Essai BMW 330d xDrive Touring

Jean-François Destin le 16/02/2009

Presque le modèle le plus abouti de la gamme, la BMW 330d et ses 245 chevaux témoignent de l'évolution récente de la Série 3.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Etrenné en 2004 par le X3, le système de transmission intégrale xDrive de BMW s'est imposé un peu partout dans le monde et en particulier en France. L'an dernier, 20% des 49 144 BMW vendues sur notre territoire en étaient équipées. C'est le résultat de l'addition des SUV X3, X5 et X6 l'intégrant en série, mais aussi d'une forte demande sur les berlines et les breaks Touring comme ce 330d que nous avons essayé dans le cadre du BMW « xDrive Tour ». Chaque hiver depuis 2006, la firme allemande répond à la question : 4 roues motrices, pour quoi faire ? En proposant aux adeptes des stations de sports d'hiver de prendre le volant d'une BMW xDrive.

Devant la caméra, Motorlegend a voulu aller plus loin en opposant une 320d propulsion à notre BMW 330d xDrive. Le résultat se passe de commentaire. Tandis que l'une reste sur place et se tortille au démarrage, l'autre paraît insensible à la très faible adhérence. Même constat en virage ou le contrôle de la trajectoire permet de garder la maîtrise du véhicule. Pour 2 600 € en option, ce système « intelligent » fait varier le couple sur les quatre roues à la milliseconde. Idéal à la montagne pour se passer des chaînes, mais à condition de monter des pneus « hiver ». Le 6 cylindres 3 litres de la BMW 330d est sans doute celui qui a le plus progressé. Entièrement revisité, il gagne 13 chevaux et 20 Nm de couple alors que sa consommation chute de 6,5% (5,7l en mixte). Etonnant en regard des 245 km/h possibles et des 6,1 secondes au 0 à 100 km/h. En version xDrive Touring, la BMW 330d est facturée de 46 450 € à 50 850 €.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Presque invisibles pour le néophyte, les retouches esthétiques concernent le capot plus bombé et nervuré, des boucliers légèrement redessinés, des prises d'air avant agrandies et la calandre déjà montée sur le coupé. A l'arrière, les feux, un peu anonymes sur la précédente version, adoptent un dessin en L davantage en rapport avec le standing de l'auto.

L'habitacle, toujours aussi mesuré à l'arrière notamment, n'est pas ostentatoire mais respire la qualité avec des composants améliorés, comme le cerclage des compteurs ou l'apparition, selon la finition choisie, de baguettes brillantes ou laquées noir ou gris.

En haut de gamme, l'écran de navigation à haute définition et affichage variable offre un bien meilleur graphisme et les sièges aux contours ergonomiques sont recouverts d'un beau cuir fait pour durer. Enfin, la commande iDrive bénéficie d'une simplification d'utilisation même si ce n'est pas encore parfait. A noter encore que les espaces de rangements restent toujours aussi comptés.

Mécanique et châssis

On l'a dit en préambule, le 6 cylindres 3l diesel, référence de la gamme BMW a été entièrement revisité, qu'il s'agisse de sa rampe commune d'injection de 3ème génération, de ses injecteurs piézo-électriques insufflant à 1800 bars, de son turbo à géométrie variable ou de ses bougies désormais en céramique. Equipé d'un catalyseur à oxydation, ce 6 en ligne répond aux normes Euro 5. Si le propriétaire a la fibre écologique, la future norme Euro 6 peut être satisfaite par le montage en option (1 000 €) d'un piège à Nox (Oxydes d'azote), le polluant spécifique aux moteurs diesel.

Le châssis tourne autour de la transmission xDrive. Il vaut surtout par l'instantanéité de son temps de réponse face à la moindre altération de l'adhérence. Sans intervention du conducteur, le système peut faire varier le couple sur chaque train, voire sur chaque roue et même à 100 % sur une seule roue si nécessaire pour maintenir le cap. La répartition (60% sur l'arrière et 40% sur l'avant pour conserver la sportivité de comportement) tient compte aussi de la présence du DSC (Contrôle dynamique de stabilité), les deux systèmes étant interconnectés via l'ICM (Integrated Management Chassis).

Ceci pour contenir toute amorce de sous-virage dans une courbe prise trop vite. Dès que les roues avant perdent de leur pouvoir directeur, la roue arrière à l'intérieur du virage est automatiquement freinée. Un équipement de sécurité active encore amélioré sur la dernière Série 3 par une reprogrammation du DSC.

Sur la route

C'est sur les routes menant de la station de Megève à l'altiport que nous avons pu apprécier le système xDrive de notre 330d Touring. Après un face à face édifiant entre une 320d propulsion et la quatre roues motrices, le test routier s'est poursuivi à cadence élevée sur une départementale entièrement enneigée, avec une facilité de conduite de la voiture assez stupéfiante.

Difficile de prendre en défaut la motricité et surtout le maintien en trajectoire, le système électronique xDrive intervenant en continu pour éviter tout travers intempestif et, nous l'avons évoqué plus haut, limiter les phénomènes de sous-virage. Un comportement sécurisant, dû aussi aux excellents pneus hiver Goodyear Ultra Grip. Attention toutefois à ne pas se laisser griser par une adhérence qui, lors d'un obstacle soudain ou en descente, devra composer avec des distances d'arrêt rallongés. Reste que le xDrive apporte un « plus » sécuritaire sous la pluie et même sur le sec, sans pour autant ternir la sportivité de l'agrément de conduite cher à BMW. Agile, rapide et enthousiasmante à piloter, la 330d se montre presque aussi performante que la 335d biturbo (245ch et 520Nm de couple) tout en étant plus sobre. Avec un poil de confort de suspension en plus, on parlerait d'un sans faute.

À retenir

Face au Quattro d'Audi et au 4Matic de Mercedes, le xDrive de BMW, système le plus récent, n'a aucun mal à s'imposer. Sa rapidité de fonctionnement et son interaction avec le contrôle de stabilité offre au conducteur une sécurité active de tous les instants. Pas moins de 37 modèles (Serie 3 et 5, X3, X5 et X6) le proposent en option avec le succès que l'on sait. Quant à la Série 3, sa remise à niveau l'a replacée en tête, face à l'A4 et la Classe C. Mais la bataille va continuer de faire rage.
points fortsxDrive très évolué, sécurité active au top, 6 cylindres de référence, comportement routier tous temps, boîte auto, consommation, qualité de fabrication.
points faiblesBruits aéro à haute vitesse, espace à l'arrière, prix.
14.6

20
Les chiffres
Prix 2008 : 50 850 €
Puissance : 245 ch
0 à 100km/h : 6s
Conso mixte : 6.6l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 12/20

Autres articles pouvant vous intéresser

BMW 330i (G20)
BMW 330i (G20)

Pour sa 7e génération, la Série 3 grandit, complexifie son style et gagne en...

BMW 340i xDrive M Performance
BMW 340i xDrive M Performance

Discrète comme une voiture d'entreprise et performante comme une vraie...

BMW 330e M Sport
BMW 330e M Sport

Hybride rime souvent avec languide. Se convertir à la voiture « verte »...

Tous les essais BMW
MERCEDES A 35 AMG 4 Matic
MERCEDES A 35 AMG 4 Matic

Alors que la sulfureuse A45 AMG pointe le bout de sa calandre, nous prenons...

PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)
PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)

La Porsche 911 se refait une beauté et revient dans une huitième génération....

MERCEDES AMG GT-R
MERCEDES AMG GT-R

Pour affronter la future Porsche 992 GT3, voici que la Mercedes AMG GT R...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires