Essai RENAULT Wind

Vincent Desmonts le 19/07/2010

Un cabriolet biplace aux accents sportifs chez Renault ? On n'avait pas vu ça depuis l'éphémère Spider des années 90 ! Le tout nouveau Renault Wind se veut cependant moins... radical.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Un cabriolet biplace aux accents sportifs chez Renault ? On n'avait pas vu ça depuis l'éphémère Spider des années 90 ! Le tout nouveau Renault Wind se veut cependant moins... radical. Bâti sur la plateforme de la Twingo, il affiche un original toit escamotable rotatif, système déjà aperçu sur la... Ferrari Superamerica, excusez du peu ! Le style est plaisant, quoiqu'un peu massif, mais la cinématique de toit impose un arrière rebondi qui nuit à la visibilité arrière. Côté châssis, le Renault Wind a tout bon : il reprend les liaisons au sol de la Twingo Renault Sport, en les ajustant pour un peu plus de confort.

On retrouve donc avec plaisir un comportement routier agile, avec un train avant réactif et un essieu arrière mobile, quoique plus sage qu'à bord de la Twingo RS. Et si le toucher de pédale de frein apparaît un rien spongieux, les disques avant largement dimensionnés (issus des Mégane) résistent vaillamment à l'échauffement. La déception vient du moteur : déjà sans éclat à bord de la Twingo RS, le 1,6 litre de 133 ch a ici 124 kilos de plus à déplacer. L'étagement de boîte inchangé impose du coup de jouer du levier de vitesses afin de rester dans dans les tours. Amusant dans une mini-GTI comme la Twingo, plus déplacé dans un cabriolet comme le Renault Wind. On se consolera avec la sonorité plaisante de l'échappement... mais aussi avec le prix contenu (19 500 €), d'autant que l'équipement comprend l'essentiel (climatisation automatique, radio CD, jolies jantes 17 pouces...).

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Dans quelques décennies, les historiens écriront que si le concept de toit escamotable rotatif a été inventé par le carrossier italien Leonardo Fioravanti (sur le prototype Vola de 2001) et commercialisé en premier par Ferrari (sur la Superamerica, en 2005), c'est Renault qui l'aura apporté au grand public grâce à la Wind. Avec quelques modifications, toutefois, dont la plus importante est l'adoption d'un couvercle destiné à protéger ce toit lorsqu'il est en position ouverte. L'ensemble pivote en 12 secondes seulement, après avoir déverrouillé manuellement le toit au niveau du rétroviseur intérieur. Dommage qu'il soit obligatoire de tirer le frein à main pour effectuer la manœuvre. En conséquence, le toit ne peut être manipulé qu'à l'arrêt, bien entendu.

Autre grief : la volonté de garder un volume de coffre constant quelque soit la position du toit a conduit à rehausser l'arrière, pénalisant ainsi la visibilité. Le radar de recul est hélas indisponible, même en option. Dans l'habitacle, on retrouve quelques éléments empruntés à la Twingo, mais des efforts ont été consentis afin de différencier la Renault Wind : l'instrumentation est spécifique, les sièges sport aussi. Hélas, la finition reste du même tonneau, à savoir très moyenne.

Mécanique et châssis

Repris sans modifications de la Twingo Renault Sport, le 1,6 litre « K4M RS » de cette Renault Wind est un moteur multisoupapes « à l'ancienne » : couple haut perché (160 Nm à 4 400 tr/min) et puissance maxi (133 ch ) obtenue quasiment au rupteur ! Un tempérament qui s'accorde plutôt mal avec les 124 kilos supplémentaires amenés par la carrosserie de coupé-cabriolet... Il faut dire que les ingénieurs n'ont pas lésiné sur le travail de rigidification : barres dans le coffre (peu intrusives) et sous la caisse, cloison de coffre doublée, bavolets renforcés... la totale ! Il fallait bien ça pour faire travailler dans les meilleures conditions les liaisons au sol héritées – elles aussi – de la Twingo RS. On retrouve donc le train avant pseudo Mac Pherson et la traverse déformable à l'arrière, mais les réglages ont étés remaniés afin d'offrir un peu plus de confort. L'ESP livré en série est totalement déconnectable. La direction assistée est toujours électrique.

Sur la route

Déjà, dans la Twingo Renault Sport, le moteur 1.6 16v manquait de peps. À bord d'une Renault Wind, 124 kilos plus lourde, il demande carrément à être mené à la cravache ! Pour des reprises un tant soit peu vigoureuses, point de salut en deçà des 4 000 tr/min. Renault n'a pas souhaité toucher à l'étagement des 5 rapports. C'est peut-être une erreur. À la place, les ingénieurs ont préféré soigner la « bande-son » : l'échappement travaillé laisse filtrer une sonorité rauque très typée. À défaut d'accumuler avec aisance de la vitesse, au moins la Renault Wind donne-t-elle quelques sensations auditives à son conducteur ! Mais on ne peut s'empêcher de penser que la greffe d'un turbo donnerait des ailes à cette Wind...

Car côté châssis, le petit cabriolet Renault est bien né. Très bien, même. Il faut dire qu'il a de qui tenir : la Twingo RS qui lui a servi de base réalise des prouesses d'agilité et transforme chaque virage en partie de plaisir. Un peu plus lourde, dotée de suspensions (légèrement) plus souples, la Renault Wind perd le caractère primesautier de sa cousine, mais conserve une réjouissante réactivité aux ordres du conducteur. Si elle n'offre pas un « feedback » au top, la direction assistée électrique dicte avec autorité la trajectoire à un train avant rivé au bitume. L'essieu arrière aide à rester à la corde lorsque l'on soulage l'accélérateur. Le freinage puissant et endurant n'est quant à lui entâché que par un toucher de pédale un peu spongieux. Mais dans l'ensemble, la Renault Wind est un régal à mener sur routes sinueuses, d'autant que son gabarit compact permet de garder le rythme même lorsque la chaussée se fait plus étroite.

À retenir

La Renault Wind est un cabriolet attachant, vivant et plutôt abordable. Dans cette version 1.6 16v 133, il est hélas desservi par la paresse à bas régime de son moteur. Une tare qui n'est pas forcément rédhibitoire, mais qui déçoit forcément vu le potentiel du châssis. Gageons cependant que la majeure partie de la clientèle se tournera vers le plus abordable 1.2 TCe de 100 chevaux, plus souple grâce à son turbo, mais hélas moins communicatif sur le plan sonore. Les amateurs de sportivité, eux, abandonneront leurs rêves de cabriolet et se tourneront vers une Twingo RS.
points fortsChâssis agile, rigidité soignée, toit ultra-rapide, coffre préservé, tarif attractif, équipement sans lacune, sonorité mécanique chaleureuse, excellents sièges, gabarit compact.
points faiblesMoteur creux, visibilité de trois-quarts arrière problématique, finition très moyenne, toit ne se manœuvrant que frein à main serré.
14.2

20
Les chiffres
Prix 2010 : 19 500 €
Puissance : 133 ch
0 à 100km/h : 9.2s
Conso mixte : 7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 14/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 15/20

Autres articles pouvant vous intéresser

RENAULT Mégane RS Trophy 300 ch
RENAULT Mégane RS Trophy 300 ch

Très attendue, cette version de la Mégane bénéficie d'une mécanique et d'un...

RENAULT Megane IV R.S.
RENAULT Megane IV R.S.

Voici tout juste 14 ans que la firme au Losange propose une Mégane signée...

RENAULT Talisman 1.6 TCe 200 ch
RENAULT Talisman 1.6 TCe 200 ch

Dans la catégorie des familiales, les allemands font la loi. Pour contester...

Tous les essais RENAULT
BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)
PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)

La Porsche 911 se refait une beauté et revient dans une huitième génération....

FORD Focus ST 2.3 EcoBoost BVM6
FORD Focus ST 2.3 EcoBoost BVM6

La Ford Focus ST revient, plus puissante et plus bardée de technologie que...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires