Essai RENAULT Twingo RS

Vincent Desmonts le 01/09/2008

Pour 15 600 euros, la Renault Twingo RS offre un châssis à l'agilité réjouissante et les sensations d'une vraie petite sportive.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Renault se distingue en entretenant vaillamment la flamme de l'automobile sportive française, avec une gamme Renault Sport qui vient encore de s'élargir, avec la Twingo RS. Au programme : les sensations d'une GTI pour un tarif de 15 600 euros. Pari tenu ? La réponse est plutôt positive ! Derrière son look de bombinette, la Twingo RS cache un châssis optimisé, avec une plus grande liberté de mouvement concédée au train arrière et un ESP totalement déconnectable. Ces modifications se traduisent par un comportement routier très réussi, alliant agilité et facilité, qui rend la Twingo RS particulièrement amusante. Revers de la médaille : le confort est précaire à basse vitesse.

Mais pour afficher un prix attractif, il a fallu consentir à quelques sacrifices. Du coup, si l'équipement de série comprend l'essentiel, l'insonorisation apparaît légère, le freinage peu endurant et le moteur... un peu faible ! Dérivé du 1.6 16v des Renault Clio, ce K4M RS manque en effet autant de coffre à bas régime que de nerf en haut du compte-tours. Sa plaisante sonorité ne fait pas illusion, tant la Twingo RS est à la peine dans les grandes côtes. Un caractère effacé sans doute accentué par le faible kilométrage de notre modèle d'essai, dont le moteur n'était vraisemblablement pas totalement libéré. Malgré ces réserves, la Renault Twingo RS reste une auto vivante, qui sait mettre son conducteur en confiance. La première sportive idéale pour un jeune conducteur, d'autant que Renault propose pour seulement un euro de plus un stage de conduite afin de mieux prendre en mains sa voiture. Une initiative novatrice à saluer.

Voir plus de photos

Sur la route

En ville et sur autoroute, pas de doute : la Renault Twingo RS est bien une GTI à l'ancienne ! Les suspensions sont fermes sur les pavés et un peu trop souples en grandes courbes (peut-être la faute à un centre de gravité encore trop élevé malgré une assiette abaissée de 10 mm), la boîte courte fait hurler le moteur... Pour l'ambiance feutrée, vous repasserez ! Heureusement, la Renault Twingo RS retrouve ses marques lorsque la route se fait plus étroite et sinueuse. Les suspensions avalent alors les bosses, le train arrière aide au placement en courbe, l'auto se révèle à la fois amusante et très saine. Un vrai jouet, que l'on prend plaisir à jeter de virage en virage !

Il faut dire que Renault a profondément retravaillé le châssis : voies élargies (de 60 mm à l'avant et de 59 mm à l'arrière), barre antiroulis arrière raffermie de 25%, une assiette rabaissée de 10 mm. Mieux : l'ESP désormais totalement déconnectable se dispense de l'aide au freinage d'urgence afin d'offrir des sensations plus authentiques à la pédale. Renault propose même en option un châssis « Cup » encore rabaissé et encore raffermi, associé à des jantes de 17 pouces grises. Hélas, le freinage se révèle dans tous les cas un peu faible en usage intensif. Reste qu'une sportive sans un moteur nerveux, c'est comme un repas sans fromage. Et malgré sa sonorité plaisamment retravaillée, le 1.6 « K4M RS » manque de coffre et d'allonge. Malgré une puissance maxi de 133 ch perchée à 6 750 tr/min, il rechigne à monter en régime et peine dans les rampes d'autoroute. Un caractère émoussé accentué par le faible kilométrage de notre modèle d'essai, dont le moteur n'était pas totalement libéré.

À retenir

Avec la Twingo RS, Renault a plutôt réussi son pari : pour 15 600 euros, cette petite sportive offre un châssis à l'agilité réjouissante et les sensations « sans filtre » d'une vraie petite sportive. Dommage que le freinage un peu sous-dimensionné et le moteur aux performances ternes ne soient pas tout à fait à la hauteur. La Twingo RS n'en reste pas moins une auto attachante dont on ne rend les clés qu'à regret...
points fortsChâssis agile sur petites routes, stabilité préservée, facilité de prise en mains, stage de pilotage pour un euro à l'achat, habitabilité, coffre, modularité, utilisation possible au quotidien.
points faiblesPerformances ternes, freinage à améliorer, insonorisation légère, suspensions fermes à basse vitesse, mouvements de caisse en grandes courbes.
15.5

20
Les chiffres
Prix 2008 : 15 600 €
Puissance : 133 ch
0 à 100km/h : 8.7s
Conso mixte : 7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 13/20
Sécurité active et passive : 13/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 13/20

Autres articles pouvant vous intéresser

RENAULT Twingo RS Gordini
RENAULT Twingo RS Gordini

A mi-carrière, la Renault Twingo change de visage et revient à la bouille...

RENAULT Mégane RS Trophy 300 ch
RENAULT Mégane RS Trophy 300 ch

Très attendue, cette version de la Mégane bénéficie d'une mécanique et d'un...

RENAULT Megane IV R.S.
RENAULT Megane IV R.S.

Voici tout juste 14 ans que la firme au Losange propose une Mégane signée...

Tous les essais RENAULT
VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

MASERATI Levante Trofeo
MASERATI Levante Trofeo

Les SUV sportifs sont légion et il n'est pas toujours facile de faire son...

PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Achéron
Achéron a dit le 18-09-2008 à 14:26
Pourquoi ne sont ils pas foutus de nous faire une citadine sportive avec un poids raisonnable?! 1049 kilos pour une citadine, pas étonnant que les performances soient juste moyennes pour une voiture de plus de 130 chevaux.