24 Heures du Mans 2007

Personne ne pensait la voir à l'arrivée, pourtant la Peugeot 908 HDI s'est approprié une inespérée seconde place, derrière une Audi R10 intouchable. Retour sur 24 heures haletantes.

sommaire :

Essais qualificatifs des 24h du Mans 2007

Jean-François Destin le 18/06/2007

Partagez

réagir

Après avoir remporté les deux premières courses du championnat LMS (Le Mans Séries) à Monza et Valence, la Peugeot 908 V12 diesel sera en pole position au départ des 24 Heures du Mans ce week-end. A l’issue des deux séances de qualifications sous une pluie presque ininterrompue, c’est le français Stephane Sarrazin qui s’est adjugé le meilleur temps sur la 908 N°8 en réalisant 3’26’344. Il devance de quelques centièmes la première Audi R10 de Mc Nish, l’autre 908 pilotée par Nicolas Minassian se plaçant en troisième position avec un chrono de 3’27’’724. Les conditions ayant été encore plus exécrables jeudi soir, les trois meilleurs tours étaient acquis dès mercredi.

Loïc Bailliard

Loïc Bailliard
En dévoilant la 908 et ses pilotes le 10 janvier dernier à Mortefontaine, Frédéric Saint-Geours, directeur général de Peugeot n’aurait jamais imaginé un retour du Lion aussi fracassant en endurance. Humble dans ses propos et évoquant une possible victoire au Mans en ...2008, il annonçait un simple rodage cette année pour parfaire un prototype étudié et construit en moins d’un an.

Mais à la lueur des deux victoires en LMS et d’une pole position acquise apparemment facilement par Bourdais, le staff de Peugeot Sport lui aussi constitué dans l’urgence se met à rêver. Un rêve qui commence à inquiéter les rangs allemands.

Loïc Bailliard

Loïc Bailliard

Ainsi s’annonce le duel tant attendu entre Peugeot et Audi. Une confrontation somptueuse d’autant que les deux constructeurs fourbissent les mêmes armes, à savoir un V12 diesel 5,5l de 700 chevaux et 1200 Nm de couple. Après avoir remporté 5 fois les 24 Heures avec une R8 à moteur V8 essence FSI, Audi a, l’an dernier au Mans, brûlé la politesse à Peugeot en étant le premier constructeur à gagner avec un moteur diesel. Une démonstration habile de la fiabilité de la technologie TDI au moment où arrivaient aux Etats-Unis les premiers Q7 diesel.
Chez Peugeot, leader mondial en diesel, il n’est pas question de séduire les américains mais de conforter l’image déjà positive du HDI en Europe.

Loïc Bailliard
Face aux trois prototypes R10 (deux engagés par l’usine et un par l’écurie Joest), Peugeot n’aligne que deux voitures pilotées l’une par Bourdais, Sarrazin et Lamy, l’autre par Villeneuve, Minassian et Gene. À carrosserie fermée (et non barquette ouverte comme Audi), la 908 comptera sur sa finesse aérodynamique, sa légèreté (925 kilos) grâce à sa coque en carbone, un train avant inédit mais gardé secret et une direction à assistance électrique satisfaisante d’après les pilotes.

Le duel Audi - Peugeot ne doit pas faire oublier la cinquantaine d’autres concurrents, à commencer par les Pescarolo à moteur V8 Judd en LMP1 et notamment celle de Collard, Bouillon et Dumas. On doit s’attendre aussi à une bataille royale en GT1 entre les Corvette C6R, les Aston Martin DBR9 et les deux Saleen américaines du Team français Oreca.

Loïc Bailliard

Loïc Bailliard
article précédent Compte rendu

Page précédente
Compte rendu

article suivant  Du diesel à l'hydrogène, l'ACO va s'adapter

Page suivante
Du diesel à l'hydrogène, l'ACO va s'adapter

Partagez

réagir

Commentaires