Salon de Tokyo 2007

Salon de Tokyo 2007


du 27 octobre au 11 novembre 2007 Flux RSS Salon de Tokyo 2007

SUBARU Impreza WRX STi

Vincent Desmonts le 25/10/2007

La nouvelle Subaru Impreza WRX STI n'est pas là pour la rigolade, comme en témoigne son style austère. Elle marque peut-être un tournant dans la philosophie du modèle.

Voir plus de photos

Les constructeurs allemands ne sont pas les seuls à se livrer une guerre technologique à coup de chevaux, de newtons-mètre et de dixièmes de secondes. A ce petit jeu, les nippons sont plutôt doués, notamment Subaru et Mitsubishi. Ces deux-là se livrent une concurrence acharnée à travers leurs deux sportives emblématiques : l'Impreza WRX STI pour l'un, la Lancer Evolution pour l'autre. Et comme par hasard, ces deux modèles sont renouvelés quasiment simultanément ! Ça, même les constructeur allemands n'y arrivent pas...
Trêve de plaisanteries : cette Impreza WRX STI n'est pas là pour la rigolade, comme en témoigne son style sérieux... voire austère. Sur ce plan, la Subaru tranche avec la nouvelle Mitsubishi Lancer Evolution, qui a fini par faire évoluer son design vers plus de séduction afin de séduire une clientèle jusqu'alors rebutée par l'aspect banal des précédentes versions. Il faut dire que la WRX STI doit composer avec une base manquant de saveur sur le plan esthétique : la nouvelle Subaru Impreza ne fera pas plus tourner les têtes que ses devancières. Même dans cette livrée sportive, les multiples éléments de carrosserie spécifiques (ailes élargies, boucliers retouchés, gros aileron arrière, deux doubles sorties d'échappement et roues de 18 pouces) ne parviennent pas à redonner du caractère à une Impreza qui en manque cruellement. Dommage.

L'Impreza WRX STI marque peut-être un tournant dans la philosophie du modèle. Ainsi, l'allongement de l'empattement (+ 85 mm) et l'élargissement des voies (+ 40 mm à l'avant et + 45 mm à l'arrière) devraient favoriser la stabilité en courbe... peut-être au détriment de l'agilité. D'autre part, le contrôle électronique de stabilité VDC fait son apparition, alors qu'il n'était pas au programme de l'ancienne version. Il est certes déconnectable, mais Subaru précise qu'il ne s'agit là que d'un mode destiné aux « situations d'urgence, afin de sortir le véhicule de la neige ou de la boue ». Amateurs de glisse, passez votre chemin ? Il serait bien dommage que l'Impreza WRX STI oublie ses aficionados... D'autant qu'elle garde un différentiel actif à l'arrière couplé à un différentiel central piloté qui peut même être commandé manuellement.

Côté moteur, heureusement, pas de bouleversement philosophique ! L'Impreza WRX STI reste fidèle au quatre cylindres boxer gavé par un turbo. Et si la cylindrée passe de 2,5 à 2 litres, la puissance bondit de 280 à 308 ch, tandis que le couple passe de 392 à 422 Nm. La course réduite et les régimes de puissance et couple maxi situés plus haut laissent entrevoir un moteur à la plage d'utilisation plus étendue, d'autant que le « flat four » s'équipe d'un calage variable sur les arbres à cames d'admission et d'échappement. Enfin, les conduits d'admission ont été retravaillés afin d'améliorer le rendement de ce moteur, l'Impreza WRX STI n'étant jusqu'alors pas vraiment réputée pour sa sobriété...
La bonne surprise, c'est que la Sub' résiste à la tendance à l'alourdissement : avec 1 480 kg annoncés, elle perd même 15 kg par rapport à sa devancière, ce qui promet des chronos en hausse. Aucun chiffre n'a été annoncé, mais il est raisonnable d'espérer un 0 à 100 km/h aux alentours de 5,2 secondes.

Avis des propriétaires

Commentaires