Essai BMW 730d

Jean-François Destin le 27/04/2005

En dépit de son design contreversé, la dernière évolution de la BMW Série 7 ne s'est jamais aussi bien vendue. Plus de 208.000 unités produites et diffusées à travers le monde en 40 mois.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Choquante la Série 7 ? A voir. En dépit de son regard maniéré, de ses lourdeurs de style et de son couvercle de malle surajouté, la dernière évolution du vaisseau amiral de BMW ne s'est jamais aussi bien vendue. Plus de 208.000 unités produites et diffusées à travers le monde en 40 mois : personne n'y croyait et surtout pas Chris Bangle, le patron du design BMW sermonné pour s'être montré trop audacieux. Toujours en place, l'américain a commis depuis une Série 5 moins décalée et une Série 3 presque trop sage mais conforme aux attentes d'une clientèle plutôt conservatrice. Cependant, chez BMW, les critiques ne restent jamais lettre morte et à l'heure du remodelage, on a essayé de gommer ces excès de style. Rien de spectaculaire mais en plaçant l'ancien et le nouveau modèle côte à côte, on remarque des petites différences au niveau des optiques, du pare-chocs, du capot et des feux arrière.

L'intérieur, reconduit, fait apparaître une nouvelle disposition des instruments de commande, 23 combinaisons de couleurs intérieures sont disponibles tandis que le compliqué I-Drive voit ses programmes allégés et simplifiés. A part le V12 6l de 445 ch inchangé, toutes les motorisation montent en puissance sans consommer plus et parfois moins. Le client aura le choix entre le 6 cylindres de 258 ch et les V8 de 306 et 367 ch. En diesel, entre le nouveau 6 cylindres 3l de 231 ch et le V8 4.5l de 300 ch. Les trains roulants ont été revisités avec une optimisation des trois modes offerts (standard, Adaptive Drive et Pack Sport) et un élargissement des voies. Pour ne pas fâcher la clientèle exigeante, il a été décidé par la filiale française d'intégrer des équipements jusqu'ici en option. Ne serait-ce que pour justifier une augmentation des tarifs. Ainsi la 730d de notre essai passe de 67.600€ à 71.000 € mais bénéficie en série des projecteurs bi-xénon, de la la clim étendue, des jantes de 17 pouces et d'un filtre à particules de dernière génération. Les tarifs des versions essence vont de 72.200 à 129.600 €.

BMW 730d BMW 730d

Design

Sans véritablement jouer au jeu des 7 erreurs, le néophyte devra se montrer attentif pour repérer les évolutions esthétiques. Chez BMW, on s'est attaché à rendre la Série 7 moins décalée. Les optiques (bi-xénon sur tous modèles) ont été redécoupés et les « sourcils » colorés sont désormais transparents. La calandre a été agrandie à la pointe d'un nouveau capot plus bombé et le pare-chocs bouclier comporte des entrées d'air plus importantes. L'arrière, original mais pas vraiment convaincant de l'ancien modèle adopte des feux plus conventionnels ( bi-intensité de série en fonction de l'intensité du freinage) mais ne parvient pas complètement à dissimuler ce couvercle de coffre qui a fait tant jaser. Comme à l'avant, le bouclier est nouveau. Enfin, les voies ont été élargies pour améliorer encore l'assise au sol de la voiture.

Habitacle

Elégant et de qualité, l'intérieur d'une Série 7 ne décevra pas le client visé. On trouve toujours une double visière, la deuxième coiffant la large console centrale abritant l'écran de navigation relayant aussi les sentiers de l'i-Drive. Un i-Drive simplifié mais encore difficile à appréhender pour celui qui se sert de la voiture que quelques heures. Les commandes électriques des sièges auraient également mérité une contre-visite pour les rendre plus intuitives. Toujours bardé de cuir et de bois précieux, l'habitacle se veut mieux équipé en série à l'arrière avec en option l'installation d'une deuxième molette I-Drive avec écran indépendant, un second téléphone et des sièges « confort » à la fois ventilés et chauffants ! Si votre tirelire tinte encore, vous pouvez aussi opter pour le compartiment réfrigéré, la climatisation indépendante, le changeur de DVD et le changeur CD avec fonction MP3.

Châssis

Avec ses 2 tonnes en mouvement, la Série 7 se doit de disposer d'un châssis rigoureux. Même si la majorité de la clientèle ne la poussera jamais dans ses derniers retranchements, elle doit rassurer quelques PDG pressés ou amateurs de conduite sportive grâce à ses trains roulants en aluminium de série. Les voies ayant été élargies, la tenue de route et le confort profitent d'une cinématique des essieux revue et d'un châssis retaré. BMW propose encore mieux : l'Adaptive Drive composé du Dynamic Drive (contrôle de roulis) et de l'EDC-K, traduisez : commande de l'amortissement à variation continue. En série sur les seules versions V12 6 litres, cette sophistication coûte en supplément 3660 €. Et ce n'est pas tout : il existe encore le « pack Sport » avec Dynamic Drive, caisse abaissée, suspension durcie, peintures, cuirs et bois spécifiques et jantes en alliage léger rayons en V. Le tout pour …9420 €.

Moteurs

Tous les propulseurs dédiés à la Série 7 sont nouveaux ou améliorés. La 730d, modèle de notre essai abrite ainsi un diesel 6 cylindres inédit de 231 chevaux. Son carter tout en aluminium permet un gain de poids de 25 kg et il reçoit entre autres une rampe commune de troisième génération et des piezo-injecteurs. Ce système d'alimentation de haute technologie explique la baisse de consommation (-5%) et le bond en avant des performances. A noter aussi un filtre à particules EU 4 de série. Toujours en diesel apparaît un nouveau V8 pour la 745d avec 300 ch (+16%), un couple de 700 Nm (+ 17%) et une consommation de 9,5l (-2,1%). Même renouvellement en essence avec pour la 730 un 6 cylindres 3 litres de 258 c, pour la 740 un V8 4l de 306 ch, pour la 750 un V8 5 litres de 367 ch et pour la 760 un noble V12 de 445 ch. A noter que tous ces moteurs sont de série associés à une boite automatique à 6 rapports avec commande séquentielle.

Sur la route

Oserait-on dire qu'une BMW Serie 7 s'apprécie davantage à l'arrière qu'à l'avant ? Les sensations au volant apparaissent tellement anesthésiées qu'on se déplace, certes dans des conditions de luxe et de confort acoustique extrêmes, mais sans réel agrément de conduite. Bien sûr, BMW propose une panoplie de liaisons au sol permettant de rouler vite en toute sécurité mais le gabarit imposant de la voiture et toujours cette impression de pilotage aseptisée freinent vite les ardeurs. Disposant de l'Adaptative Drive, nous avons testé, via la commande I-Drive les modes confort et sport sans noter de variations spectaculaires de comportement, la suspension se montrant seulement moins confortable en « sports ». En base l'excellent châssis de la 7 suffit à entretenir la confiance du conducteur surtout en ces temps de limitations de vitesse étroitement surveillées.

Le nouveau 3 litres diesel, seul moteur disponible pendant les essais nous a ravi en tous points. Discrétion absolue, souplesse, tonus et montées en régimes sont au diapason sans que le réservoir se vide trop rapidement. On l'apprécie d'autant mieux qu'il est couplé à une boite automatique aux rapports adaptés selon que l'on opte ou non pour le programme « sport ». ZF, en charge de cette boite, a beaucoup travaillé pour atténuer les à-coups liés au changement de rapport. Quant à la commande séquentielle (relayée par des boutons mal positionnés sur et sous le volant), on l'oublie vite pour profiter pleinement de l'automatisme. Pour le reste, la Série 7 reste une berline compliquée nécessitant un long apprentissage pour affiner les réglages. Un seul exemple, les commandes alambiquées pour trouver une bonne position d'assise derrière le volant.

BMW 730d BMW 730d

Equipements

8 airbags, ABS, DBC, DSC III, DTC, alarme antivol, car-key memory, frein de stationnement électrique, indicateur de perte de pression des pneus, radar d'approche d'aide au stationnement (avant et arrière), régulateur de vitesse, volant multi-fonctions, boiseries en noyer américain, sellerie cuir Nasca, système de navigation GPS, autoradio professionnel CD, rétroviseurs électrochromes et rabattables électriquement, climatisation régulée avec fonctions étendues, lave-projecteurs et phares au xénon et jantes en aluminium de 17 pouces.

À retenir

La BMW Série 7 se situe dans un marché élitiste où évoluent la Mercedes Classe S et l'Audi A8. Deux sérieuses concurrentes. D'un design plus consensuel et statutaire, la Mercedes nous a toujours paru plus agile et plus confortable et l'Audi mieux finie, plus raffinée et impressionnante sur la route avec ses quatre roues motrices. Reste l'image qui permet à BMW de surclasser ses rivales en entretenant le piment sportif si cher à la clientèle.
points fortsStyle bien adouci, transport confortable et silencieux, habitabilité notamment à l'arrière, moteur diesel de base étonnant, rapport puissance/consommation.
points faiblesGabarit imposant, voiture compliquée, conduite aseptisée, encore trop d'options payantes.
Les chiffres
Prix 2005 : 71 000 €
Puissance : 231 ch
0 à 100km/h : 7.8s
Conso mixte : 8.2l/100

Autres articles pouvant vous intéresser

BMW M760Li xDrive V12 Exclusive
BMW M760Li xDrive V12 Exclusive

Quand le haut de gamme du haut de gamme chez BMW se pare d'un badge M, on...

BMW 740Le xDrive iPerformance
BMW 740Le xDrive iPerformance

Après la Classe S de Mercedes, c'est donc au tour de la BMW Série 7 de passer...

BMW 750 Li xDrive
BMW 750 Li xDrive

BMW a de grandes ambitions élevées pour sa nouvelle Série 7. Le moins que...

Tous les essais BMW
SEAT Leon Cupra R ST
SEAT Leon Cupra R ST

Avant de tirer sa révérence, l'actuelle Seat Leon se décline dans une ultime...

ABARTH 595 Competizione
ABARTH 595 Competizione

Lancée en 2008, la bombinette Abarth est toujours au catalogue. Certes, elle...

PEUGEOT 308 GTi 263 ch FAP
PEUGEOT 308 GTi 263 ch FAP

La 308 GTi a reçu un filtre à particules pour se conformer aux nouvelles...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de AD730
AD730 a dit le 11-12-2007 à 03:31
C'est une auto géniale à tout point de vue même en version automatique.