Le Mans : Peugeot à l\'assaut d\'Audi

La Peugeot 908 court les 24 Heures du Mans cette année. L'objectif : réaliser un retour digne de la marque dans la célèbre course d'endurance.

sommaire :

Le Mans : une affaire d’hommes

Jean-François Destin le 19/01/2007

Partagez

réagir

Marc Gene, Pedro Lamy, Jacques Villeneuve et les Français Sebastien Bourdais, Nicolas Minassian, Stephane Sarrazin et Eric Helary : ainsi a été constituée l’équipe de professionnels qui défendront les couleurs de Peugeot en LMS (Le Mans Séries) et aux 24 Heures du Mans.

Pour gagner une telle épreuve d’endurance, il faut une voiture rapide, fiable et facile à piloter, un staff très organisé mais surtout des pilotes complémentaires et unis vers un même objectif. Pour avoir omis ces critères de bon sens, beaucoup de constructeurs sont passés à côté d’une victoire dans la Sarthe. Pas Peugeot qui s’est imposé avec ses 905 en 1992 et 1993 en misant à la fois sur des jeunes Français motivés comme Yannick Dalmas ou Christophe Bouchut et des hommes d’expérience rompus parfois à la F1 comme Philippe Alliot ou Dereck Warwick.
Jacques VILLENEUVE
Jacques VILLENEUVE Peugeot
Nicolas MINASSIAN
Nicolas MINASSIAN Peugeot
De cette époque lointaine, seul Eric Helary est au rendez-vous de la 908. A 41 ans, il ne sera pas en première ligne mais participera au développement de la voiture tout au long de la saison et sera en réserve au cas où. Vainqueur des 24 heures 1993 en compagnie de Geoff Brabham et Christophe Bouchut, il a participé cinq fois au Mans et notamment ces deux dernières années au volant des Pescarolo Sport, terminant deuxième en 2006.

Serge Saulnier, team manager qui remplira le rôle de Jean Todt dans les années 90, se félicite de la présence de ce professionnel rapide et toujours disponible. De son propre aveu, la direction de Peugeot n’a pas exigé d’équipages franço-français. « C’eut été impossible dans un programme de cette envergure, avoue t-il. Je souhaitais avoir au moins deux étrangers, un Anglais et un Allemand, mais ceux que je visais étaient déjà sous contrat ».
Eric HELARY
Eric HELARY Peugeot
Marc GENE
Marc GENE Peugeot

Finalement, pour épauler les Français, Serge Saulnier disposera d’un Espagnol, d’un Portugais et d’un Canadien. Une sélection de tout premier plan. Marc Gene, 33 ans, n’a jamais mis les pieds au Mans mais en F1 depuis 1999, il a trente-six Grands Prix à son actif. Il est actuellement sous contrat avec Ferrari en tant que pilote d’essai. Pedro Lamy, qui a sévi d’abord au Portugal en karting, s’est hissé en F1 en moins de quatre ans : d’abord chez Lotus, puis chez Minardi. Remis d’un accident où il eut les deux jambes brisées, il découvre Le Mans dès 1999 avec Mercedes. Sept participations lui ont permis de se familiariser avec un circuit qu’il apprécie beaucoup.

Enfin, révélation de dernière minute, le Canadien Jacques Villeneuve, 35 ans, fraîchement retraité de la F1, n’a jamais roulé dans la Sarthe mais son palmarès, long comme le bras, fait état de cent-soixante-cinq Grands Prix et onze victoires. Champion de Cart et vainqueur des 500 miles d’Indianapolis en 1995, il voudrait, comme Graham Hill, réussir la passe de trois avec les 24 Heures.
Pedro LAMY
Pedro LAMY Peugeot
Sebastien BOURDAIS
Sebastien BOURDAIS Peugeot
Côté français, la sélection mérite le respect en rassemblant le très éclectique Stéphane Sarrazin, 31 ans (5 participations aux 24 Heures, 1 GP de F1 et 15 manches en rallye WRC), le solide marseillais Nicolas Minassian, 34 ans (7 participations) et surtout Sébastien Bourdais, le manceau de 28 ans expatrié aux Etats-Unis où il fait le bonheur du team Newman-Haas Racing en Champ Car depuis quatre ans.

« Pour l’instant, explique Serge Saulnier, rien n’est figé, je formerai les équipages au fil des essais en fonction de la taille des pilotes (pour éviter parfois de changer de siège aux relais) et des affinités de chacun. Minassian, Lamy, Gene et Sarrazin effectueront les sept épreuves LMS et seront rejoints par Bourdais et Villeneuve pour les 24 Heures du Mans. »
Stephane SARRAZIN
Stephane SARRAZIN Peugeot

Peugeot
article suivant  908 : 20000 km de tests pour être prête

Page suivante
908 : 20000 km de tests pour être prête

Partagez

réagir

Commentaires