Salon de Francfort 2005

VOLVO C70

Jean Michel Cravy le 21/09/2005

C'est la grande mode : les coupés/cabriolets à toit dur fleurissent un peu partout. Volvo s'y met à son tour avec son tout nouveau C70 présenté au Salon de Francfort 2005.

L'ancien cabriolet C 70 s'était éclipsé discrètement, après une carrière non moins discrète. Il s'était vendu, dans ses meilleures années à 8000 exemplaires annuels, l'essentiel étant parti aux Etats-unis. En Europe, il y avait bien longtemps qu'on n'en avait plus vu un sur la route.

Cette fois Volvo a pris le taureau par les cornes, avec l'intention de diffuser son nouveau-né à 16 000 exemplaires par an, dont 50 % aux USA. Hors du concept du coupé/cabriolet à toit dur, point de salut. Cette nouvelle génération de C 70 y sacrifie donc.

VOLVO C70 VOLVO C70

Pas facile d'imaginer une solution élégante et esthétique pour une voiture de cette longueur (4,58 m) à quatre places. Comment traiter le toit, forcément long, et l'escamoter sans recourir à un dessin torturé et pas forcément gracieux ? Si Volvo s'est chargé du design, la collaboration technique de Pininfarina, très aguerri en matière de cabriolet, a été très précieuse pour résoudre le problème avec élégance.

Le toit du C 70 est divisé en trois parties et s'articule selon une cinématique complexe qui voit la partie antérieure s'élever largement (20 centimètres !) au-dessus de la voiture pour passer au-dessus de la lunette et la seconde partie du toit et se ranger en premier sous le capot de coffre. Impressionnant. L'opération, forcément complexe, dure tout de même une bonne trentaine de secondes.

On ne le dirait pas à la contempler, mais cette nouvelle C 70 est basée sur la plateforme des S40/V50. De ce fait, elle est légèrement plus courte et plus basse que son aînée, mais aussi large, tout en offrant une rigidité deux fois supérieure, ce qui est n'est pas un mal. Elle présente des proportions très classiques et très élégantes à la fois. Un court porte à faux avant et une ligne de caisse très franche lui donne un profil très séduisant, tandis que le toit présente un arrondi harmonieux.

Un joli coup de dessin, et un bel exploit technique. « Nous voulions créer deux voitures en une seule, mais sans faire de compromis. Nous avons réussi à créer une voiture qui est à la fois un élégant cabriolet et un coupé sportif », explique le chef de projet Patrik Widerstrand. « Créer des lignes aussi harmonieuses avec et sans toit n'est pas une tâche facile » ajoute le responsable du design, Fedde Talsma. « Nous avons décidé de commencer par le design du coupé. Une fois satisfaits des résultats, nous avons apporté les ajustements nécessaires pour créer un cabriolet épousant les lignes du coupé. L'expérience nous a démontré que c'est la meilleure façon de procéder ».

L'habitacle ne surprendra pas les fidèles de la marque. On y retrouve la tradition scandinave, faite d'un style débarrassé de toute emphase et de surfaces nettes. Et également la console centrale extra fine des S40/V50, qui semble flotter, comme détachée de la planche de bord. Celle-ci pourra être décorée selon le goût du client : aluminium, bois, ivoire ou bauxite. Une sellerie spéciale a été mise au point, dont la structure superficielle rappelle la peau. Mais une sellerie cuir sera au programme également. Fidèle à sa tradition, Volvo n'a pas négligé la sécurité passive, en reportant les airbags de tête dans les portières, puisqu'ils ne pouvaient pas trouver place dans le toit.

A son lancement, au premier trimestre 2006, le Volvo C 70 sera proposé avec trois motorisations essence, toutes à cinq cylindres en ligne, disposées transversalement, développant respectivement 140, 170 et 220 chevaux dans son exécution T5, caractérisée par une suralimentation par turbo. Et il n'est évidemment pas exclu qu'une motorisation diesel soit également programmée ultérieurement.

VOLVO C70 VOLVO C70

Avis des propriétaires

Commentaires