un usage quotidien », force est de reconnaître que le typage des liaisons au sol semble plus adapté au bitume ultralisse d'un circuit qu'aux ralentisseurs qui pullulent sur nos routes ! Notre modèle d'essai dispose pourtant de la suspension pilotée DCC optionnelle (980 €), mais même le mode « Confort » manque de souplesse. Le mode « Normal » a quant à lui des allures de mode Sport, tandis que le mode « Race » est... carrément inutilisable sur route ! Un mode « Individual » permet heureusement de se concocter un menu « à la carte ».

Efficace, mais pas très amusant

Côté performances, le T-Roc R assure : il signe le 0 à 100 km/h en seulement 4,8 s grâce à son launch control et à la motricité totale offerte par les quatre roues motrices. On notera tout de même un léger temps de réponse du turbo, tandis que la boîte DSG ne rétrograde pas forcément quand on le lui demande. Accessoirement, elle passe d'office le rapport supérieur à l'approche du rupteur, même lorsque l'on a opté pour le mode manuel. Quant au comportement routier, il est efficace à défaut d'être amusant. La direction est assez précise mais remonte peu de sensations, une certaine inertie reste sensible dans les enchaînements sinueux, tandis que l'équilibre général tend vers une neutralité sous-vireuse. Rassurant, mais guère amusant. La fermeté exagérée des suspensions apparaît alors d'autant plus incongrue. Car c'est finalement à une conduite plus rapide que sportive que semble se destiner le T-Roc R, même si les crépitements de l'échappement « Akra » laissent penser le contraire. Dès lors, le cousin Cupra Ateca paraît être un choix plus judicieux : doté d'un amortissement plus convaincant, plus spacieux, mieux équipé et moins cher, il se distingue par son homogénéité.

À retenir

Il y a toujours un risque lorsque l'on applique une stratégie de plate-formes communes : que les collègues d'une autre marque réussissent à faire une meilleure recette avec les mêmes ingrédients ! Malheureusement pour lui, c'est ce qui arrive au T-Roc R. Ses metteurs au point ayant oublié qu'il s'agissait d'abord d'un SUV à vocation familiale, ils ont ruiné son confort sans pour autant obtenir de gains sensibles en efficacité. Dès lors, on peut difficilement le recommander, sachant que son cousin le Cupra Ateca offre une polyvalence nettement supérieure.
points fortsStyle, performances, comportement routier très sûr, consommation contenue, équipement de série.
points faiblesSuspensions trop fermes, plaisir de conduite limité, finition décevante, boîte un peu lente, habitabilité moyenne, tarif élevé.
13.5

20
Les chiffres
Prix 2019 : 45 500 €
Puissance : 300 ch
0 à 100km/h : 4.8s
Conso mixte : 7.7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 16/20
Sécurité active et passive : 15/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 13/20

Autres articles pouvant vous intéresser

VOLKSWAGEN Passat SW GTE
VOLKSWAGEN Passat SW GTE

Bien que la catégorie des familiales soit en pertes de vitesse, Volkswagen...

VOLKSWAGEN Golf GTI TCR
VOLKSWAGEN Golf GTI TCR

Inspirée de sa cousine de compétition en TCR, la Golf 7 GTI reçoit une ultime...

VOLKSWAGEN Touareg V6 TDI 286 ch
VOLKSWAGEN Touareg V6 TDI 286 ch

Pour sa troisième génération, le Volkswagen Touareg reçoit la périlleuse...

Tous les essais VOLKSWAGEN
JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

ASTON MARTIN V8 Vantage AMR
ASTON MARTIN V8 Vantage AMR

Dès le lancement de la nouvelle V8 Vantage, Aston Martin avait assuré qu'une...

DS 3 Crossback E-Tense Performance Line+
DS 3 Crossback E-Tense Performance Line+

DS se lance dans le 100 % électrique avec ce DS 3 Crossback E-Tense, un SUV...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires