Rétromobile 2007

Compte rendu

Gilles Bonnafous le 21/02/2007

Le podium central de Rétromobile accueille 12 pépites de la collection de Nick Mason. Passionné d'automobiles et pilote à ses heures, le batteur de Pink Floyd a monté un exceptionnel ensemble.

Voir la vidéo en HD

Le podium central de Rétromobile accueille douze pépites issues de la collection de Nick Mason. Passionné d'automobiles et pilote à ses heures, notamment aux 24 Heures du Mans qu'il a courues à cinq reprises, le batteur de Pink Floyd a monté au fil des ans un exceptionnel ensemble, dont une sélection constitue le morceau de choix des expositions mettant en scène les stars et l'automobile à la Porte de Versailles.

Célèbre, la collection de Nick Mason l'est dans le monde entier. Le musicien possède plus de quarante machines de compétition installées dans les hangars d'un ancien aérodrome de la Royal Air Force. Beaucoup ont couru les 24 Heures du Mans et quelques-unes ont été confiées aux plus grands pilotes, dont Stirling Moss et Jacky Ickx.

Compte rendu Compte rendu

Depuis trente-cinq ans, Nick Mason consacre sa fortune à rassembler cette collection exceptionnelle. La passion de l'automobile lui est venue dès son plus jeune âge. Il la tient de son père, qui courait sur une Bentley 4 ½ et l'a mis de suite dans le bain. Nick a lui-même piloté très tôt dans les courses historiques. Constituée de coups de cœur, la collection reflète les goûts de cet amateur peu ordinaire. Elle couvre un siècle d'histoire de la course automobile, depuis une Panhard du début du siècle jusqu'à une McLaren F1 GTR.

La collection n'est pas un musée statique. Les voitures sont en parfait état de fonctionnement et tournent régulièrement sur les circuits. D'ailleurs, Nick a créé une entreprise, qui lui permet de louer ses voitures à des clients privilégiés. L'entretien et les réparations sont assurés dans un atelier. Un garage en somme, où officie une équipe de techniciens et qui abrite un stock important de pièces détachées, dont des moteurs de rechange pour la Maserati 250 F et la Ferrari GTO !

La sélection des douze véhicules présentés à s'est faite sur deux critères : l'intérêt du public, en exposant des modèles parmi les plus mythiques tout en ayant le souci de ne pas lasser les collectionneurs français, d'où l'absence de Bugatti très fréquentes à Rétromobile. Autre élément de la démarche, les critères sentimentaux de Nick Mason. Ainsi, le visiteur pourra-t-il découvrir la Bentley 4 ½ 1930 de son père, ainsi qu'une Austin Seven, sa première automobile et celle grâce à laquelle, lorsqu'il était étudiant, il a rencontré des copains avec qui il fondera le groupe Pink Floyd.

Nick Mason est venu à la Porte de Versailles avec trois Ferrari, une GTO, une 512 S et une monoplace 312 T3. Un trio qui reflète son penchant particulier pour la firme de Maranello, la plus présente dans sa collection avec pas moins de sept machines.

La voiture qu'il a le plus désirée est la GTO. Il l'a acquise il y a 25 ans. Châssis n°3757, elle a été livrée en 1962 à l'Ecurie Francorchamps. Engagée aux 24 Heures du Mans, elle y prendra la troisième place du classement général, avant de terminer à la même position au Tour de France. L'année suivante, elle s'adjugera plusieurs épreuves, dont les 500 Kilomètres de Spa. Elle s'imposera par la suite à Oulton Park en Angleterre et remportera sa classe à Daytona. Elle a été restaurée en 1977.

Vedette du film Le Mans de Lee H. Katzin produit en 1970 par Steve McQueen, la 512 S châssis n°1026 fut détruite pendant le tournage par un incendie ! Auparavant, elle avait couru comme voiture d'usine pendant la saison 1970, prenant part aux 24 Heures de Daytona (troisième), aux 12 Heures de Sebring (victoire), aux 1000 Kilomètres de Monza (quatrième) et aux 24 Heures du Mans (abandon). Elle fut pilotée par Mario Andretti, Arturo Merzario, Ronnie Peterson, Jackie Ickx et Derek Bell.

La 312 T3 châssis n°034 de Formule 1 est un hommage rendu à Gilles Villeneuve, qui remporta à son volant le Grand Prix du Canada en 1978. Nick Mason voue une grande admiration au pilote. S'il lui avait fallu une motivation pour acquérir une Ferrari de Formule 1, la fierté de s'asseoir dans le baquet de son héros aurait balayé toute hésitation.

Nick Mason a un faible pour l'Aston Martin Ulster, dont il est un collectionneur passionné et reconnu. Après avoir possédé des Austin Seven dans sa jeunesse, il franchit un pas important en acquérant une Aston International. Il passera ensuite à l'Ulster, évolution plus performante de l'International. Il possède aujourd'hui trois Ulster d'usine, les LM 17, LM 18 et LM 21 — cette dernière exposée à Rétromobile.

La plus ancienne voiture exposée est un ancêtre, une Panhard de 1901 — qui témoigne de l'ouverture d'esprit et de la vraie passion de Nick Mason pour l'automobile —, la plus récente une McLaren F1 GTR de 1995. Une Porsche 962 de 1990, une Lola T 297 de 1979, une Jaguar Type D et une Maserati 250 F complètent le plateau. La Type D, châssis XKD 516, a appartenu à un Américain, qui l'a fait courir à Nassau et à Daytona. Quant à la 250 F, châssis n°2532, il s'agirait de l'une des trois V12 de 1957 modifiées pour accepter le six cylindres en ligne. Elle a couru au Brésil en Formule Libre.

Compte rendu Compte rendu

Avis des propriétaires

Commentaires