< retour

Acheter une BMW 2002 (1971-1975)

Gilles Bonnafous le 20/04/2006

La génération BMW 02 et notamment les puissantes 2002, ont largement contribué à la construction de l'image dynamique de BMW.

Historique

Lancée en 1966, la génération BMW 02 (modèles à 2 portes) offre une large gamme de voitures réalisées sur la même base et le même design. Avec pour locomotives les puissantes 2002, elles ont largement contribué à la renaissance de BMW et à la construction de l'image dynamique du constructeur.

BMW a profité d'une période démographiquement favorable, celle qui correspondait aux débuts professionnels des diplômés issus du baby boom de l'après-guerre. Avec les 02, voitures des jeunes cadres des Trente Glorieuses, la firme a pu fidéliser une clientèle à la longue espérance de vie et au pouvoir d'achat croissant. Ainsi est née l'image moderne de BMW et de sa célèbre calandre, dévorant sur l'autoroute les voitures des gens ordinaires...

La génération n'acquiert pas de suite le suffixe 02, qui permet de les distinguer de leurs aînées. Lancé au salon de Genève de 1966, le premier modèle prend l'appellation de 1600-2, pour le singulariser de la 1600 à quatre portes qu'il remplace. Il ne deviendra 1602 qu'en avril 1971, en même temps que la sortie de la 1802 et bien après l'apparition de la 2002 en janvier 1968. Les versions Touring à hayon arrière ne recevront jamais ce signe distinctif, qui n'était pas nécessaire à leur identification.

Petites sœurs de la génération à quatre portes dérivée de la 1500 Michelotti, les BMW 02 reçoivent les mêmes motorisations. Elles sont dominées par des modèles survitaminés, les 2002 et 2002 ti présentées en 1968 et la 2002 tii qui apparaît en 1971.

Lancée en 1973, soit en plein choc pétrolier, la provocante 2002 Turbo trône sur les sommets. Son statut particulier apparaît plutôt comme celui d'une idole génératrice de rêves et de commandes pour les modèles plus sages de la gamme.

Le carrossier Baur de Stuttgart réalise, à partir de 1967, un cabriolet quatre places sur la base de la 1600. Recevant en 1971 la mécanique de la 2002, il est transformé et défiguré par un inesthétique arceau pour satisfaire les normes de sécurité américaines.

En 1975, la génération 02 s'efface comme entrée de gamme au profit de la nouvelle et première série 3, dont elle a été le précurseur.

BMW 2002 (1971-1975) BMW 2002 (1971-1975)

Identification

Les numéros de série des versions européennes à conduite à gauche sont :

2002 :
1 600 001 - 1 650 000
2 600 001 - 2 634 875
2 634 876 - 2 650 000
3 600 001 - 3 652 610
3 660 001 - 3 700 000
3 750 001 - 3 760 000
4 200 001 - 4 210 000

2002 ti :
1 680 001 - 1 696 450

2002 tii :
2 700 001 - 2 720 114
2 730 001 - 2 740 000

2002 turbo :
4 290 001 - 4 300 000

Touring :
2002 :
3 400 001 - 3 400 989
3 460 001 - 3 480 000

2002 tii :
3 420 001 - 3 425 059
3 430 001 - 3 440 000

Les modèles 2002, 2002 ti et 2002 tii sont extérieurement identiques, aux lettrages près inscrits sur la calandre et sur la poupe. Quant à la 2002 turbo, elle est aisément reconnaissable à ses appendices aérodynamiques et à ses inscriptions voyantes.

Structure, châssis, carrosserie

Dérivées de la génération à quatre portes Michelotti, les 2002 sont moins longues de 20 centimètres et plus étroites de 8,5 centimètres par rapport à cette dernière. Avec un empattement à peine réduit (de 5 centimètres) et des voies identiques, elles jouissent d'une excellente assise.

Leurs proportions compactes en font des voitures de petite taille et légères (une tonne). Les 2002 n'existent qu'en deux portes, ce qui les rapproche de l'esprit du coupé (c'est ainsi qu'elles sont présentées aux Etats-Unis). La connotation familiale est exclue, comme le souligne l'exiguïté des places arrière. Une philosophie 2 + 2, qui trahit la jeunesse de la cible commerciale visée.

Les voitures sont restylées en 1973, soit en fin de carrière. La calandre se présente alors en une seule partie et le plastique noir mat remplace les chromes.

La face arrière reçoit deux feux circulaires assez surprenants dans un design constitué de droites. Leur remplacement en 1973 par des blocs rectangulaires donnera à la poupe une plus grande homogénéité.

La version Touring représente une ingénieuse formule de break de loisir, conciliant les attraits d'un coupé sportif et l'apport utilitaire du hayon arrière, similaire aux hatchbacks américains. Arrivée trop tôt (sa forme bi-corps choquait encore à l'époque), cette formule a connu un échec commercial et les 2002 Touring ont été très peu diffusées.

Comme toutes les BMW de cette époque, où les tôles étaient insuffisamment protégées, les 2002 s'avèrent sensibles à la corrosion. Il convient donc, avant tout achat, de bien inspecter les recoins de la carrosserie où l'humidité se trouve piégée.

La 2002 turbo se singularise par son spoiler, son becquet arrière et ses élargisseurs d'ailes, ainsi que par sa décoration en couleur. A noter la mention « 2002 turbo » sur le spoiler. Mais une inscription à l'envers destinée au rétroviseur de la voiture qui s'apprête à être dépassée…

Groupe motopropulseur

Les 2002 ont en commun un quatre cylindres en ligne super carré à un arbre à cames en tête de 2 litres de cylindrée. Fiable, ce moteur est décliné en trois versions : 2002 (100 ch), 2002 ti (120 ch) et 2002 tii (130 ch).

La différence de puissance tient pour l'essentiel à l'alimentation du moteur : un carburateur Solex 40 PDSI pour la 2002 et deux double corps du même fabricant (40 PHH) pour la 2002 ti. Quant à la 2002 tii, elle trouve son surcroît de puissance grâce à l'injection Kugelfischer PL 04. Relativement bas sur la 2002 (8,5), le taux de compression monte nettement sur les deux modèles supérieurs (9,3 pour la ti et 9,5 pour la tii). Sur la 2002 tii, le couple maximum de 18,1 mkg est obtenu à 4500 tr/mn, un régime nettement supérieur à celui des 2002 et 2002 ti (respectivement 3500 tr/mn et 3600 tr/mn). D'où une souplesse en retrait sur les reprises à bas régimes.

La boîte de vitesses des 2002 possède à quatre rapports, mais tous les modèles pouvaient recevoir en option une boîte à cinq vitesses. Une transmission automatique ZF à trois rapports était également montée en option sur la 2002.

La 2002 Turbo conjugue l'injection Kugelfischer et un turbo KKK BLD, un cocktail qui permet de délivrer 170 ch. Le couple de 24,5 mkg est obtenu au régime relativement bas de 4000 tr/mn, une qualité due au turbo.

Suspension, trains roulants

Les BMW 2002 sont équipées d'une suspension à quatre roues indépendantes des plus moderne et efficace. Elle leur offre une parfaite motricité et leur assure une excellente tenue de route.

On trouve à l'avant un système McPherson et à l'arrière des bras obliques, combinés à quatre ressorts hélicoïdaux et quatre amortisseurs. Deux barres stabilisatrices à l'avant et à l'arrière complètent l'équipement.

Freinage, direction, pneus

Le freinage des trois modèles s'avère sans reproche. Il est assuré par des disques à l'avant et des tambours à l'arrière. Le double circuit est assisté.

La dimension des disques est de 240 millimètres pour la 2002, de 256 millimètres pour les deux autres voitures. La taille des tambours est identique : 230 millimètres.

La direction douce et précise est une ZF-Gemmer à vis et secteur. Elle n'est pas assistée, mais les manœuvres de stationnement ne posent pas de problème compte tenu de la légèreté des 2002.

Les petites roues de 13 pouces sont chaussées de pneus 165 SR 13 pour la 2002 et 165 HR 13 pour les 2002 ti et tii.

La 2002 turbo bénéficie de disques ventilés à l'avant. A l'arrière, les tambours sont de dimension supérieure (250 millimètres). Quant à l'équipement pneumatique, il fait appel à des 185/70 HR 13. Les roues sont plus larges (5,5 au lieu de 5). En option, la voiture recevait des roues en aluminium encore plus larges (6).

Habitacle, finitions

L'aménagement intérieur des BMW 2002 est des plus austère. Parti pris de fonctionnalité et froideur du skaï, aucun matériau chaleureux ne vient mettre un peu d'âme dans cet univers rationnel. Le placage de faux bois qui apparaît sur le tableau de bord de la BMW 2002 tii ne suffit pas à transformer l'atmosphère.

Comme l'ensemble des BMW de cette époque, la planche de bord apparaît terne, constituée essentiellement d'un grand vide-poche découvert qui court sur toute sa largeur. Le tableau de bord dispose de trois cadrans installés dans un rectangle : tachymètre au centre, niveau d'essence et température d'eau à gauche, montre à droite. L'indigence de l'information mécanique surprend sur des voitures de ce niveau de performances, en particulier l'absence d'un manomètre de pression d'huile et d'un compte-tours : si ce dernier équipe tout de même la BMW 2002 tii, il figure sur la liste des options pour les autres modèles.

Les glaces arrière se contentent d'une ouverture par équerre. Des contraintes techniques ont obligé à cette solution par ailleurs bien dans l'esprit « coupé » de ces voitures.

Une longue liste d'options coûteuses permettait d'améliorer l'ordinaire et, en 1973, une version "L" rassemblait l'essentiel de ces suppléments. Mais les vitres électriques ne furent jamais proposées.

L'habitacle des BMW 2002 est également caractérisé par la fermeté de son confort. Les sièges avant sont raides et n'apportent pas le maintien latéral souhaité sur des voitures aussi performantes. Le passager se trouve ballotté en virage rapide, tandis que le conducteur se tient par le volant.

Prise en main

Puissants et légers, les modèles 2002 sont des berlines sportives et de grandes routières capables de soutenir de très hautes moyennes, nonobstant le confort très relatif. Mais le plaisir de conduire est tel qu'on n'a guère le temps d'y penser ! Leur très bonne tenue de route sert leur excellente motricité, avec la sécurité d'un freinage efficace.

Brillant haut de gamme de la génération, la 2002 tii emporte ses passagers à 190 km/h, une excellente performance pour l'époque rendue possible par sa légèreté (1000 kilos seulement) et son remarquable rapport poids-puissance de 7,6 kg/ch. Ses accélérations s'avèrent bien supérieures à celles de la 2002 : le 0 à 100 km/h en 9,4 secondes (contre un peu plus de 10 secondes pour la 2002) et le 400 mètres départ arrêté en 16,4 secondes. Quant au kilomètre départ arrêté, il est couru en 30,3 secondes, soit sensiblement la même performance que la Triumph TR6 motorisée par un six cylindres de 2,5 litres.

La 2002 tii apparaît moins souple que ses sœurs en raison d'un couple maximum obtenu plus haut. Les reprises à bas régime sur les rapports supérieurs (trois et quatre) ne valent pas celles de la 2002 et de la 2002 ti, qui brillent par leur souplesse et la progressivité de leur courbe de couple. La puissance est parfaitement servie par l'excellente boîte de vitesses et le court levier se révèle précis. Le comportement dynamique est sain et les freins s'avèrent à la hauteur des performances, notamment leur tenue à chaud. A l'intérieur, le niveau sonore demeure raisonnable. Voiture très rapide et surtout très nerveuse, la 2002 tii requiert une certaine circonspection de la part du conducteur, surtout sur sol mouillé.

Hyper performante, la 2002 turbo dépasse les 210 km/h et abat le 0 à 100 km/h en 7 secondes. Toutefois, les accélérations apparaissent décevantes à bas régime, car la puissance n'est délivrée qu'à partir de 4000 tr/mn. Il faut donc beaucoup jouer du changement de vitesses pour se trouver toujours sur le bon régime.

Côte et budget d'entretien

Modique, la cote en collection en 2006 des BMW 2002 s'établissait comme suit pour des exemplaires en très bon état :

2002 : 4000 €
2002 ti : 7000 €
2002 tii : 8000 €

Touring 2002 : 5000 €
Touring 2000 tii : 8000 €

2002 Turbo : 20 000 €

BMW 2002 (1971-1975) BMW 2002 (1971-1975)

Carnet d'adresses

LES CLUBS

BMW Club de France
http://www.bmw-clubdefrance.org/
e-mail : info69006@bmw-clubdefrance.org
Contact : Marie Claude COURAGEOT : marieclaude@bmw-clubdefrance.org
83, rue Crillon 69006 Lyon
02 47 67 15 70


Club BMW 02 et dérivés
http://www.horizon2002.com/
Secrétaire : Julien Gaudy 06.22.76.97.74

À retenir

Berlines de petit gabarit, puissantes, légères et nerveuses, les BMW 2002 offrent à leurs conducteurs une image positive, associant jeunesse et sportivité. Ancêtres de la BMW Série 3, elles conjuguent des performances brillantes avec un prix d'achat modeste en collection. Concurrentes de l'Alfa Romeo Giulia Super, elles en constituent le pendant germanique. Plus froides, elles ne possèdent pas le caractère et la ligne racée et sensuelle de l'italienne, ni son moteur double arbre. Mais sur la route, la BMW 2002 ti et surtout la tii s'avèrent plus performantes.
points fortsMoteurs puissants, performances brillantes, faible prix d'achat, comportement routier sûr, image jeune et sportive
points faiblesCorrosion, carrosseries de berline, design fade, raideur du confort, aménagement intérieur sans âme

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

BMW 2002
BMW 2002

Lancée en 1966, la génération BMW 2002 (modèles à 2 portes) proposait une...

BMW X6 M
BMW X6 M

En mixant les traits d'un gros 4x4 avec les attributs d'une GT, le X6 réalise...

BMW Z3 Coupé (E36)
BMW Z3 Coupé (E36)

Le BMW Z3 Coupé, on adore ou on déteste. Mais sa ligne singulière de petit...

Tous les guides d'achat BMW
RENAULT Megane III RS 265 ch
RENAULT Megane III RS 265 ch

La France, parent pauvre en matière d'automobiles de prestige à cause de...

ALFA ROMEO 147 GTA
ALFA ROMEO 147 GTA

Non contente d'être belle, l'Alfa Romeo 147 reçoit, en variante sportive GTA,...

ASTON MARTIN V8 Vantage
ASTON MARTIN V8 Vantage

Si James Bond, abonné aux Aston Martin, a la chance de vivre deux fois, ce...

Tous les guides d'achat