Essai MERCEDES C63 AMG S Break

Stéphane Schlesinger le 30/11/2015

La nouvelle Mercedes Classe C se décline en pas moins de trois versions AMG, développant respectivement 367, 476 et 510 ch. Nous voici aux commandes de la plus puissante, en break. Un combo fumant !

Voir la vidéo en HD

Dragster familial

D'un mouvement de pied devant le bouclier arrière, on déverrouille le hayon. Puis celui-ci s'élève tout seul, grâce à ses moteurs électriques. Voici ainsi dégagé un espace de 1 510 l, car nous avions préalablement replié la banquette arrière, en appuyant sur deux touches, tout simplement. Nous avons pu y enfourner deux bureaux et deux chaises en kit. Ensuite, nous avons regagné la rédaction tranquillement, dans les embouteillages parisiens, où la Mercedes s'est révélée docile. Vous allez rétorquer qu'on n'est pas là pour tester des coffres. En effet, mais c'est un élément-clé dans le pouvoir d'attraction de la C63 AMG S Break : une polyvalence à peu près unique sur le marché. Voici pourquoi.

Voir plus de photos

Cœur d'AMG GT S

Notre Mercedes possède un fabuleux V8 4.0 gavé par deux turbos logés au creux de son V. Il développe quelque 510 ch dans la S de cet essai. C'est le même bloc que dans le coupé AMG GT S, sauf qu'ici, il retient un carter humide et non plus sec, d'où son appellation différente : M177 au lieu de M178. Etrangement, sur la C63 S, ce moteur développe 50 Nm de couple de plus que sur la GT S, pour un total de 700 Nm disponibles dès 1 750 tr/mn. Kolossal ! Il s'attèle sur la C63 à une boîte automatique à sept rapports dite Speedshift MCT, qui troque le convertisseur hydraulique contre un système multidisques censé améliorer la réactivité. Elle envoie la totalité de sa cavalerie au train arrière qui, heureusement, adopte de série un différentiel à glissement limité et piloté par électronique. Moins rassurant qu'une transmission intégrale 4Matic, il compense en évitant tout surpoids, la C63 AMG S break s'en tenant à 1 730 kg. Soit 85 kg de plus que la GT S mais 65 de moins qu'une Audi RS4 Avant par exemple. Celle-ci se "limitant" à 450 ch, notre déménageuse étoilée est donc la plus puissante de sa catégorie. Et la plus performante ? Oui ! Pas par sa vitesse de pointe, jugulée à 250 km/h (ou 280 km/h comme sur notre exemplaire, une option à 900 €) mais par ses accélérations. Notre C63 AMG S est annoncée à 4,1 s sur le 0 à 100 km/h, soit à peine 0,3 s de plus qu'une GT S… Pour que tout ceci soit à peu près exploitable, la Mercedes profite de suspensions améliorées, comparée aux versions non AMG. Ainsi, elle gagne un amortissement piloté, des voies élargies, des ressorts affermis et de grandes roues en 19 pouces. Enfin, face à la C63 normale, ses disques de freins s'agrandissent (390 mm à l'avant contre 360) et ses pneus s'élargissent.

Rien n'est simple…

En tant que tâteur de plastique professionnel, je dois louer la qualité des matériaux de cette Classe C, ainsi que leur assemblage. Du haut niveau ! De plus, la planche de bord, harmonieuse, crée une plaisante continuité visuelle avec les panneaux de porte. Seul détail qui détone : cet écran multifonction délibérément non intégré au-dessus de la console centrale (on dirait un iPad collé à la va-vite) et surtout, non tactile. Par ailleurs, pour les non-initiés aux spécificités de la marque, l'ergonomie déroute. Par exemple, la molette servant à utiliser ledit écran est surmontée d'un pavé tactile fixe dont l'intérêt n'apparaît pas évident. Et la navigation dans les trop nombreux menus s'avère complexe. Car sur cette voiture, on peut presque tout paramétrer : système multimédias, moteur, boîte ou châssis. Pour ces trois derniers éléments, on dispose de quatre programmes : Comfort, Sport, Sport + et Race, accessibles via une roulette dédiée. Néanmoins, on peut indépendamment régler, par des touches d'accès direct, la dureté des amortisseurs et la sonorité de l'échappement AMG Performance à 1 200 €. Si cela ne suffit pas, on peut se concocter une C63 à la carte via le programme Individual. Bonjour l'arrachage de cheveux !

Chaud devant !

Les sièges et le volant s'ajustent électriquement, mais sur une trop faible amplitude, ce qui empêche l'obtention d'une position de conduite parfaite car toujours trop haute. Pression sur le bouton de démarrage : le moteur s'éveille. Pas de doute, c'est bien un V8. On abaisse le levier de vitesses en Drive et la C63 se met en branle. En ville, la direction semble trop légère et la boîte un peu brusque au lancement, même en Comfort. Et quand on reprend les gaz après un lever de pied prolongé (il y a une fonction roue libre), elle se révèle lente à réagir. Perfectible. Cela dit, le terrain de jeu de la C63, c'est la route, voire l'autoroute. Là, on passe en Sport, cette inertie est oubliée, on sent tous les rapports s'enclencher ce qui prodigue un feeling mécanique seyant bien à cette sportive. Mais ce qu'on retient avant tout, c'est le moteur qui gronde, crie et rugit, avec une voix typiquement V8. Surtout, il grimpe crescendo jusqu'au rupteur, dans un souffle inépuisable. Quelle poussée de fou ! Arrivé à 7 000 tr/min, si on est en mode manuel, la boîte MCT conserve le rapport engagé, au bénéfice de la précision de conduite. Et en Sport +, les échappements crépitent en décélération, la boîte administrant des coups de gaz en rétrogradant, qu'on soit en automatique ou en manuel. Côté châssis, la Mercedes frise le sans-faute. Déjà la direction. Précise et rapide, elle se montre également informative et gagne avec la vitesse une bonne consistance. Ensuite, l'amortissement. Même au plus dur, il ne transforme pas la voiture en bout de bois et lui permet d'encaisser les bosses abordées en appui sans dévier de sa trajectoire. Enfin les trains roulants. Très bien guidés, ils complètent à merveille un châssis bien équilibré et un freinage aussi puissant que facile à doser, malgré une pédale un peu molle. Concrètement, la C63 profite d'une belle fluidité dynamique, attaque les virages avec mordant et s'appuie sur une adhérence assez impressionnante ainsi qu'une motricité de bon aloi, vu la puissance. Et pourtant, les routes étaient grasses ! Des griefs ? Les palettes de changement de rapport difficiles à actionner volant tourné car trop courtes, un accélérateur trop nerveux en Sport + qui empêche de doser finement une remise des gaz, et une consommation réelle qui n'a strictement rien à avoir avec les données normalisées. Mais ça, on s'en doutait…

À retenir

Pratique, logeable et habitable, la C63 AMG S break conjugue ces qualités à un moteur d'anthologie. Quoique moins musical que l'ancien V8 M156 atmosphérique, il sait flatter les oreilles et surtout, délivre des performances exceptionnelles. Le tout s'accompagne d'un châssis très réussi, même si la boîte demeure perfectible. Voici un ensemble d'une séduction redoutable, d'autant que le prix de vente, certes élevé, n'a rien de délirant.
points fortsMoteur exceptionnel, châssis équilibré, amortissement réussi, équipement fourni, habitabilité et coffre.
points faiblesBoîte parfois lente et brutale, ergonomie déroutante, consommation sous-évaluée.
16.5

20
Les chiffres
Prix 2014 : 115 675 €
Puissance : 510 ch
0 à 100km/h : 4.1s
Conso mixte : 8.6l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 13/20

Autres articles pouvant vous intéresser

MERCEDES AMG C43 390 ch
MERCEDES AMG C43 390 ch

Pour sa 5ème année de commercialisation, la Mercedes Classe C s'offre un...

MERCEDES AMG C 63 Cabriolet
MERCEDES AMG C 63 Cabriolet

Mercedes décline son fameux V8 AMG à toutes les sauces. Mais le mariage avec...

MERCEDES AMG C43 4matic
MERCEDES AMG C43 4matic

Directement dérivée du coupé Classe C, la version cabriolet reprend ses...

Tous les essais MERCEDES
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

VOLVO S60 T8 Polestar Engineered
VOLVO S60 T8 Polestar Engineered

Hybride rechargeable, la mécanique combinant essence et électricité de la...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Racer2015
Racer2015 a dit le 02-12-2015 à 12:38
Je me deplace en C200 compresseur,dont je suis tres satisfait,je reve de Cayman GT4,voici peut-etre le compromis ideal et peut-etre plus discret pour la marechaussee!?