Essai ALFA ROMEO 147 GTA

Jean-François Destin le 02/12/2002

Après la 156 GTA, c'est au tour de l'Alfa Romeo 147 de revendiquer cette appellation grâce à la greffe réussie du 6 cylindres 3.2l de 250 chevaux.

Présentation

A l'heure où Luca Di Montezemolo, la patron de Ferrari/Maserati rêve d'un pole sportif haut de gamme italien englobant Alfa Romeo, la firme de Milan continue de travailler dur sans paraître souffrir du mäelstrom économico-financier qui s'est emparé du groupe Fiat Auto. Selon Carlos Gomez, le président d'Alfa en France, les 600 personnes affectées au développement de la gamme milanaise affichent un moral d'acier et quoiqu'il arrive, le constructeur procèdera dans les trois années à venir à 16 lancements articulés autour de 10 voitures inédites. On retiendra l'élargissement du nouveau moteur diesel multijet 140 chevaux (excellent sur l'Alfa 147) à la 156 et à la 166, l'arrivée du V6 3.2l sous le capot du GTV, du spider et de la 166 et en janvier 2004 la sortie d'une nouvelle Alfa Sprint, un coupé 4 places séduisant et performant de la taille d'une coupé 406.

Enfin ce qui nous amène au sujet d'aujourd'hui, chaque gamme Alfa sera coiffée d'un modèle sportif GTA, ces trois lettres, mythiques dans le cœur des Alfistes, étant censées faire revivre les belles pages compétition de l'histoire d'Alfa. Après la 156 GTA (500 unités ont trouvé preneurs en France dont 40 % en variante Sportwagon), c'est au tour de l'Alfa Romeo 147 de revendiquer cette appellation grâce à la greffe réussie du 6 cylindres 3.2l de 250 chevaux. Contrairement à la démarche trop souvent suivie par d'autres constructeurs, Alfa ne s'est pas contenté d'offrir une puissance gratuite. L'installation de ce V6 survitaminé s'est accompagnée d'une refonte des suspensions, du choix d'un châssis sport et d'un renforcement du freinage. Le tout réglé pour offrir au conducteurs un pilotage à la fois attrayant et rassurant. Plus leste et vive que sa grande sœur la 156 GTA, l'Alfa Romeo 147 GTA bénéficie d'un meilleur rapport poids/puissance et se rapproche davantage de l'esprit des GTA d'antan. Relayé par une boite à 6 rapports bien étagés, le formidable potentiel du 6 cylindres s'exprime immédiatement pour offrir des performances de haut niveau très exploitables. L'Alfa Romeo 147 GTA est disponible dès à présent dans le réseau français au prix de 35 500 €.

Design

Avec juste raison, Alfa a préféré une préparation soignée et discrète à un " tuning " racoleur. La GTA se distingue du modèle de base par ses ailes surdimentionnées (pour accueillir des pneumatiques plus généreux), le fond noir des optiques et des prises d'air avant agrandies et redessinées. De profil, on remarque des bas de caisse en relief reliant des ailes sous lesquelles prennent place des jantes à cinq alvéoles, une exclusivité Alfa. Les stylistes ont également bien maîtrisé l'arrière avec un pare-chocs intégrant un extracteur d'air, deux ouvertures grillagées plus petites mais du plus bel effet, et une double sortie d'échappement.

Habitacle

Indéniable dès qu'on s'installe à bord, l'ambiance sportive est ici rehaussée par un volant à trois branches et des sièges de type baquet recouverts de cuir et dont l'ergonomie devrait convenir à presque toutes les morphologies. Idéale, la position de conduite contribue à une conduite rapide, efficace et sûre. En revanche, à l'arrière, la verticalité des dossiers et le peu de place laissé pour les jambes rendra les voyages plus pénible. Citons encore au chapitre sportif des panneaux de porte tendus de cuir, des seuils de porte métalliques frappés du sigle GTA et une instrumentation spécifique au nouveau graphisme sur fond noir.

Châssis

Déjà bien pourvue en base au niveau suspension, la 147 adopte ici des réglages fins visant à rendre la conduite plus précise sans trop dégrader le confort. Ce travail minutieux explique la réactivité de la voiture, sa maniabilité, son faible roulis et une stabilité à très haute vitesse n'exigeant pas de perpétuelles corrections de trajectoire.

Sans entrer dans la technique rébarbative, signalons la présence à l'arrière de ressorts hélicoïdaux plus rigides et surbaissés et d'amortisseurs hydrauliques double effet pressurisés. Enfin, tous les éléments de suspension ont été spécifiquement adaptés aux performances de la GTA. Pour parer à toute éventualité et calmer les ardeurs de conducteurs trop optimistes, les traditionnels systèmes électroniques veillent mais avec parcimonie. Ainsi l'antipatinage et le VDC (l'ESP de Fiat) n'interviennent qu'à bon escient. Un mot encore sur le MSR (Motor Shleppmoment Regelung) qui évite les effets de couple ou le blocage des roues lors d'un rétrogradage trop brutal.

Moteur

Tout en alliage léger, ce V6 3.2l 24 soupapes équipe déjà les 156 GTA berline et Sportwagon break. Dérivé du 6 cylindres des Alfa 166, GTV et Spider, il délivre 250 chevaux grâce à une intervention musclée des ingénieurs sur la distribution, l'alimentation et l'électronique mais aussi sur le vilebrequin et les pistons. Ces modifications ciblées ont permis d'offrir une plage de puissance élargie et surtout une grande souplesse d'utilisation, la reprise en 6ème à moins de 2000 tours ne nécessitant aucun rétrogradage. Bien entendu, l'augmentation de cylindrée a réclamé une reprogrammation de la gestion électronique, un renforcement du refroidissement (avec adjonction d'un radiateur d'huile moteur) et un nouveau dessin des conduits d'admission et d'échappement.

Sur la route

Plus leste et vive que sa grande sœur la 156 GTA, la 147 GTA bénéficie d'un meilleur rapport poids/puissance et se rapproche davantage de l'esprit des GTA d'antan. Relayé par une boite à 6 rapports bien étagés, le formidable potentiel du 6 cylindres s'exprime immédiatement pour offrir des performances de haut niveau très exploitables. Il n'y a pas si longtemps, on estimait qu'une traction ne pourrait jamais transmettre aux roues avant une puissance supérieure à 200 chevaux. Une limite largement dépassée ici sans pour autant générer d'importants effets de couple. Pour une voiture à l'empattement court, j'ai également apprécié la tenue en cap (sur circuit à plus de 220 km/h, la 147 GTA semble rivée à un rail), la bonne résistance du freinage et une stabilité générale ne réveillant le système dynamique de trajectoire qu'en de très rares occasions. Ces atouts dynamiques propres à satisfaire les " alfistes " les plus inconditionnels permettent d'oublier une finition parfois légère, une suspension sèche, des places arrière inconfortables et une consommation élevée (entre 14 et 16 litres).

Equipement

En série, la GTA dispose de l'ASR (Anti Slip Régulation), du VDC (Véhicle Dynamic Control) du MSR, de 6 airbags, du Fire Prevention System, de l'Alfa Code, un ordinateur de bord, de la climatisation régulée " dualzone ", d'un volant et du pommeau de levier de vitesses en cuir, des commandes de l'autoradio (Hifi Bose avec CD) au volant, d'une alarme volumétrique, de capteurs de pluie et de buée et de jantes en alliage de 17 pouces équipées de pneumatiques 225X45.

Les options concernent les phares au Xénon, les lave-phares, les commandes du téléphone au volant, les jantes en alliage à rayons, les système Connect Navigation, le toit ouvrant électrique, la peinture métallisée ou irisée et la troisième ceinture à enrouleur à l'arrière.

À retenir

Depuis le renouveau d'Alfa, la 147 GTA constitue le modèle le plus envoûtant qu'ils nous ait été donné de piloter. Aussi agréable à entendre qu'à solliciter, le V6 certes gourmand sait se montrer généreux voire hargneux à prendre ses tours et le châssis comme la suspension autorise des vitesses de passage en virage stupéfiantes. Un moment de pur bonheur qui mériterait d'être total par une amélioration sensible de la qualité de construction et de la finition d'un modèle vendu tout de même plus de 40.000€.
points fortsPréparation carrosserie réussie, performances très élevées, comportement routier à la hauteur, commandes précises, insonorisation préservée, sièges baquets très ergonomiques, agrément de conduite omniprésent, VDC très discret.
points faiblesRayon de braquage très insuffisant, guidage de la commande de boite, places arrière inconfortables, qualité des matériaux de l'habitacle, confort relatif, finition, VDC impossible à supprimer.
Les chiffres
Prix 2002 : 35 500 €
Puissance : 250 ch
0 à 100km/h : 6.3s
Conso mixte : 12.1l/100
Tag :

Autres articles pouvant vous intéresser

ALFA ROMEO 147
ALFA ROMEO 147

La renaissance d'Alfa Romeo se poursuit au travers d'une 147 à la fois...

ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio
ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio

Non content d'afficher des performances de supercar, le nouvel Alfa Romeo...

ALFA ROMEO Giulia Quadrifoglio Verde
ALFA ROMEO Giulia Quadrifoglio Verde

Avec cette Giulia, Alfa Romeo entend bien prendre sa revanche sur les marques...

Tous les essais ALFA ROMEO
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

VOLVO S60 T8 Polestar Engineered
VOLVO S60 T8 Polestar Engineered

Hybride rechargeable, la mécanique combinant essence et électricité de la...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de alfada
alfada a dit le 10-02-2009 à 22:51
j'ai relu cet article car la 147 GTA est une des autos que j'envisage d'acquérir : très bien, manque un peu de détails peut-être.