< retour

Essai JAGUAR XE 2.0 D 180 ch

Vincent Desmonts le 22/02/2016

Dix ans après l'échec cuisant de la X-Type, Jaguar revient sur le segment des berlines familiales avec une XE aux arguments plus affûtés. De quoi enfin empiéter sur les plates-bandes des Audi A4, BMW Série 3 et Mercedes Classe C ?

Voir la vidéo en HD

Soif de revanche

Comment descendre en gamme et élargir sa clientèle sans pour autant diluer son image de marque ? Le défi est universel chez les marques « premium », et certaines y sont parvenues bien mieux que d'autres. Si Audi est passé maître en la matière, Jaguar a trébuché avec sa X-Type, lancée en 2001. Basée sur une plate-forme de Ford Mondeo, alourdie par une transmission intégrale obligatoire et uniquement disponible avec de gourmands V6 essence, elle n'a pas réussi à séduire la clientèle européenne. L'arrivée tardive d'une version 4 cylindres diesel en traction avant n'aura pas inversé la tendance : le rachat de Jaguar par Tata Motors scellera le destin de cette « Baby Jag » qui n'aura jamais atteint ses (ambitieux) objectifs commerciaux.

Voir plus de photos

Faire oublier la X-Type

Autant dire que pour cette nouvelle XE, Jaguar a bien retenu la leçon ! Cette fois, place à une plate-forme spécifique faisant largement appel à l'aluminium (que réutilisera le SUV F-Pace), des roues arrière motrices et une large gamme de motorisations, allant d'un sobre 2.0 diesel de 163 ch à un puissant V6 3.0 suralimenté de 340 ch. Et côté look, la XE tourne définitivement la page du style néo-rétro de la X-Type, en adoptant des lignes modernes et dynamiques, associées à des proportions athlétiques : long capot, malle courte. Avec 4,67 m de longueur, la XE s'inscrit dans la moyenne des familiales « premium ». C'est vrai aussi de son habitabilité : si les occupants des places avant sont bien installés, ceux de la banquette arrière seront plus à l'étroit. Quant à l'assise centrale, encombrée par le tunnel de transmission, elle ne servira qu'en dépannage. La Jaguar se fait pardonner grâce à une présentation moderne et chaleureuse, ainsi qu'une ergonomie sans fausse note. En particulier, l'écran tactile de l'info-divertissement InControl Touch est réactif et résiste bien aux salissures. En revanche, la qualité perçue n'est pas au niveau de la concurrence germanique : si les matériaux sont de bonne facture, l'assemblage et certaines finitions laissent un parfum d'inachevé.

Un châssis impressionnant...

Comme les autres modèles de la gamme Jaguar, la XE emploie donc massivement l'aluminium. Un choix qui ne se traduit cependant pas par un allègement spectaculaire : avec 1 565 kg en version 2.0 D 180 ch à boîte automatique, l'anglaise serait même assez lourde. Et pourtant, volant en mains, elle parvient à masquer cet embonpoint. La direction très précise commande un train avant incisif, et la transmission de la puissance aux roues arrière empêche toute remontée de couple dans le volant. La Jaguar XE se révèle ainsi agile et divertissante sur routes sinueuses à la manière d'une BMW Série 3, et même mieux amortie que cette dernière sur bitume dégradé. Mais ses suspensions se révèlent également très tolérantes pour les lombaires, au point de rejoindre une Mercedes Classe C en termes de confort. Le compromis idéal ? Oui, à un détail près : la direction qui manque de feeling. Difficile de « lire » le grip disponible sur le train avant. Pour le reste, ce châssis est incontestablement le point fort de la Jaguar XE.

...mais un diesel bruyant

Sur le plan mécanique, le bilan est un peu moins flatteur. Certes, le moteur diesel 2.0 « Ingenium » dernier cri revendique tout l'attirail technologique moderne (rampe commune, accessoires pilotés pour réduire les frictions, dépollution par réduction catalytique sélective SCR…). Il affiche en outre une valeur de couple élevée pour la catégorie (430 Nm), qui se traduit dans la vraie vie par une belle aisance à bas et moyens régimes, en dépit d'une boîte automatique à huit rapports parfois un peu lente à rétrograder. Mais ce bloc « mazout » est plutôt gamin des rues de Liverpool que fils de la bonne société de Kensington : il parle fort et vibre un peu trop. D'une manière générale, l'habitacle de la XE n'a d'ailleurs pas l'ambiance feutrée d'un boudoir anglais. Les bruits de roulement et les sons issus de l'extérieur y sont en effet un peu trop présents. La dernière Audi A4 offre une atmosphère plus feutrée.

À retenir

Réjouissons-nous : la Jaguar XE apporte un vrai plus dans la catégorie très codifiée des berlines premium ! Avec son style élégant, sa présentation chaleureuse et le meilleur compromis confort/tenue de route du segment, la XE remet au goût du jour le savoir-faire Jaguar en matière de belles autos bien pensées. Mais elle pourrait cependant faire des efforts du côté de l'insonorisation et de la finition.
points fortsCompromis confort/tenue de route, agrément général, présentation agréable, moteur volontaire à bas régimes, ergonomie.
points faiblesBruit et vibrations du moteur, habitabilité moyenne, finition perfectible, options chères.
14.7

20
Les chiffres
Prix 2016 : 47 800 €
Puissance : 180 ch
0 à 100km/h : 7.8s
Conso mixte : 4.2l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 16/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 11/20

Autres articles pouvant vous intéresser

JAGUAR XE 25t AWD
JAGUAR XE 25t AWD

Adoptant une nouvelle génération de moteurs maison tout aluminium - nommés...

JAGUAR E-Pace D240 BVA AWD S
JAGUAR E-Pace D240 BVA AWD S

Petit frère du F-Pace, le nouveau Jaguar E-Pace entend offrir le même...

JAGUAR F-Type SVR AWD
JAGUAR F-Type SVR AWD

Jaguar aura son AMG : c'est le label SVR, avec lequel la marque offre ses...

Tous les essais JAGUAR
ASTON MARTIN DB11 V8
ASTON MARTIN DB11 V8

Tout juste commercialisée, la sublime Aston Martin DB11 s'offre une nouvelle...

ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio
ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio

Non content d'afficher des performances de supercar, le nouvel Alfa Romeo...

LAND ROVER Range Rover P400e Autobiography
LAND ROVER Range Rover P400e Autobiography

Le Range Rover s'offre un lifting et se décline désormais dans une version...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de petit breton
petit breton a dit le 17-06-2016 à 20:03
ayant possede une jaguar x type 20 D et effectue 220000 KM avec- la jaguar XE prestige 163 CHV diesel se devait de lui succeder si l une etait trop une ford l autre est une vraie jaguar rien a voir entre les deux une ligne superbe un confort exceptionnel roulez avec le regard des autres vous suffira donc voiture valorisante pour la consommation en boite automatique en roulant dans les limitations actuelles sur autoroutes entre 5L5 et 6 LITRES donc un plein a vannes l autre en espagne bonne surprise et le reservoir n etait pas vide tres agile malgre sont volume bien accrochee sur le bitume avec d ecxellentes reprises elle ne demande que a rouler alors faite comme moi acheter la c est une avaleuses de KM et le service jaguar lui est toujours a la hauteur donc que du bonheur et pour les ecolos elle ne fume pas de particules ca aussi c est tres importants surtout a notre epoque donc n hesiter pas avec deja 10000 KM parcouru pas de defauts constates
avatar de YOUK
YOUK a dit le 28-02-2016 à 15:32
Pour que Jaguar empiète sur les marques "premiums "il serait bon de rappeler aux plus jeunes clients potentiels ce que représentait Jaguar dans les années 50 / 60 / 70 , sinon ils ne ferons pas la différence avec une grosse familiale , type Ford ou Volkswagen .
avatar de mmmm
mmmm a dit le 24-02-2016 à 16:11
je veux cete voiture come un cadaux
avatar de bicquet
bicquet a dit le 23-02-2016 à 19:48
je suis heureux de constater qu'en Europe , il n'y a pas que les berlines allemandes !!!