Essai AUDI Q3 (II) 45 TFSI

Stéphane Schlesinger le 27/02/2019

Si pour sa deuxième génération, le Q3 demeure un SUV compact, il tend vers plus de dynamisme, à l'image des Audi les plus récentes. Comment cela se traduit-il au volant ? Réponse dans notre essai de la version 45 TFSI.

Voir la vidéo en HD

Pas là où on l'attend

Lancé en 2011, l'ancien Q3 a connu un succès fort convenable, écoulé à 1,1 million d'exemplaires, dont 55 000 en France. Son remplaçant entend bien faire mieux et s'en donne les moyens. Cela commence par un design nettement plus acéré et dynamique, élaboré sous l'égide de Mark Lichte, à qui l'on doit aussi la toute dernière A8. Bien campé sur ses roues, nanti de proportions sans défauts et arborant la nouvelle calandre octogonale signalant désormais les autos frappées des anneaux, le nouveau Q3 se démarque avec bonheur de son prédécesseur sans pour autant le renier.

Voir plus de photos

Du style et de l'espace

Dans l'habitacle, les progrès sont là aussi tangibles mais pas sur tous les plans. L'habitabilité s'améliore, tant en longueur qu'en largeur. Le même constat s'impose pour le coffre, qui, à 530 l gagne 70 l. Et sièges rabattus, il avale jusqu'à 1 525 l de chargement, une très bonne valeur pour la catégorie. Mieux, la banquette arrière, coulissante, permet de faire varier ce volume, tout en proposant des possibilités d'ajustement intéressantes pour les passagers puisque qu'elle le fait en trois parties, offrant même un dossier réglable. Une vraie modularité de monospace. A l'avant, le tableau de bord, au dessin très agréable et moderne, arbore un combiné d'instruments dont la silhouette octogonale évoque celle de la calandre, tandis que des inserts en alcantara apportent une bien agréable touche de douceur. Dommage que cela soit une option à 450 €. Toute les versions bénéficient du Virtual Cockpit, soit une instrumentation TFT configurable à l'ergonomie soignée. Du tout bon ? Non. La qualité des matériaux semble en recul. A l'évidence, on a fait des économies, les plastiques habillant le bas des portières et de la console centrale, durs et désagréables au toucher, dénotant dans un intérieur par ailleurs très bien assemblé. Ça passe chez un constructeur généraliste, moins chez Audi qui a bâti une partie de sa réputation justement sur la qualité de ses habitacles ! Heureusement, la partie haute de la planche de bord frise toujours la perfection.

Technique ad hoc

Techniquement, le SUV allemand récupère la plate-forme MQB-Evo et l'associe à l'avant à des jambes McPherson et à l'arrière à un essieu à 4 bras. Notre version ajoute des amortisseurs pilotés (option à 850 €). Curieusement, le 45 TFSI, à 1 620 kg est plus lourd de 55 kg que l'ancien 2.0 TFSI 220, la faute en partie à des dimensions extérieures en hausse. Sous le capot, c'est le bloc EA888 qui officie, développant ici 230 ch pour 350 Nm de couple, disponible dès 1 500 tr/mn. Il s'associe à une boîte à double embrayage S tronic comptant 7 rapports ainsi qu'une transmission intégrale quattro, faisant varier la puissance entre les trains roulants grâce à un différentiel multi-disques hydraulique géré par électronique et logé sur le train arrière. Le système sait aussi freiner la roue intérieure au virage de façon à augmenter la puissance appliquée à celle située à l'extérieur, ce afin de dynamiser le comportement routier. C'est au Maroc, dans la superbe région d'Agadir que nous allons le juger. D'emblée, je suis séduit par le siège conducteur, doté d'une longueur d'assise réglable, si agréable pour soutenir les cuisses sur long trajet. Ergonomie facile, écran MMI très réactif et agréable à utiliser, position de conduite impeccable, les premiers tours de roue se font dans un confort ouaté, malgré les jantes de 20 pouces optionnelles équipant notre auto.

Châssis dynamique, mais...

Tout est doux dans ce SUV, du moteur à la suspension en passant par la boîte S tronic. Et on note même des mouvements de caisse en mode Comfort. Pour sa part, la sono B&O à effet 3D garantit un son d'excellente qualité, mais nous n'avons pas pu tester le GPS, la cartographie du Maroc n'y étant pas installée. Passons en mode Dynamic. Là, tout s'acère, au bénéfice de la réactivité et de la précision de conduite. Dans les petites routes de montagne, le Q3 vire à plat, tout en profitant d'un excellent grip et ce, en renvoyant suffisamment d'informations dans le volant, d'une bonne consistance et commandant un train avant précis. Mieux, ce 45 TFSI accepte d'être brusqué sans se désunir, tandis que la transmission quattro assure une motricité totale et les freins des arrêts impressionnants. Et sur autoroute, l'ambiance est relaxante. Un bilan étonnant pour ce SUV familial, surtout que la suspension demeure très confortable. Je serais moins laudatif sur le moteur et la boîte. Le premier manque singulièrement de punch sous les 2 000 tr/mn, fait qui s'explique peut-être par la qualité de l'essence locale. Passé ce seuil, il offre de bonnes performances, et monte gentiment à plus de 6 000 tr/mn. La S tronic, pour sa part, est très lente à effectuer un kick-down : quand on claque l'accélérateur au plancher, il lui faut près de 2 s pour sélectionner le bon rapport. Gérée via les palettes, elle réagit de façon presque instantanée et toujours en douceur, mais le mode manuel n'en est pas vraiment un : elle passe le rapport supérieur au rupteur, et rétrograde quand le régime moteur est trop bas. Pour le sport, on attendra donc le RS Q3, qui pourrait récupérer le fabuleux 5-cylindres du TT RS. Nous avons pu tester le Q3 dans le sable, en utilisant son mode Offroad. Il s'en sort très bien, à condition d'appliquer les techniques de conduite adéquates : gaz à fond dans le très mou et modération sur la tôle ondulée. Mais même en ne respectant pas totalement cette dernière consigne, la capacité d'absorption de la suspension étonne : aucune percussion, aucun frottement intempestif à déplorer.

À retenir

Remarquablement suspendu, le nouveau Q3 profite d'une belle habitabilité complétée d'un coffre de très bon volume et d'une modularité digne d'un monospace. Les équipements technologiques sont au complet, le Virtual Cockpit et le Lane Assist étant de série sur tous les modèles. Nanti d'excellentes qualités routières, et capable de s'aventurer hors du bitume, le 45 TFSI manque toutefois de réactivité, tant par son moteur que sa boîte, le premier pouvant pâtir de l'essence locale - essais fait au Maroc, ce qui expliquerait aussi sa consommation un peu élevée de 10 l/100 km-. Disponible dès 46 700 € (+ 4 523 € de malus), ce Q3 est bien placé face à la concurrence premium.
points fortsHabitabilité, volume du coffre, modularité, confort de suspension, sièges, qualités routières, quelques compétences en hors-piste.
points faiblesQuelques plastiques toc, moteur creux, boîte parfois lente, équipements intéressants en option.
14.4

20
Les chiffres
Prix 2019 : 46700 €
Puissance : 230 ch
0 à 100km/h : 6.3s
Conso mixte : 7.3l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 16/20
Budget : 12/20

Autres articles pouvant vous intéresser

AUDI Q3
AUDI Q3

Fort du succès du Q7 et du Q5, Audi investit la catégorie des "crossovers"...

AUDI A1 Sportback (II)
AUDI A1 Sportback (II)

Après huit ans d'une belle carrière, l'Audi A1 de première génération cède sa...

AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic
AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic

Avec cette série limitée RWS, la R8 brise un tabou : c'est la première Audi...

Tous les essais AUDI
SEAT Leon Cupra R ST
SEAT Leon Cupra R ST

Avant de tirer sa révérence, l'actuelle Seat Leon se décline dans une ultime...

ABARTH 595 Competizione
ABARTH 595 Competizione

Lancée en 2008, la bombinette Abarth est toujours au catalogue. Certes, elle...

PEUGEOT 308 GTi 263 ch FAP
PEUGEOT 308 GTi 263 ch FAP

La 308 GTi a reçu un filtre à particules pour se conformer aux nouvelles...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires