Acheter une MERCEDES 500 E W124 (1990 - 1995)

Stéphane Schlesinger le 05/10/2020

Sous ses allures de taxi, la 500 E cache un tempérament de feu et des capacités sportives étonnantes, sans renoncer au traditionnel confort Mercedes.

Partagez

réagir

Valeur à suivre

MERCEDES 500 E W124 (1990 - 1995)

Apparue en 1984, la Mercedes W124 ressemble énormément à une grosse 190. Ce qu'elle est en réalité ! Elle en transpose le thème esthétique sur une échelle un peu plus grande et se pare comme elle de trains roulants très sophistiqués pour l'époque, recourant par exemple à un essieu multibras à l'arrière. Celui-ci lui confère d'excellentes qualités routières et constitue une très bonne base à une version sportive. Mais si la 190 a eu droit à la sienne dès 1983, la W124 devra attendre 1990. C'est ennuyeux car dès 1986 la concurrence la supplante nettement, de la Lancia Thema 8.32 dotée d'un V8 Ferrari de 215 ch à la BMW M5 E34 de 315 ch. Il s'agit de réagir ! Sauf qu'à la fin des années 1980, Mercedes est pris par le développement de la très complexe Classe S W140. Aussi confie-t-il le développement d'une W124 de sport à Porsche, qui a pour mission d'y loger le V8 5,0 l de son nouveau roadster 500 SL (326 ch) et d'adapter les trains roulants. Les études débutent en 1989, et vont vite.

Après quelques mois, Porsche soumet un prototype finalisé à Mercedes, mais un léger problème surgit. Pour loger le gros V8, il a fallu élargir la voiture, et du coup, elle ne passe plus sur les lignes de production du constructeur à l'étoile… Qu'à cela ne tienne, celui-ci en confie la fabrication à Porsche, qui s'en trouve fort aise, son usine de Zuffenhausen étant sous-utilisée. En résulte tout de même un processus fort complexe, les autos en construction faisant des allers-retours entre les ateliers de Porsche (qui l'assemblent pratiquement à la main) et Mercedes, ce qui grève le prix de vente. Quand elle sort fin 1990, la 500 E est facturée la bagatelle de 565 000 F (près de 130 000 € actuels). C'est 54 000 F de plus que pour une M5... Mais la Mercedes est formidablement aboutie. Certes, elle se contente d'une boîte automatique à 4 rapports, son antipatinage n'est pas déconnectable et elle pèse 1 700 kg ! Mais ça ne l'empêche pas de franchir les 1 000 m départ arrêté en moins de 26 s ! Très réussis, ses trains roulants lui permettent de se montrer agile et très efficace en conduite sportive, tout en dorlotant ses passagers par son confort et son insonorisation de très haut niveau. Elle ne coûte pas l'appeau d'Ephèse pour rien ! Surtout qu'à l'époque, la qualité Mercedes signifie encore quelque chose. Elle va peu évoluer, recevant simplement des étriers avant à 4 pistons en 1992 et des disques de freins agrandis en 1993, année où elle se voit restylée comme le reste de gamme W124 (les projecteurs ne touchent désormais plus la calandre) et rebaptisée "E 500". La production prend fin début 1995, après que 10 429 exemplaires ont été fabriqués. Un chiffre important vu le prix de vente !

Depuis quelque temps, on s'intéresse de nouveau à cette berline ultraperformante aux allures de taxi. Cette discrétion joue en sa faveur, de même que sa fiabilité et, bien sûr, sa puissance. Le prix dépend largement du kilométrage : à moins de 100 000 km, comptez un minimum de 45 000 €. Sa cote est en hausse. À suivre...

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat MERCEDES

MERCEDES SL R129, beauté intemporelle
MERCEDES SL R129, beauté intemporelle
MERCEDES SL 500
MERCEDES SL 500
MERCEDES Pagode
MERCEDES Pagode
Tous les guides d'achat MERCEDES

Tags liés

Avis des propriétaires

Commentaires