FISKER Karma

Vincent Desmonts le 07/03/2008

Jusqu'alors, une voiture écolo était forcément fade et passablement ennuyeuse. Mais la Fisker Karma va bousculer les idées reçues...

Voir la vidéo en HD

La Karma, c'est d'abord un magnifique objet de design, signé de la main du maître Henrik Fisker. Un styliste d'origine danoise qui a oeuvré chez BMW puis chez Aston Martin et Ford. On lui doit notamment les Z8, DB9 et V8 Vantage... de belles références !

Avec la Karma, Fisker a créé une auto aux proportions hors normes. Longue comme une Mercedes CLS, large comme une BMW Série 7 et basse comme une Porsche 911, la Karma bouscule les conventions. Ses formes sont tellement inusitées que les occupants des places avant auront tout loisir d'admirer... les passages de roues proéminents !

Mais la Karma n'est pas seulement belle. En effet, aucun V8 ni V12 ne vrombira jamais sous sa carrosserie en aluminium de coupé à quatre portes. Là encore, elle enfonce les préjugés qui veulent qu'un modèle haut de gamme embarque forcément une grosse mécanique à pétrole. Le seul moteur à combustion interne qu'embarque la Karma se contente d'alimenter un générateur électrique.

Pour le reste, la Karma s'en remet à la propulsion électrique et à des batteries lithium-ion logées au centre du véhicule, entre les passagers. Un emplacement qui optimise le centre de gravité et assure une répartition des masses optimale.

Et oubliez tout de suite vos idées reçues sur les voitures électriques poussives : la Karma accélérera de 0 à 100 km/h en 6 secondes et atteindra les 200 km/h en vitesse de pointe, nous promet Henrik Fisker. De quoi tenir son rang de voiture haut de gamme.

Car la Fisker Karma compte bien faire son trou sur l'exigeant marché du luxe. Belle dehors, elle est également raffinée à l'intérieur. Elle s'offre une planche de bord épurée, un équipement complet, des matériaux de choix et des fauteuils confortables. Quatre adultes y voyageront à leur aise, même s'ils devront compter leurs bagages (deux clubs de golf tiennent dans le coffre, guère plus !).

Mais le meilleur reste à venir. En propulsion électrique, la Karma peut parcourir 80 kilomètres avec une charge complète de ses batteries. Le moteur thermique ne se déclenche que lorsque toute l'énergie électrique est épuisée. En clair, si vous habitez à 40 kilomètres ou moins de votre lieu de travail, la Karma ne consommera pas une goutte d'essence lors de vos trajets quotidiens... pour peu que vous la rechargiez tous les soirs, bien entendu. « Si les clients suivent cette procédure simple », s'enflamme Henrik Fisker, « il devient concevable de ne faire le plein d'essence qu'une ou deux fois par an ! » Une petite révolution, qui risque de donner du fil à retordre à nos amis pétroliers...

D'autant que la Karma, née à Irvine, en Californie, sait également profiter des rayons du soleil pour recharger ses batteries ou refroidir son habitacle, pour peu que l'on ait opté pour le toit recouvert de panneaux solaires optionnel. Une voiture qui « fait le plein » toute seule sur le parking du supermarché, voilà qui tiendrait presque du miracle ! Reste à savoir si la Karma tiendra sa promesse la plus audacieuse : afficher un prix de 80 000 dollars, plutôt modeste eu égard aux prestations et à la technologie embarquée. Réponse fin 2009, lors de la commercialisation des premiers modèles.

Voir plus de photos

Avis des propriétaires

Commentaires