Le Mans : Peugeot à l\'assaut d\'Audi

La Peugeot 908 court les 24 Heures du Mans cette année. L'objectif : réaliser un retour digne de la marque dans la célèbre course d'endurance.

sommaire :

908 : 20000 km de tests pour être prête

Jean-François Destin le 19/01/2007

Partagez

réagir

20000 kilomètres : c’est la distance minimum d’essais que devra parcourir la Peugeot 908 pour être compétitive face à l’Audi R10. Autant dire que les 30 ingénieurs et techniciens des bureaux d’études et les 45 personnes affectées à l’usinage, la plasturgie, la tôlerie et aux tests sur banc sont engagés dans une sacrée course contre la montre.

Car si un petit commando d’une dizaine d’experts accompagnera la 908 dans ses premiers roulages, chez Peugeot Sport à Vélizy, les lumières resteront allumées très tard pour analyser, traiter, valider les milliers de données enregistrées sur la piste.

Peugeot

Peugeot
« Une voiture de course comme la 908 rassemble un grand nombre de composants électroniques qu’il faut mettre en place et rendre compatibles, explique Jean Marc Schmit, responsable châssis et systèmes. Cela va de la radio et de la télémétrie aux acquisitions de données en passant par l’aide au pilotage et la gestion moteur avec la spécificité qu’il s’agit cette fois d’un diesel hautes performances. Les faisceaux embarqués compte plus de 5000 points d’interconnections et la moindre opération comme afficher le rapport de boîte engagé ou la température moteur sur le volant pose problème car, quelle que soit la cadence de course et les contraintes, la panne n’est pas envisageable ».

Peugeot

Peugeot

Bien que Peugeot reste très discret sur son programme de développement, on croit savoir qu’avant la fin du mois de février sera effectuée une simulation de 24 heures. Le circuit privé HTTT du Castellet devrait être retenu pour sa discrétion et son tracé sélectif intégrant notamment la longue ligne droite du Mistral. A la mi-mars, un déplacement est prévu à Sebring en Floride où se déroulera peu après la célèbre course des 12 heures.

Tout devra être passé en revue : la fiabilité de chaque pièce, le comportement de la voiture, la marge de progression de ses performances et le choix des pneumatiques. On travaillera aussi les relais, les changements de pilote et les interventions mécaniques programmées ou imprévues.

Peugeot

Peugeot
A Guillaume Cattelani, responsable de l’aérodynamique, reviendra le rôle le plus ingrat. De ses études et de ses choix dépendront la rapidité de la voiture mais aussi son équilibre, sa motricité et son comportement à haute vitesse. Beaucoup d’appui rend une voiture de course stable mais nuit à la vitesse de pointe, peu permet d’aller plus vite mais dégrade la tenue de route dans les parties sinueuses.

« Un compromis doit être trouvé sur la piste, précise l’aérodynamicien, on ne peut pas tout demander à la soufflerie. »

Même travail d’ajustement pour les entrées d’air et les diffuseurs assurant un bon refroidissement du V12, surtout lorsqu’il s’agit d’un diesel.

A cadence infernale, le compte à rebours a donc commencé. Objectifs : aligner deux 908 compétitives au départ les 14 et 15 avril prochain de la première manche LMS à Monza et surtout les 16 et 17 juin des 24 Heures du Mans. La troisième voiture en réserve poursuivra simultanément son développement tout au long de la saison. En LMS, Peugeot sera aussi aux rendez-vous de Valence (Espagne) les 5 et 6 Mai, du Nurbugring (Allemagne) les 30 juin et 1er juillet, de Spa (Belgique) les 18 et 19 août, de Silverstone (Grande Bretagne) les 15 et 16 septembre et d’Interlagos (Brésil) le 10 novembre.

Motorlegend

Motorlegend
article précédent  Le Mans : une affaire d'hommes

Page précédente
Le Mans : une affaire d'hommes

article suivant  Peugeot 908 : relever le gant du diesel face à Audi

Page suivante
Peugeot 908 : relever le gant du diesel face à Audi

Partagez

réagir

Commentaires