Salon de Genève 2005

RENAULT Zoé

Jean-François Destin le 04/03/2005

Avec la Renault Zoë, les stylistes de Renault ont imaginé une trois places de 3.45m de long à la fois innovante et haut de gamme.

Voir la vidéo en HD

Pour asseoir ses passagers, l'automobile a toujours préféré les chiffres pairs. A bord, on trouve deux ou quatre sièges, l'assise centrale arrière étant considérée comme un strapontin d'appoint. Les larges banquettes des voitures américaines puis chez nous certains breaks mais surtout les monospaces en ont proposé six ou sept avec possibilité d'en laisser à la maison. Seul Matra avec le coupé Bagheera en 1975 et la Murena en 1980 avait osé trois places mais de front. Zoë, le plus insolite et surprenant concept-car du Salon de Genève réactualise les 3 places, deux à l'avant, une à l'arrière, le volume laissé vacant derrière le conducteur étant dévolu au coffre.

RENAULT Zoé RENAULT Zoé

Vous êtes-vous déjà amusé à relever le taux d'occupation des voitures. Qu'elles soient imposantes ou modestes, elles ne sont souvent habitées que par leur conducteur. Des statistiques plus précises montrent que l'auto transporte en moyenne 1,4 personne. Pour autant, une habitabilité réduite à deux places (coupés, cabriolets, Smart) est vécue comme une contrainte tandis que la quatrième place d'un modèle classique n'est quasiment jamais occupée.

Avec Zoë, les stylistes de Renault ont donc imaginé une trois places de 3.45m de long à la fois innovante et haut de gamme. Ainsi un bouton tripode en « étoile de mer » permet d'agencer l'habitacle pour optimiser l'espace. Le siège passager (dont le dossier s'incline et se désarticule pour accueillir des objets longs ou encombrants) intègre un repose-pied qui autorise une posture plus décontractée à l'occupant arrière « lovée » comme l'explique Renault dans une sorte de chauffeuse. De nombreux petits rangements, parfois très discrets, complètent un coffre de belle capacité et toujours accessible de l'intérieur.

Dans Zoë, les passagers ont la tête dans les étoiles. En exclusivité mondiale, Renault propose deux pavillons en verre incrustés de leds lumineuses pour former une sorte de voûte céleste.
« Cette idée, nous l'avons eu en visitant le Salon du meuble contemporain de Milan, nous a confié Michel Jardin, directeur des concept-cars Renault. Une table constellée de leds a retenu notre attention. La réalisation des pavillons de Zoë a ensuite mobilisé la société allemande Bertrant et un verrier suisse spécialisé. Cette technologie difficile à appréhender en grande série est cependant riche de promesses car on peut imaginer des ambiances colorées différentes, certaines leds devenant à l'occasion des spots de lecture. Le réseau amenant le courant contribue aussi à l'insolite de ces toits ».

Zoë fourmille d'astuces et d'équipements spécifiques comme le compteur en suspension sur une plaque de verre, un compte-tours également transparent tandis qu'un jeu de cylindres permet de visualiser les informations en second plan sur un écran TFT. Côté passager a été montée une large portière motorisée. Son ouverture à double charnière sur trois axes permet plusieurs débattements selon que l'on veut accéder à l'avant ou à l'arrière. Même souci de fonctionnalité avec le hayon à double cinématique. Ce dernier et sa lunette qui s'ouvrent séparément coulissent ensemble pour limiter l'angle de relevage. On peut aussi profiter de la vitre latérale amovible pour déposer des petits objets sur la plage arrière ou dans le coffre caché par un couvre-bagages éminemment original.

Mutine avec ses petits yeux rieurs soulignés de grilles aux cercles concentriques, Zoë ne sera pas commercialisée telle quelle. Mais, à Genève, on nous a assuré que l'imagination débridée des ingénieurs exprimée ici servira aux futures générations de petites Renault.

RENAULT Zoé RENAULT Zoé

Avis des propriétaires

Commentaires