< retour

Essai MITSUBISHI Outlander 2.0 Di-D

Vincent Desmonts le 23/04/2007

Avec cette deuxième génération, le Mitsubishi Outlander peut enfin se rattraper et tenter de se faire une place sur le marché très concurrentiel des 4x4 de loisirs.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Mitsubishi donnait jusqu'alors l'impression d'être passé à côté de la mode des 4X4 de loisirs : il aura fallu attendre 2003 pour que la gamme comporte enfin un tel véhicule ! Et encore, cet Outlander de première génération, privé de moteur diesel, n'aura connu qu'une carrière des plus confidentielles. Le Mitsubishi Outlander 2 corrige cette erreur en étant d'emblée disponible avec un bloc 2.0 diesel d'origine Volkswagen. Il s'agit du célèbre 2.0 TDI de 140 ch, rebaptisé ici 2.0 Di-D et accouplé à une boîte à 6 rapports. Un moteur qui manque d'un peu de discrétion et de souplesse à bas régimes, mais qui se distingue par sa sobriété, avec 6,8 l/100 km en moyenne. Il fait preuve en outre d'une bonne volonté évidente pour animer les 1.690 kg de l'Outlander.

Si les liaisons au sol ont été conçues par Mitsubishi, les réglages de suspension ont profité du savoir-faire de PSA, client du constructeur japonais pour ses futurs 4X4 de loisirs. Il en résulte un compromis confort-tenue de route particulièrement soigné. En hors-piste, ses prétentions restent cependant limitées par le typage très routier de ce châssis, et ce n'est pas le petit blocage de différentiel central qui changera la donne. Légèrement plus grand que par le passé, le Mitsubishi Outlander tutoie maintenant les ténors de la catégorie avec ses 4,64 m de longueur, ce qui lui permet d'offrir sur certaines versions une petite banquette deux places s'extrayant du plancher du coffre. Pas de quoi partir en vacances à sept personnes, mais suffisant pour dépanner sur de brefs trajets. La modularité est en outre simplifiée par une banquette arrière coulissante et se repliant automatiquement à la simple pression d'un bouton. Le tout dans un "emballage" très stylé, à mille lieues de la banalité de bien des monospaces.

Voir plus de photos

Sur la route

On sait que PSA a choisi de s'associer à Mitsubishi pour mettre au point ses futurs 4X4 de loisirs, et que c'est cet Outlander qui a servi de base de développement. Ce que l'on sait moins, en revanche, c'est que les Japonais ont profité du savoir-faire des Français en matière de liaisons au sol. Si les géométries étaient déjà définies lorsque PSA et Mitsubishi ont signé leur accord de coopération, les réglages châssis ont pu être affinés par les ingénieurs français. En outre, le Mitsubishi Outlander adopte un panneau de toit en aluminium destiné à abaisser le centre de gravité. Le résultat est perceptible au premier virage : le Mitsubishi Outlander se conduit comme une bonne berline, vire à plat et ne brusque pas la colonne vertébrale de ses passagers. Le seul petit grief concerne la direction, qui mériterait une meilleure précision.

En tant que 4X4 de loisirs à vocation essentiellement routière, le Mitsubishi Outlander ne s'aventurera guère au-delà d'une piste bien roulante, où il fait preuve d'une agilité très plaisante. Son différentiel central emploie un embrayage multidisques et est relié au contrôle électronique de stabilité pour une efficacité optimale. L'ensemble renvoie jusqu'à 60% du couple au train arrière, la répartition variant en continu. Un bouton rotatif entre les sièges avant permet de sélectionner trois profils : 2WD (simple traction, pour abaisser les consommations), 4WD Auto (le train arrière est enclenché) et 4WD Lock (le système renvoie 1,5 fois plus de couple au train arrière qu'en mode 4WD Auto). Plus qu'aux terrains accidentés, c'est aux routes glissantes et aux hivers rigoureux que le Mitsubishi Outlander se destine.

À retenir

Enfin doté d'un moteur diesel, plutôt compétent qui plus est, le nouveau Mitsubishi Outlander va enfin pouvoir s'extraire de l'anonymat. Plutôt stylé, efficace sur la route, confortable en toute circonstance, doté d'un habitacle spacieux et bien conçu, l'Outlander a de quoi séduire. Mais les petites familles ne devront pas oublier que, plus qu'un véritable 7 places, le Mitsubishi est plutôt un "5+2“.
points fortsComportement routier, confort, consommations faibles, habitabilité, modularité soignée, coffre spacieux, deux places de dépannage en troisième rangée.
points faiblesMoteur sonore, banquette de troisième rangée au confort précaire.
Les chiffres
Prix 2006 : 35 299 €
Puissance : 140 ch
0 à 100km/h : 10.8s
Conso mixte : 6.7l/100

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

MITSUBISHI Colt Ralliart
MITSUBISHI Colt Ralliart

Véritable boule de nerfs, la Mitsubishi Colt Ralliart saura vous prodiguer la...

MITSUBISHI Lancer Ralliart
MITSUBISHI Lancer Ralliart

La Lancer Ralliart n'est pas une Evolution au rabais : elle offre déjà...

MITSUBISHI Pajero
MITSUBISHI Pajero

Au premier rang des 4X4 qui cherchent les qualités hors-piste, le Mitsubishi...

Tous les essais MITSUBISHI
AUDI RS4 Avant (B9)
AUDI RS4 Avant (B9)

Le plus vendu des modèles RS fait son grand retour : la RS4, quatrième du...

MERCEDES AMG Classe E 63 S 4Matic+
MERCEDES AMG Classe E 63 S 4Matic+

À ma gauche, l'une des berlines les plus performantes jamais conçues par AMG....

VOLKSWAGEN Polo GTI 2018
VOLKSWAGEN Polo GTI 2018

Cette sixième génération de Volkswagen Polo GTI reçoit le plus gros moteur de...

Tous les essais

Commentaires