Salon de Genève 2006

RENAULT Altica

Jean-François Destin le 03/03/2006

Futuriste et originale, l'intéressante étude Renault Altica exposée au 76ème Salon de Genève a fait sensation sous les voûtes du Palexpo.

Voir la vidéo en HD

Champion du monde de Formule 1 sans voiture de sport à vendre : Renault cultive un paradoxe qui n'a pas échappé à Carlos Ghosn désormais à la tête du constructeur français. Parmi les 26 nouveaux modèles évoqués par le président dans son plan « Contrat 2009 » figurent plusieurs véhicules de niche et notamment une GT à hautes performances. Une sportive reprenant quelques traits de l'intéressante étude Altica exposée à Genève. Aux côtés d'une Clio RS 200 chevaux destinée à faire patienter la clientèle éprise de sensations, ce break de chasse dynamique fait sensation sous les voûtes du Palexpo.

Patrick Le Quement, responsable du design Renault précise qu'Altica ne sera jamais proposé tel quel à la commercialisation. Il s'agit d'une vision futuriste et originale adoptant une identité graphique forte et innovante.

RENAULT Altica RENAULT Altica

Même si les échecs de l'Avantime et de la Vel Satis démontrent qu'il ne faut pas céder aux inspirations trop débridées, Altica marie avec élégance, agressivité (dans le bon sens du terme) sportivité et fonctionnalité. En son temps, Aston Martin avait aussi planché sur un break de chasse, sachant que la clientèle visée aime un certain anticonformisme. Compact (4.26m de long) mais large (1.83m) et très bas (1.36m), ce break racé arbore un long capot, des ailes saillantes et une poupe quasi verticale savamment travaillée pour réduire la traînée aérodynamique. Le pare-brise panoramique semble trouver un prolongement dans les vitres latérales et accentue l'impression de fluidité du véhicule. Avec le pavillon transparent, il assure une grande luminosité dans l'habitacle, une mosaïque de carreaux faisant sur les custodes arrière un effet vitrail en filtrant les rayons du soleil.

Toujours spectaculaires mais difficiles à proposer en série, les portières en élytre accentuent le caractère sportif d'Altica. Très moderne, la face avant ne préfigure pas une évolution future du style Renault mais Patrick Le Quement estime que les trouvailles d'Altica pourraient essaimer sur les futurs modèles. On espère ici que ces reprises concerneront les phares très exclusifs. Mis au point en collaboration avec Valeo, ils offrent des fonctions d'éclairage inédites.

Les blocs optiques font en effet appel à des diodes électroluminescentes (LED) à hautes performances. Le pilotage de ces LED permet d'adapter en permanence la quantité et la répartition de lumière aux conditions de conduite. En première mondiale, la fonction feux de position est assurée par un rideau de lumière couvrant l'ensemble du projecteur.

A l'intérieur, le poste de conduite est suspendu à une structure à quatre bras profilés censée rappeler l'univers de la F1. Les sièges sont fixes et l'adaptation aux morphologies du conducteur s'opère par un réglage motorisé du volant et du pédalier. L'accoudoir central, ajustable en hauteur, se déploie automatiquement lorsque le pilote s'assied.

Derrière le volant très conventionnel ont été implantées deux sortes de guérites abritant les informations essentielles. La vitesse est affichée au centre du cadran et en cas de dépassement des allures légales, la périphérie passe au rouge. Les écrans à haute définition rappellent, précise Renault, l'univers de l'horlogerie. A l'arrière, rien de bien neuf, les sièges se replient pour dégager un volume de chargement généreux de 1300 dm3. Large et haut, le hayon facilite l'embarquement d'objets encombrants.

L'Altica est une étude roulante équipée du récent diesel 2.0 dCi de 177 chevaux et d'une boite à 6 rapports. Renault met l'accent sur des performances économes (le décevant 0 à 100 km/h en 7,5 secondes est associé aux 5,3 litres de consommation). Elles résultent de la sobriété du moteur mais surtout d'un bon travail aérodynamique sur la carrosserie et d'un poids maîtrisé (1300 kg).

RENAULT Altica RENAULT Altica

Avis des propriétaires

Commentaires