Essai MAZDA MX-5 Roadster Coupé 1.8

Vincent Desmonts le 18/09/2006

Le charme avec un peu plus de confort : le Mazda MX-5 Roadster Coupe s'offre un toit rigide. Le plaisir est-il toujours intact ?

Voir la vidéo en HD

Présentation

Les coupés-cabriolets sont à la mode. Une mode sur laquelle Mazda compte bien surfer grâce à cette nouvelle MX-5 Roadster Coupe, qui complète la gamme sans remplacer le classique Roadster à capote en toile. La transformation ne trahit pas le concept de légèreté cher à la Mazda MX-5 : le toit réalisé en matériaux composites ne pesant que 30 kg, l'addition pondérale globale se limite à 37 kg, renforts et accessoires compris. Ce qui n'empêche pas ce toit rétractable d'être à commande électrique et de se replier en 12 secondes seulement (un record !). L'automatisme n'est cependant pas intégral, puisqu'il faut encore verrouiller manuellement le toit au niveau de la baie de pare-brise.

Extérieurement, l'implantation du toit n'a pas altéré le charme de la MX-5 : même capotée, elle conserve un fort pouvoir de séduction. Le coffre reste quant à lui intact, puisque le toit se replie dans le rangement normalement occupé par la capote en toile. La MX-5 Roadster Coupe se voulant plus bourgeoise que la version Roadster traditionnelle, elle bénéficie de suspensions assouplies destinées à soigner le confort. Ces modifications ne transfigurent pas les sensations de conduite. On appréciera l'insonorisation améliorée sur autoroute, ainsi qu'une meilleure filtration des inégalités du bitume. Le moteur 1.8 de 126 ch manque toujours de caractère, mais offre une souplesse à mi-régime que le plus puissant 2.0 (pourtant fort de 160 ch) est incapable d'offrir. Le châssis reste quant à une grande source de plaisir : direction très directe et roues arrière motrices se combinent pour offrir un agrément de conduite hors pair.

Sur la route

La circulation est dense dans ces vallées tyroliennes. Nous piaffons d'impatience à l'idée d'emmener notre MX-5 Roadster Coupe à l'assaut des délicieuses routes aux multiples lacets menant à quelques-uns des plus hauts cols d'Europe. Enfin, la circulation se dégage et nous pouvons pousser un peu la mécanique. Difficile de masquer une certaine déception. Que ce soit le 1.8 de 126 ch ou le 2.0 de 160 ch, les motorisations proposées sur la MX-5 manquent de vivacité et de caractère. La plus puissante ne se justifie d'ailleurs guère, vu son cruel manque de peps sous les 4 000 tr/min.

Heureusement, le plaisir reste intense. Cheveux au vent ou bien a l'abri des éléments sous le confortable toit escamotable, on déguste en fin gourmet la précision de la direction et sa faible démultiplication : le train avant se place au millimètre et en une fraction de seconde. Profitant d'une répartition des masses optimale et d'une bonne rigidité, la MX-5 Roadster Coupe avale les courbes avec une grande sérénité... du moins dans sa version 1.8. La 2.0 s'en distingue en effet par des amortisseurs Bilstein spécifiques qui s'accordent mal avec les grosses jantes de 17 pouces, détériorant la stabilité en virage. Sur la version 1.8, en revanche, l'équilibre du châssis permet de mettre la MX-5 Roadster Coupe entre des mains peu expertes. Il faudra juste faire preuve d'un peu de prudence sur sol gras, les pneus Yokohama fournis s'y montrant peu à l'aise.

À retenir

Toujours aussi charmeuse, mais désormais à même de séduire une clientèle plus bourgeoise ou craignant le vandalisme, la Mazda MX-5 Roadster Coupe facture son toit rigide escamotable 1 700 €. Un tarif à peine supérieur à celui d'un hard-top, avec la polyvalence en plus et les soucis d'entreposage en moins. Dès lors, pourquoi se priver ?
points fortsPlaisir de conduite intact, facilité de manipulation du toit, meilleure insonorisation, performances préservées, confort amélioré.
points faiblesMoteur manquant de caractère, toit nécessitant un verrouillage à la main.
Les chiffres
Prix 2006 : 25 150 €

Autres articles pouvant vous intéresser

MAZDA MX-5 2.0L SKYACTIV-G 184 ch
MAZDA MX-5 2.0L SKYACTIV-G 184 ch

+24 chevaux, soit 15 % de puissance en plus : pas de quoi révolutionner le...

MAZDA MX-5 RF 2.0 160 ch
MAZDA MX-5 RF 2.0 160 ch

La pétillante Mazda MX-5 se décline désormais dans une très stylée version à...

MAZDA MX-5
MAZDA MX-5

Un poids-plume, zéro superflu et un tempérament espiègle : à contre-courant...

Tous les essais MAZDA
JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

BMW 840d xDrive Gran Coupé
BMW 840d xDrive Gran Coupé

La BMW Série 8 complète sa gamme avec cette élégante carrosserie à quatre...

ASTON MARTIN V8 Vantage AMR
ASTON MARTIN V8 Vantage AMR

Dès le lancement de la nouvelle V8 Vantage, Aston Martin avait assuré qu'une...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de guigui1706
guigui1706 a dit le 14-04-2014 à 17:19
Proprio depuis plusieurs mois de ce modèle, je n'ai aucun regrets... J'avais peur avec les articles qui dise le moteur décevant! Et bien non! j'ai aussi roulé en Z3 3.0l et franchement je préfère la mx. Plus de sensations, pour une vitesse moindre! Des accélérations dynamiques et largement suffisantes pour atteindre des vitesses non autorisées juste en prenant son élan. Il faut arrêter avec les moteurs surpuissants, Ok ce n'est pas une foudre, mais franchement, à part sur circuit à quoi ça sert? Avec le Z, il fallait la puissance car sinon, impossible d'avoir des sensations tellement c'est filtré. Avec la mx, j'ai les mêmes sensations, mais en roulant 30 à 40 km.H moins vite, alors pourquoi vouloir plus de chevaux? J'habite en montagne: en courbes, c'est un régal sans prendre trop de risques, et dans les lacets, c'est un kart!!! Le toit dur fait perdre un peu de spontanéité mais on gagne en sérénité en stationnement et en confort sous la pluie ou sur autoroute. Que du bonheur!!!! :)
avatar de vivif
vivif a dit le 15-01-2013 à 10:40
Je souhaite acheter un MX5 1.8L roadster coupé type NC finition élégance 2008. Ce véhicule en est à son troisième propriétaire. Ce modèle présente -t-il un problème particulier. Votre avis. Merci