Essai MERCEDES A45 AMG

Loïc Bailliard le 03/12/2013

Gueule d'enfer, puissance colossale et badge mythique : la Mercedes A45 AMG possède de sacrés arguments. Suffisant pour dominer le segment ?

Voir la vidéo en HD

Une supercar de poche

La présentation de la nouvelle Classe A marque l'arrivée de Mercedes dans le segment des compactes classiques. Et avec elle, celle d'AMG sur celui des super-bombinettes. Pour la première fois, le préparateur officiel de la marque s'attaque en effet à une vraie petite voiture. Et conformément aux traditions, il n'a pas fait dans la demi-mesure ! Mais la concurrence est rude sur ce segment : d'un côté, la défunte Audi RS3 (et sa future remplaçante) jouit d'une réputation sans faille, et de l'autre la BMW M135i a fait l‘effet d'une bombe lors de son arrivée il y a quelques temps. S'imposer face à ces références va donc réclamer à cette fusée de poche qu'elle dépasse nos attentes. Alors, à la hauteur cette Classe A AMG ?

Voir plus de photos

Trop de style tue le style

Comme d'habitude chez Mercedes, la A45 AMG profite d'une version Edition 1 de lancement, largement équipée et décorée en conséquence. C'est un exemplaire de cette série limitée que nous découvrons un matin de novembre chez le constructeur, en région parisienne. Et cette version délurée achève de pulvériser la réputation un peu « pépère » qui a collé à Mercedes durant des années. Gueule menaçante, boucliers béants au ras du sol, jupes latérales, ailettes aérodynamiques, jantes noires avec simili écrou central : la sportivité n'a pas été ajoutée par touches, mais plutôt par pelletées entières !

Tout serait pour le mieux si AMG n'avait pas souhaité aller encore un cran plus loin. La frontière du bon goût est malheureusement franchie avec la bande noire qui orne notre carrosserie blanche nacrée et l'imposant aileron posé sur le hayon. Sur le papier, ces ornements paraissent amusants, mais dans la réalité il font passer une Mégane RS jaune Sirius pour discrète, et tendent trop vers l'ambiance des premiers épisodes de Fast and Furious. Mais il suffit de ne pas cocher l'option lors de la configuration de la Mercedes A45 AMG pour obtenir un engin délicieusement agressif, profitant d'une véritable présence sur la route, tout en conservant une discrétion de mise pour une voiture destinée à un usage quotidien.

Dans l'ambiance

Si l'Edition 1 va donc un peu trop loin à l'extérieur de la A45 AMG, l'habitacle profite pleinement des options qu'elle apporte. On s'installe dans des sièges baquets aussi enveloppants que confortables et on profite d'une ambiance particulièrement soignée. Comme sur la version normale de la Mercedes Classe A, l'intégration du GPS apparaît comme incongrue et un peu cheap. Mais pour le reste, les reproches à l'encontre du modèle « civil » disparaissent sur la Mercedes A45 AMG. Choix des matériaux pour les points de contact (mention spéciale au volant en Alcantara derrière lequel se cachent des palettes en véritable métal), qualité perçue, ergonomie : la compacte s'avère exempte de reproches. La présence du levier de vitesse AMG, l'étonnante console centrale en simili-carbone ou les inserts rouges omniprésents contribuent à donner le sentiment d'avoir entre les mains un engin très spécial. De leur côté, les places arrière et le coffre offrent un espace correct, mais ne dominent pas la catégorie.

180 chevaux par litre !

Comme d'habitude avec AMG, l'essentiel se passe toutefois sous le capot. Et si ce moteur est le premier 4 cylindres recevant le traitement AMG (ainsi que la plaque signée par l'ouvrier en charge de sa construction), cela ne signifie pas que le préparateur ait changé ses méthodes. Avec une flopée de technologies et un turbo soufflant à 1,8 bar, le petit « 4 pattes » de 2 litres s'offre le rendement exceptionnel de 180 ch/litre, pour un total de 360 ch à 6 000 tr/min. Le chiffre ne vous paraît pas impressionnant ? Souvenez vous qu'il n'y a pas si longtemps, une Ferrari F355 dominait le monde des sportives avec… 380 ch ! Et malgré cette fiche technique alléchante, le bloc passe les normes Euro 6 et annonce une consommation normalisée (illusoire, certes) de 7,1 l/100 km.

Cette cavalerie, et les 450 Nm de couple qui vont avec, passe à la route grâce à une boîte à double embrayage et à la transmission intégrale 4Matic, dérivée ici des systèmes Haldex. L'ensemble est muselé par un ESP à 3 modes (on, sport et off) et profite d'un contrôle de trajectoire baptisé « Curve Dynamic Assist » capable d'agir sur les freins de chacune des roues afin de maîtriser le sous-virage.

Cracheur de feu

Affirmons le tout de suite : une voiture lâchant des flammes au rétrogradage ne peut pas être foncièrement mauvaise. C'est puéril, certes, mais l'idée s'adresse directement à l'enfant de 5 ans qui sommeille dans chaque passionné de bombinette. À l'image d'un cracheur de feu, la Mercedes A45 AMG n'est pas la façon la plus intelligente de consommer du carburant, mais ce petit missile focalise l'attention et génère un amusement teinté de respect. Dès qu'on est lancé, le moteur domine toute l'expérience : il pousse très, très fort, s'appuie sur les 4 roues motrices pour nous extraire des courbes et fait le tout en grognant et ratatouillant comme un animal sauvage. Un terme qui correspond bien aux sensations délivrées par la Mercedes. Comme ses grandes sœurs, elle semble démesurée en toutes circonstances.

Sur une route grasse de la vallée de Chevreuse, elle incite à hausser encore le rythme... et dévoile finalement ses limites. La direction un peu artificielle, les suspensions sèches, le comportement presque trop neutre peuvent chagriner le pilote dans les enchaînements très serrés. Puis un morceau de ligne droite fait son apparition : on écrase l'accélérateur et le moteur grogne de plus belle, lâche une détonation à chaque pression sur la palette de droite et semble s'étouffer dans les vapeurs d'essence (en clair : il ratatouille et crache une flamme) au moment du freinage. Notre sourire revient aussitôt !

Sur le chemin du retour, l'A45 AMG parvient à s'assagir. Le moteur devient un peu plus discret, la boîte gère correctement les passages de rapports, bien qu'elle soit moins douce que l'automatique à 8 rapports de la M135i ou la S-Tronic 7 de la RS3, et la direction légère permet de manœuvre facilement dans le trafic. Mais rien de tout cela n'a d'importance. Car on sait qu'il suffit de tirer 3 ou 4 fois sur la palette de gauche pour réveiller le cracheur de feu…

À retenir

Clairement, la BMW M135i est une meilleure voiture. Même avec un déficit de puissance, elle s'avère plus polyvalente, plus joueuse, plus confortable et probablement plus efficace. Mais cela n'a pas la moindre importance lorsqu'on se trouve à bord de la Mercedes A45 AMG ! Le caractère de ce moteur s'avère follement addictif et, d'une façon générale, la petite AMG apparaît plus « spéciale » que l'ensemble de ses concurrentes. Véritable supercar de poche, elle compense en caractère ce qui lui fait défaut en efficacité. Elle ne risque donc pas de dominer le segment, mais pour ce qui est d'orner les murs de chambres d'enfants, elle a clairement une longueur d'avance !
points fortsMoteur impressionnant, personnalité forte, présentation flatteuse, performances brutes impressionnantes, grip
points faiblesConfort perfectible, direction manquant de sensations, boîte pas assez douce
15.9

20
Les chiffres
Prix 2013 : 62 900 €
Puissance : 360 ch
0 à 100km/h : 4.6s
Conso mixte : 7.1l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 9/20

Autres articles pouvant vous intéresser

MERCEDES A35 AMG 4 Matic
MERCEDES A35 AMG 4 Matic

Alors que la sulfureuse A45 AMG pointe le bout de sa calandre, nous prenons...

MERCEDES A 200 7G-DCT AMG Line
MERCEDES A 200 7G-DCT AMG Line

La précédente Classe A avait réussi sa mue en devenant une berline compacte...

MERCEDES AMG A 45 4Matic
MERCEDES AMG A 45 4Matic

La Mercedes Classe A AMG pensait avoir mis tout le monde d'accord avec ses...

Tous les essais MERCEDES
ASTON MARTIN DBS Superleggera
ASTON MARTIN DBS Superleggera

Pour répliquer à la Ferrari 812 Superfast, voici qu'Aston Martin dégaine sa...

MERCEDES A35 AMG 4 Matic
MERCEDES A35 AMG 4 Matic

Alors que la sulfureuse A45 AMG pointe le bout de sa calandre, nous prenons...

PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)
PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)

La Porsche 911 se refait une beauté et revient dans une huitième génération....

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar invité
un internaute a dit le 18-12-2013 à 08:25
J'adore le son de 4 cylindre et le reste est parfait aussi
avatar de ricola
ricola a dit le 04-12-2013 à 08:30
Gueule d'enfer? déjà le look de Classe A est d'une banalité .... Ce n'est pas en y ajoutant des appendices aérodynamiques qui changera la donne Par contre la CLA passe un peu mieux Mais ça n'enlève rien aux qualités des préparations (moteur) AMG