Mondial de Paris 2004

Compte rendu

Jean-François Destin le 25/09/2004

Le Mondial de Paris 2004 a traduit les nouvelles tendances d'un marché de l'automobile en complète effervescence.

Ouvert du 25 septembre au 10 octobre 2004 à la Porte de Versailles, le Mondial de Paris 2004 a traduit les nouvelles tendances d'un marché de l'automobile en complète effervescence. Rassemblant 432 marques (un record absolu) sur plus de 180.000 m2, ce rendez vous d'automne organisé tous les deux ans en alternance avec le Salon de Francfort restera sans doute dans toutes les mémoires. Jamais, la voiture de tous les jours n'aura connu une telle révolution. Attendant autant un nouveau lieu de vie qu'un engin pour se déplacer, la clientèle souhaite aujourd'hui circuler dans des modèles plus spacieux, lumineux, pratiques et communicants. Ce phénomène de société que l'on croyait circonscrit aux seuls monospaces de grands trajets concerne désormais toutes les catégories et en particulier les minis et citadines.

Compte rendu Compte rendu

Les visiteurs du Mondial pourront s'en rendre compte en découvrant la génération "haut de forme". Pour répondre aux Suzuki Wagon R, Opel Meriva, Fiat Idea, Lancia Musa, Mercedes Classe A deuxième génération et quelques autres, Peugeot et Renault, sur leur terre, adhèrent avec talent à une formule verticale propre à rendre les déplacements urbains moins fastidieux. Peugeot a même été jusqu'à pouvoir sa 1007 de portes coulissantes télécommandées et Renault, sur la nouvelle plate-forme de l'alliance Renault/Nissan (déjà utilisée par la Micra) nous a concocté la Modus dont le nom latin évoque à lui seul l'objectif de la "juste Mesure".

Il s'agit en effet de rester dans des dimensions très compactes (autour de 3.80m en longueur) et de jouer sur la seule hauteur pour offrir aux occupants une position surélevée dominante et une surface vitrée accrue. Deux choix savamment mis en scène sur la Renaut Modus. Effets néfastes induits : un poids et une consommation en nette hausse.

En dépit de ceux qui voulaient les interdire dans Paris pour cause de pollution, une absurdité, l'autre tendance majeure du Mondial confirmera la réponse à cette demande du public de 4X4 "loisirs" rangés par les américains dans la catégorie des SUV (Sport Utility Véhicle). Les produits leaders du marché ont pour noms Mercedes ML, BMW X3 et X5, Toyota RAV4 etc... Achetés plus pour leur "look" branché que pour leurs capacités à emprunter pistes et chemins rocailleux, ils mobilisent désormais tous les constructeurs (Renault y viendra en 2007 grâce à Nissan). Vous découvrirez entre autres au Mondial le coréen Hyundaï Tucson (petit frère du Santa Fé) et le prestigieux Cadillac SRX.

A ne pas rater non plus la nouvelle génération de voitures découvrables. On ne parle plus désormais de cabriolets mais de CC, traduisez Coupé/Cabriolet. Tout le monde y vient. Remis au goût du jour par Honda au milieu des années 80 avec le CRX puis plus récemment par Mercedes avec le SLK, cette combinaison qui permet en moins de 30 secondes de transformer un cabriolet en coupé bien douillet a été démocratisée par Peugeot (206 CC et 307CC). Renault s'y est mis avec la Mégane et son toit en verre et au Salon, vous pourrez aussi admirer la craquante Opel Tigra Twintop.

Ce Mondial de Paris qui marque le retour de Rolls-Royce, Isuzu, Ssangyong et Mahindra sera aussi celui de la voiture passion, de la berline de grand luxe et de la sportive de très haut niveau comme la Ferrari F430, remplaçante de la Modena. Aux côtés des concept-car et études attendus, les Porsche, Lamborghini, Maserati et autres Aston Martin entretiennent le rêve. Même si le renchérissement du pétrole et les problèmes d'environnement et de sécurité constituent pour ces grandes signatures des sujets de préoccupations. Ce contexte pesant n'empêche pas la multiplication de moteurs V10, image F1 oblige. Après Dodge et sa Viper, Porsche et sa Carrera GT, Lamborghini et sa Gallardo, c'est au tour de BMW d'y venir pour sa ... Série 5 ! La M5 dévoilée au Mondial en version définitive abrite un V10 5 litres de 407 chevaux. Limitée électroniquement à 250 km/h, elle passe de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes ! Mais on est encore loin des délires de la Veyron, l'arlesienne de Bugatti pas sure d'être à Paris avec ses 1001 chevaux. Une puissance tellement démesurée que les ingénieurs s'arrachent les cheveux pour la mettre au point et atteindre les 400 km/h promis.

Quant aux modèles faisant état des recherches d'énergies propres, ils ne seront pas légion. On annonce une BMW Serie 7 à hydrogène mais les français apprécieront le concept Peugeot Quark, un quad à pile à combustible. Dans ce domaine, il est probable que Toyota gardera son avance avec la dernière Prius GT Hybride à deux moteurs (essence et électrique) dont les performances se rapprochent des meilleures berlines de la catégorie mais aussi avec un nouveau diesel "Clean Power" aux émissions polluantes réduites de 50 à 80% par rapport aux seuils de la future norme Euro IV.

Avis des propriétaires

Commentaires