Essai BMW Z4 M Coupé

Jean-François Destin le 10/07/2006

Extrême, le coupé BMW Z4M coupé propose des performances très élevées et une conduite à la portée de tous.

Partagez

réagir
Voir la vidéo en HD

Présentation

Du sport à l'état pur, mais dans un écrin confortable et attractif. Le nouveau BMW Z4M coupé ne risque pas de décevoir, encore moins de choquer, comme ce fut le cas du coupé Z3 lancé sans succès en 1998. Avec sa gueule de « shooting break » et son arrière anguleux, il pouvait fasciner mais il partageait les avis. Cette fois, BMW a repris la recette de la voiture de sport authentique, celle qui fit, entre autres, le bonheur d'une Ferrari 250 GT : un capot long pour abriter ici le 6 cylindres, un arrière ramassé et un contraste visuel flagrant entre un empattement généreux et des porte-à-faux réduits.

Identique au concept Z4 dévoilé au Salon de Francfort 2005, ce BMW Z4 M de moins de 4.12m s'offre un grand hayon s'ouvrant sur un coffre de 300 dm3. Qu'importe s'il est à peine suffisant pour le pilote et sa passagère.

BMW Z4 M Coupé BMW Z4 M Coupé

Design

Le BMW Z4 M reprend toute la partie avant, les flancs avec ses surfaces concaves et convexes et le très haut bouclier arrière soutenant les feux du roadster. Le couvercle de malle a cédé sa place à un large hayon dessiné intégré dans la continuité d'un toit très étiré vers l'arrière. La pointe de ce hayon bénéficie d'un modelé servant de becquet aérodynamique tout en abritant le troisième feu stop. La puissance et le dynamisme de ce coupé s'exprime encore par ses ailes arrière marquées, une poupe tronquée quasi verticale et son long capot semblant toujours prêt à dévorer le bitume.

Habitacle

L'essentiel du cockpit du roadster et de sa planche de bord se retrouvent sur le BMW Z4 M coupé. Un poste de pilotage fonctionnel, tourné vers la sportivité et la manipulation rapide des commandes. Le coupé en version M reçoit en exclusivité des sièges sport M en cuir de style baquet. Ils ont été calibrés pour convenir à toutes les morphologies sans être contraignants comme les vrais baquets de course. Le volant, frappé du sigle « M » et gainé de cuir, nous propose sa jante épaisse. Une épaisseur peu agréable qui ne s'explique pas.

Châssis

Moteur avant, propulsion arrière, centre de gravité bas et répartition des masses de 50/50 : le BMW Z4 M coupé répond aux fondamentaux de la voiture de sport agile et stable. Comme d'habitude pour ses modèles de pointe, BMW a travaillé ses trains roulants avec ici un essieu avant à jambes de suspension vissées, spécialement développé pour le coupé et le roadster M. Son rôle est d'offrir au conducteur de bonnes sensations au volant sans dégrader le confort. Un avantage dû aussi à l'assistance hydraulique de la direction. A l'arrière, l'essieu multibras (nous avons pu le constater sur le circuit du Mans) assure une assise impressionnante de la voiture en trajectoires.

Moteur

Il s'agit du 6 cylindres 3.2l de 343 chevaux déjà monté sur le roadster Z4 M. BMW a choisi la voie du bloc compact tournant vite pour offrir de hautes performances plutôt qu'une mécanique de plus forte cylindrée ou suralimentée. Carter en fonte mince hautement résistante, pistons en alu revêtus de graphite, culasse à quatre soupapes par cylindre coulée dans la fonderie de l'usine de Landshut (là où sont usinés et assemblés les moteurs de F1) : le 6 cylindres du BMW Z4 M bénéficie aussi d'un système d'admission optimisé et d'une gestion moteur pilotée. S'ensuivent des performances de haut niveau. Cinq secondes pour passer de 0 à 100 km/h, 250 km/h en pointe et un agrément de conduite qui permet aussi de faire du tourisme et d'aller et venir en ville sans aucun problème d'échauffement ou de transmission.

BMW Z4 M Coupé BMW Z4 M Coupé

Sur la route

C'est au Mans, à la fois sur le circuit Bugatti puis, immense privilège obtenu par BMW, sur les 13.650 km empruntés par les concurrents des 24 Heures que nous avons pu tester le nouveau BMW Z4 M coupé. Non qu'il ne soit pas possible de l'essayer sur la route : en venant avec dans la Sarthe, nous en avons eu la confirmation.

À retenir

quoteAvec son concept Z4 M dévoilé en 2005, BMW souhaitait savoir si un coupé avait bien sa place aux côtés du roadster. La presse et le public ont plébiscité une industrialisation rapide et BMW s'est exécuté sans pratiquement retoucher le concept-car. Une bonne décision car à part le Cayman S de Porsche, ce BMW Z4 M coupé de l'extrême n'a pratiquement pas de rivaux. Sa grande réussite est de proposer des performances très élevées mais aussi une conduite à la portée de tous. Se faire plaisir sur une piste fermée et aller au marché le lendemain avec la même voiture n'est plus si courant. A cet égard, BMW a visé juste.
points fortsSilhouette attractive, moteur exceptionnel, comportement, polyvalence d'utilisation, freinage, direction, confort, facilité de prise en main, finition.
points faiblesFreinage (en utilisation intensive sur circuit), course de la commande de boite, coffre réduit, peu ou pas de rangements à bord, jante du volant trop grosse.
Les chiffres
Prix 2006 : 59 600 €
Puissance : 343 ch
0 à 100km/h : 5s
Conso mixte : 12.1 l/100 km
Emission de CO2 : 292 g/km

Partagez

réagir

Derniers essais BMW

BMW Z4 sDrive35i
BMW Z4 sDrive35i
BMW Z4 sDrive28i
BMW Z4 sDrive28i
BMW Z4 sDrive35i
BMW Z4 sDrive35i
Tous les essais BMW

Avis des propriétaires

Commentaires