Centenaire de la General Motors

"Ce qui est bon pour la General Motors est bon pour les Etats-Unis". Cette célèbre formule illustre la puissance de la première entreprise planétaire, symbole archétypique de l’Amérique triomphante.

sommaire :

Histoire : La GM dans le monde : Vauxhall, Opel, Holden, Saab

Gilles Bonnafous le 27/03/2008

Partagez

réagir

Multinationale avant la lettre, la General Motors s’est implantée en Europe dans les années vingt en rachetant Opel et Vauxhall. Imitant en cela son concurrent Ford, mais bien après ce dernier, qui très tôt construisit son modèle T sur le Vieux continent.

Constructeur britannique, Vauxhall débute en 1903 avec une 5 CV. Les modèles les plus connus de l’époque d’avant guerre sont la Prince Henry et la 30/98, une 4,5 litres de 1913. La firme est rachetée par General Motors en décembre 1925 et, trois ans plus tard, apparaît la première Vauxhall inspirée par l’Amérique, la 20/60 dotée de soupapes en tête.
Vauxhall 5CV (1903)
Vauxhall 5CV (1903) GM
Vauxhall R Type 20/60 Bedford
Vauxhall R Type 20/60 Bedford GM
La marque se signale par sa technologie avancée. Ainsi, la Cadet, une six cylindres de deux litres au prix très abordable, est, en 1931, la première voiture anglaise dotée d'une boîte de vitesses synchronisée. Et en 1938, la Ten, une quatre cylindres, sera la première monocoque britannique et l’une des premières en Europe. L’année suivante, toutes les Vauxhall bénéficieront de freins hydrauliques.

Après la guerre, la marque lance les nouveaux modèles Wyvern (1,4 litre) et Velox (six cylindres de 2,3 litres), dont le design est fortement marqué par l’influence américaine. Tout comme le levier de vitesses installé au volant. La luxueuse Cresta apparaît en 1955, tandis que, trois plus tard, la Victor (1,5 litre) offre un look très yankee avec son pare-brise panoramique. En 1964, Vauxhall étend sa gamme vers le bas en proposant la Viva, une populaire de 1100 cm3 comparable à l'Opel Kadett. La Victor sera en 1968 la première automobile britannique à être dotée d’un moteur à arbre à cames en tête entraîné par courroie.
Vauxhall Cadet 1931
Vauxhall Cadet 1931 GM
Vauxhall Vector Circa 1958
Vauxhall Vector Circa 1958 GM

Les années 70 voient la sortie de deux modèles proches des Opel, la Chevette (Kadett City) et la Cavalier (Ascona). Dans les années 80, les Vauxhall ne sont plus que des Opel rebadgées et adaptées à la conduite à gauche : la berline Cavalier est identique à la Vectra et le coupé à la Manta.

Créée en 1896 à Rüsselsheim par Adam Opel, la firme allemande est absorbée en 1928 par la General Motors. L’année suivante, sort un modèle américain la Regent, une huit cylindres de six litres. Si Opel produit dans les années trente des six cylindres de haut de gamme au design américanisé comme la Kapitän et l’Admiral, la marque se consacre également à des quatre cylindres, la petite Kadett, qui deviendra un best seller, et l’Olympia (1,5 litre). Avant la guerre, Opel est le plus important constructeur européen en volume.
Opel Kadett A (1962)
Opel Kadett A (1962) GM
Opel Ascona B SR (1975)
Opel Ascona B SR (1975) GM
En 1962, Opel lance la version moderne de la Kadett (un litre), qui, si elle n’est pas un parangon de beauté, s’imposera au fil des ans et de ses nombreux restylages. A l’autre extrémité, la Diplomat abrite un V8 Chevrolet. Suivront dans les années 70 l’Ascona, la belle Manta, la Commodore et la Senator. Et dans la décennie suivante, la Vectra, une ambitieuse moyenne gamme. Tête de pont européenne de la General Motors, Opel a éclipsé sa sœur britannique Vauxhall.

Maison fondée en 1850, Holden est un constructeur de voitures hippomobiles, puis de carrosseries automobiles, avant de devenir, en 1924, le distributeur des modèles de la General Motors en Australie. La firme entre dans le giron du géant américain en 1931. En 1948, elle lance la production de son premier modèle spécifique, la 48-215, dite FX. Cette dernière est suivie en 1953 de la FJ. La gamme est actuellement composée de modèles provenant d'Opel, Suzuki et Isuzu.
Holden FX
Holden FX GM
Holden Monaro (2004)
Holden Monaro (2004) GM

Firme coréenne, dont l’activité dans la construction automobile remonte à 1937, Shinjin Motors a commencé à monter des modèles de la General Motors en 1972. En 1978, Daewoo devient actionnaire à 50% de Shinjin Motors, qui est rebaptisée Daewoo Motors quatre ans plus tard après la prise de contrôle majoritaire. Suite au rachat de la firme par General Motors et Suzuki associés — les deux groupes collaborent aux Etats-Unis depuis le début des années 80 —, les Daewoo seront commercialisées sous le nom de Chevrolet à partir de 2004, offrant ainsi à la marque américaine une gamme de voitures de faible gabarit.

C’est en 1990 que la General Motors a racheté la moitié du capital de Saab Automobile, avant d’en acquérir la totalité dix ans plus tard. La GM a alors opéré un rapprochement avec Opel pour le partage de composants communs, dont les plate-formes. Avec le risque de banaliser la firme suédoise, qui, en un demi-siècle d’histoire, avait bâti son succès et sa forte image sur les concepts d’originalité et de différence.
Daewoo Record
Daewoo Record GM
Saab 900 Turbo
Saab 900 Turbo GM
article précédent  La constitution de la GM : William Durant

Page précédente
La constitution de la GM : William Durant

article suivant  Les grands bides commerciaux de la GM : La Salle et Corvair

Page suivante
Les grands bides commerciaux de la GM : La Salle et Corvair

Partagez

réagir

Commentaires