Essai PORSCHE 911 (992) GT3

Walid Bouarab le 04/10/2021

Son flat-six au souffle abyssal trouve place au cœur d'un châssis comme il en existe peu dans la production actuelle. Éclatante démonstration de savoir-faire, la nouvelle Porsche 911 GT3 reste intouchable, et prouve une nouvelle fois que Weissach est au sommet de son art.

Partagez

réagir

Indétrônable !

C'est un rituel devenu immuable depuis 1999. A chaque génération de 911, les plus puristes des Porschistes n'attendent qu'elle. Véritable pistarde capable de rallier les circuits par la route, la GT3 incarne à elle seule une sorte d'allégorie. Celle du plaisir simple et pur de la conduite, musclée de préférence. Une gageure, à l'ère de l'électrification et de divers subterfuges mécaniques censés défier les lois de la physique. Une auto pour les grands, pour qui les performances stratosphériques de la version Turbo S sont à la portée de presque tous.

Voir plus de photos

On a eu chaud, cependant. L'arrivée des roues arrière directrices et la disparition (momentanée) de la boîte mécanique sur la génération sortante sonnait le glas, dans le cœur des afficionados, du mythe GT3. Laissant craindre une génération 992 polie et policée. Mais la divulgation de sa fiche technique est venue balayer ces appréhensions. Dans son sac à dos, l'athlète allemande embarque toujours un flat-six atmosphérique 4.0 développant désormais 510 ch (+10 ch) et 470 Nm de couple (+ 10 Nm). La course effrénée aux chiffres toujours plus ahurissants a laissé cette GT3 sur le bas-côté. Et pour cause. A Weissach (terre natale du développement Porsche), on a bien compris que le combat devait se mener ailleurs. Une lutte qu'il convient davantage d'engager face à une conjoncture peu favorable aux pures voitures plaisir. Véritable pied de nez au législateur, ce bloc partage la même chaine de production que son homologue de course. La transmission manuelle est toujours de la partie et la transmission automatique PDK fait l'impasse sur le septième rapport. Pourquoi ? Parce que personne ne veut d'un overdrive plongeant le flat-six dans une torpeur sur autoroute, et que 20 kg de gagné, et bien c'est 20 kg de gagné... Le poids a d'ailleurs fait l'objet d'une chasse à l'homme sur cette génération 992. Pour limiter sa masse à seulement 1435 kg, les ingénieurs – et chefs de produits… – ont su concocter une fameuse recette amincissante : - 1 kg avec le toit en carbone, - 15 kg en optant pour les baquets fait du même matériau, - 17,7 kg grâce aux freins carbone-céramique… De manière proportionnelle, votre portefeuille s'allègera tout autant, de 18 252 € pour être précis. Mais qui serait assez vulgaire pour parler de prix, quand on sait l'importance d'un tel paramètre ? La GT3 atteint les 100 km/h en seulement 3,4 secondes et sait flirter avec les 320 km/h en vitesse de pointe. Des performances très actuelles, alors que les supercars d'aujourd'hui frôlent souvent les 800 ch et produisent deux fois plus de couple. De l'esbroufe, diront certains.

Si aller vite n'est presque qu'une question de chiffres, encore faut-il maitriser l'air qui parcourt la silhouette de la voiture. Et sur le plan aérodynamique, cette GT3 ressemble là-aussi davantage à son homologue de course (GT3 Cup), qu'à ses sœurs de gamme disponibles en concessions. Le spoiler avant et le superbe aileron arrière sont réglables manuellement sur 4 niveaux. Des échelons qui ne sont pas là que pour flatter l'égo des gentlemen drivers : le dernier cran ne permet pas de prendre la route ! Résultat, à 200 km/h, cette GT3 type 992 génère 150 % d'appui en plus que sa devancière, déjà peaufinée en la matière. Le soubassement est entièrement caréné, et de multiples goulottes viennent rediriger le flux d'air pour ne pas créer de turbulences au niveau des roues.

Première accélération. Sans jeter un œil au compte-tour gradué jusqu'à 10 000 tr/min (rien que cette vision en vaut la peine), on s'y perdrait presque. Il reste encore du souffle à tirer sur ce rapport ?! La réponse est quasi-systématiquement oui, les turbos et autres suralimentations nous ayant incrusté d'autres repères en tête… Et le pied droit de se faire de plus en plus lourd, plus longtemps, récompensé par des montées en régimes constantes, et même plus vigoureuses à mesure que l'aiguille prend de la hauteur pour atteindre le sommet pointant à 9000 tr/min. Jouissif, et quasi-unique sur le marché. Mais cette GT3 n'est pas uniquement une sprinteuse à faire fondre vos tympans. Diablement efficace et intuitive, elle fait partie d'une rare caste de voitures qui vous demandent de vous impliquer entièrement, de la tête aux fesses… Vivante et engageante, exigeante mais jamais piégeuse, cette GT3 révèle un tempérament fantastique, alliant habilement rigueur et comportement ludique. Pour la première fois de son histoire, la 911 GT3 opte pour des suspensions avant à double triangulation. Un attribut qui la rapproche encore plus de la compétition. De quoi apporter au train avant une précision chirurgicale à l'entrée du virage, et une faculté à « encaisser » dès la remise des gaz. Et que la pédale de droite en soit témoin : on peut se permettre d'avoir le pied lourd. La motricité sans faille (ces Michelin Pilot Sport Cup 2 tiennent du surnaturel, à condition d'être montés en température) et le sous-virage quasi inexistant incite à mettre toujours plus de rythme. Mais là, c'est au cerveau de faire un véritable travail, les limites du châssis étant probablement bien plus éloignées que les nôtres… Fort heureusement, le freinage est à la hauteur. Véritable signature maison, il est ici opéré par des disques carbone-céramique de 410 mm de diamètre. Infatigable et constant, il demande là-aussi d'être chauffé pour obtenir un fonctionnement optimal. A l'image de la voiture, il révèle un côté instinctif et sa facilité de dosage incite à aller plus loin…

Si l'on croyait la GT3 type 991 intouchable, Porsche vient encore une fois de faire mentir son monde. A quelques améliorations près, cette turbulente sportive fait mieux, partout, tout en étant plus facile. Un exploit, et probablement une des dernières du genre. Mais avec de tels standards, il devient difficile d'imaginer comment une version RS viendrait rendre le tout encore plus épicé… Il ne reste plus qu'à attendre pour s'en faire une idée. Vivement la suite.

À retenir

quoteEbouriffante de sensations, mais impressionnante d'efficacité et de sérieux, cette nouvelle Porsche 911 GT3 impose le respect. Une superbe démonstration de maîtrise de la part de Porsche qui prouve une nouvelle fois que le plaisir automobile se conjugue sans le moindre artifice. Bravo.
points fortsmoteur fabuleux, châssis diabolique, pilotage intuitif
points faiblespolyvalence en retrait, confort rude sur route, tarifs de certaines options
17.5

20
Les chiffres
Prix 2021 : 231 000 €
Puissance : 510 ch
0 à 100km/h : 3.4s
Conso mixte : 13 l/100 km
Emission de CO2 : 294 g/km
Notre avis
Note de coeur : 18/20
Agrément de conduite : 20/20
Sécurité active et passive : 20/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 11/20

Partagez

réagir

Derniers essais PORSCHE

PORSCHE 911 (992) Carrera S Cabriolet
PORSCHE 911 (992) Carrera S Cabriolet
PORSCHE 911 (991) Speedster
PORSCHE 911 (991) Speedster
PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)
PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)
Tous les essais PORSCHE

Avis des propriétaires

Commentaires