Le Mans : Peugeot à l\'assaut d\'Audi

La Peugeot 908 court les 24 Heures du Mans cette année. L'objectif : réaliser un retour digne de la marque dans la célèbre course d'endurance.

sommaire :

Peugeot 908 : relever le gant du diesel face à Audi

Jean-François Destin le 19/06/2007

Partagez

réagir

Juin 2005, Frédéric Saint-Geours, directeur général de Peugeot annonce le retour de la marque aux 24 Heures du Mans avec un moteur diesel. Janvier 2007, la première 908 HDI FAP est présentée en dynamique à la presse internationale. Juin 2007, la 908 N°8 se classe seconde derrière l'Audi N°1 aux 24h du Mans.

Entre ces dates, un formidable défi a été relevé, sublimé par les deux victoires, à Monza et à Valence, en LMS (Le Mans Series) en avril et en mai 2007.

Peugeot

Peugeot
En deux ans, il a fallu tout imaginer, tout concevoir, tout planifier sans aucune marge d’erreur possible et sans découragement après la première victoire diesel obtenue aux 24 Heures 2006 par Audi avec sa R10 TDI.

Après cinq succès acquis avec un V8 essence, le constructeur allemand avait su, en un temps record, mettre au point et fiabiliser un V12 diesel pour brûler la politesse à Peugeot. Un exemple à suivre pour le commando français rassemblé autour du projet 908. Frédéric Saint-Geours et Bruno Famin, le directeur technique, parlaient en janvier d’une année 2007 d’apprentissage pour viser une victoire en 2008 mais à voix basse, ils ne cachaient pas qu’ils aimeraient, dès cette année, voir la technologie HDI battre le TDI sur le circuit de la Sarthe. Si la victoire n'était pas à porté le 17 juin dernier, finir second est déjà un pas de géant pour une voiture aussi jeune et laisse présager du meilleur pour 2008.

Peugeot

Peugeot

En fait, ce sont les choix technologiques qui dictent les résultats. Pour le moteur, Peugeot a suivi Audi en retenant un V12. Si l’angle d’ouverture est différent (100° contre 90° pour Audi), cylindrée (5,5l) et puissance (700 chevaux) sont identiques. Peugeot s’est seulement fait plaisir en annonçant un couple supérieur, 1200 Nm contre 1100 Nm pour le V12 TDI.

En fait, tout se joue sur la fiabilité en course et sur la consommation, paramètres majeurs pour une épreuve de 24 heures. A ce sujet, Peugeot souhaitait utiliser dès 2007 un biocarburant, mélange de diester et de gazole mais le règlement de l’ACO (Automobile Club de l’Ouest) conserve pour 2007 le principe d’un carburant unique pour tous les concurrents.

Peugeot

Peugeot
Ce n’est qu’en septembre 2006 qu’a pris corps le premier V12. " Il nous a fallu trois semaines pour en assurer le montage, raconte Claude Guillois, le responsable moteur, sachant que certains sous-ensembles comme la pompe à huile ou à eau avaient été testés séparément.

Chaque pièce a été peaufinée, reprise, voire modifiée pour rendre plus facile l’assemblage des autres V12. Quant à la combustion et à l’injection, nous les avions mis au point sur un monocylindre que l’on peut qualifier de moteur maquette. Ceci pour réduire les délais et les coûts d’études ".

Peugeot

Peugeot

Après quelques mois de folie et des journées de travail de 15 heures, le département moteur de Peugeot Sport a satisfait au planning. Le premier V12 a été installé au banc fin septembre et a grondé pour la première fois à 2h30 du matin dans la nuit du 29 au 30 septembre.

Au même moment était dévoilée au Mondial de Paris 2006 la silhouette de la 908 HDI FAP. Spectaculaire dans sa livrée rouge et blanche, elle ne révélait presque rien de sa forme définitive apparue à la presse le 10 janvier dernier. En revanche, avec 4,65 m de long, pour 2 m de large, elle affichait ses dimensions définitives, au millimètre près celles de l’Audi R10. Mais contrairement aux Allemands, les Français de Peugeot Sport ont renoncé à la barquette au profit d’une carrosserie fermée.

Peugeot

Peugeot
« Avec ses avantages et ses inconvénients, reconnaît Bruno Famin le directeur technique du projet 908. Parmi les plus, une meilleure rigidité et une plus grande finesse aérodynamique indispensable au Mans dans les portions très rapides. Les moins concernent un centre de gravité un peu plus haut, plus de poids, des changements de pilotes plus longs et une moins bonne visibilité par mauvais temps. Il y avait aussi la chaleur à bord désormais résolue par l’obligation du règlement de l’ACO d’installer une climatisation dans l’habitacle en 2007 ».

La 908 a déjà subi près de 500 heures de tests en soufflerie. Non pas la voiture à taille réelle mais une maquette introduite également dans une soufflerie miniature conçue en interne par Peugeot :

« Comme un puzzle, la maquette de 908 était constituée de dizaines de pièces interchangeables à loisirs en fonction des résultats, précise Guillaume Cattelani, responsable aérodynamique. Mais rien ne remplace la piste en live et les essais programmés d’ici à la première course de Monza nous diront si nous sommes dans la bonne direction ».

C'était visiblement le cas, et le test grandeur nature des 16 et 17 juin derniers a démontré l'expertise du constructeur français dans ce domaine qu'il avait quitté il y a si longtemps. Avec désormais un an devant eux pour se donner les moyens de finir en tête en 2008, les ingénieurs de Peugeot peuvent être confiants.
Rendez-vous l'année prochaine, même lieu, même heure...

Peugeot

Peugeot
article précédent  908 : 20000 km de tests pour être prête

Page précédente
908 : 20000 km de tests pour être prête

Partagez

réagir

Commentaires