Salon de Francfort 2003

AUDI Le Mans Quattro

Jean-François Destin le 11/09/2003

L'Audi Le Mans Quattro porte tous les gênes de l'illustre Audi R8, triple vainqueur des 24 Heures du Mans.

Des premières victoires en Championnat du Monde des Rallyes dans les années 80, aux succès remportés sur circuit - que ce soit en Grand Tourisme ou en Sport Prototype - l'expérience et le savoir faire d'Audi dans le domaine du sport automobile ne sont plus à démontrer. Ces acquis ont donné naissance à de puissantes berlines haut de gamme, à des coupés performants ou des breaks débordant de chevaux, mais aujourd'hui la marque aux anneaux s'attaque avec cette étude aux super-cars. Un tout autre monde.

AUDI Le Mans Quattro AUDI Le Mans Quattro

Dès le premier contact le doute n'est pas permis, il s'agit d'une authentique sportive. Large et ramassée, l'Audi Le Mans Quattro affiche les proportions d'un modèle taillé pour la performance (1,90 m de large pour 1,25 m de haut). Son dessin n'a rien d'agressif, ses lignes ont l'harmonie d'un objet presque parfait. Le panneau de custode gris, tranchant sur le bleu de sa robe lui confère une certaine touche d'élégance. Sa calandre avant avec ses larges ouïes latérales dégage cependant une impression de puissance. Et le galbe de ses ailes avant lui donne un air de famille avec le coupé TT ou l'étude GT Nuvolari Quattro.

Bien proportionnée l'Audi Le Mans Quattro dispose d'un empattement suffisant (2,65 m) pour y loger confortablement deux passagers ainsi que le moteur en position longitudinale. La cellule passagers se trouve placée très en avant de la caisse, particularité typique d'un modèle à moteur central.

La base porteuse de l'étude Le Mans Quattro est construite autour d'une cage en aluminium où les différents éléments viennent se greffer. La carrosserie et les ouvrants combinent aluminium et composites de carbone. Malgré ces efforts sur les matériaux, cette sportive accuse quand même 1530 kg sur la balance.

L'habitacle est dominé par un poste de pilotage dont l'architecture est orientée sur le conducteur. La planche de bord très fonctionnelle avec ses instruments et son écran plat à affichage commutable vous met tout de suite dans l'ambiance. Avec son volant truffé de commandes, on se croirait presque dans une F1. Comme à l'habitude chez Audi, un soin tout particulier est porté à la qualité des matériaux et à leur assemblage. Le pare-brise fait appel aux nanotechnologies, qui ont permis de développer la couche de matériau hydrophobe et résistant aux salissures dont il est recouvert. Un second film également nanométrique réduit par ailleurs la pénétration des rayonnements UV et infrarouges et limite le réchauffement dans l'habitacle.

De 0 à 100 km/h en 3,7 secondes

Cette biplace à moteur central est animée par un V10 biturbo de 5,0 litres à injection directe d'essence FSI, technologie qui optimise puissance et consommation. Ouvert à 90°, ce V10 dispose de quarante soupapes actionnées par quatre arbres à cames en tête. Les deux turbocompresseurs délivrent une pression d'air pouvant aller jusqu'à 2 bars. Ainsi équipée, l'Audi Le Mans Quattro développe 610 ch (449 kW) à 6900 tr/mn. Son couple plus que généreux (750 Nm en valeur maximale) disponible dès 1750 tr/mn lui offre une large plage d'utilisation.

La boîte de vitesse séquentielle à 6 rapports dispose d'un mode manuel et d'un mode automatique. Lorsqu'il souhaite passer manuellement les rapports, le conducteur utilise les basculeurs placés au volant : les changements instantanés s'effectuent sans pédale de débrayage. Le petit levier de commande placé à côté du frein de stationnement électromécanique sur le tunnel central est uniquement destiné à la présélection des trois modes : Automatique, Normal et Sport. Avec une telle puissance, cette Audi est bien sûr équipée de la transmission intégrale permanente quattro avec une répartition basique du couple de 40:60 respectivement sur l'essieu avant et arrière.

Les liaisons au sol font appel à des doubles bras transversaux avec triangulation inférieure et supérieure à l'avant ainsi que triangle supérieur et bras inférieur trapézoïdal à l'arrière. Les disques de freins en céramique, d'un diamètre de 380 millimètres à l'avant et 356 millimètres à l'arrière sont associés à des étriers fixes à huit pistons à l'avant et à griffe à l'arrière.

A partir de 120 km/h un aileron s'extrait automatiquement, et en deçà de 80 km/h il s'escamote et reprend sa position affleurante dans la carrosserie. Le volant multifonctions comporte une touche grâce à laquelle le conducteur peut éviter que l'aileron ne se replie - en cas d'utilisation sur circuit notamment.

Ainsi dotée, l'Audi Le Mans quattro abat le 0 à 100 km/h en 3,7 secondes, et le 200 km/h en 10,8 secondes. La vitesse maximale théorique de 345 km/h est ramenée à 250 km/h par un limiteur électronique.

L'Audi Le Mans quattro apparaît comme une synthèse réussie des technologies éprouvées en compétition et des qualités d'une grande GT. Elle devrait se sentir tout aussi à l'aise sur les circuits que sur les petites routes de campagne sinueuses.

AUDI Le Mans Quattro AUDI Le Mans Quattro

Avis des propriétaires

Commentaires