Salon de Genève 2004

LAMBORGHINI Murcielago roadster

Jean-François Destin le 01/01/2004

Plus d'un an après sa première apparition sous forme de concept-car au Salon de Détroit 2003, le roadster Lamborghini Murcielago a été exposé dans sa version définitive à Genève.

Voir plus de photos

Plus d'un an après sa première apparition sous forme de concept-car au Salon de Détroit 2003, le roadster Murcielago a été exposé dans sa version définitive à Genève pour une commercialisation prévue au cours du second semestre 2004 à un prix avoisinant les 250.000 €.

Depuis 2001 et la résurrection de la marque orchestrée par le groupe VW, la Murcielago roadster constitue la troisième nouveauté après la Murcielago coupé et la petite Gallardo. Par rapport à l'étude montrée à Détroit, peu de modifications ont été opérées. Cependant, Luc Donckerwolke, le responsable du design ne s'est pas contenté d'enlever le toit du coupé. Le dessin de toute la partie supérieure de l'auto a été retravaillé afin de rehausser encore le caractère exclusif et sportif propre à un roadster hautes performances. Ainsi le pare-brise et les vitres latérales rappellent, selon Lamborghini, la visière d'un casque intégral. Derrière les sièges ont été habilement dissimulés des arceaux de sécurité prêts à se relever automatiquement en cas de retournement. Conçues dans la pure tradition Lamborghini, de nouvelles jantes de 18 pouces à 5 gros rayons supportent des Pirelli Rosso (245/35 ZR à l'avant et 335/30 ZR à l'arrière !). Comme sur la Miura, un petit coffre d'accès facile se trouve à l'avant ; Enfin, les échappements ont été rendus encore plus impressionnants pour les distinguer de ceux du coupé.

Les portières, spectaculaires, se relèvent vers l'avant tandis que le capot moteur s'ouvre d'avant en arrière pour découvrir le splendide V12 6.2l implanté longitudinalement en position centrale.

Si le châssis en acier et carbone calculé pour le coupé se révèle suffisamment rigide pour répondre au comportement routier du roadster, certaines parties ont été remplacées. C'est le cas du treillis, plus rigide, sur le compartiment moteur. Visible, il peut également être en carbone à la demande du client.

Pour ne pas altérer la ligne et le poids du roadster Murcielago, Lamborghini propose (en option !) le "R-Top". Il s'agit d'un morceau de capote à utiliser seulement en cas de grosse averse. Les fixations n'étant pas à toute épreuve, Lamborghini conseille de ne pas rouler abrité à plus de 160 km/h. Pas vraiment une contrainte sur nos routes très surveillées.

Le roadster reprend les dimensions du coupé (soit 4.58m et 2.040m). Seule la hauteur descend de 70 mm. La répartition du poids (1650 kg) privilégie l'appui sur les roues arrière (58% contre 42% à l'avant).

On l'a évoqué précédemment, le roadster partage avec le coupé le 12 cylindres 6.2l de 580 chevaux. Offrant un gros couple de 650 Nm à 5400 tours, il est associé en série à une boite mécanique à 6 rapports ou en option à l'automatisme "e-gear" également à 6 rapports. Compte tenu de sa puissance très élevée, le roadster bénéficie d'une transmission intégrale assortie d'un viscocoupleur central et de deux différentiels (25% à l'avant et 45% à l'arrière).

La suspension reprend celle du coupé avec des leviers triangulés doubles, des ressorts hélicoïdaux et des amortisseurs à réglages électroniques

Les performances sont voisines de celles du coupé avec 320 km/h en vitesse de pointe et 3,8s pour passer de 0 à 100 km/h. En attendant de pouvoir faire essayer leur dernier joyau, les responsables techniques de Lamborghini assurent que les temps réalisés sur les circuits de validation par le coupé et le roadster sont sensiblement les mêmes. Le résultat d'une bonne rigidité du châssis du roadster et de l'optimisation de ses trains roulants.

Avis des propriétaires

Commentaires