La renaissance de la Fiat 500

Quoi de mieux pour fêter les cinquante ans de la 500 que de lui offrir une héritière ? En offrant une seconde jeunesse à ce mythe italien, Fiat se lance sur les traces de la Mini... et espère rencontrer le même succès !

sommaire :

La 500 sur les traces de la Mini

Vincent Desmonts le 18/07/2007

Partagez

réagir

Pour élaborer la stratégie marketing de la nouvelle 500, Fiat avait un modèle : le succès de la Mini moderne. Et quel succès ! BMW a eu une idée de génie en donnant une seconde jeunesse à la légendaire citadine britannique. Et qu'importe si certains trouvent son style caricatural, ses tarifs outranciers et son confort précaire ! La Mini a trouvé sa clientèle, urbaine, branchée, plutôt féminine sur les versions One et Cooper, plutôt masculine sur les Cooper S. Une clientèle qui ne rechigne pas à piocher dans l'épais catalogue d'options (de « personnalisation », préfère-t-on dire chez Mini !) : chaque modèle sortant des chaînes possède en moyenne pour 3 000 euros d'accessoires.

Fiat

BMW
Chercher à copier le phénomène Mini aurait cependant été une erreur grossière. Fiat n'est pas BMW, et si la 500 possédait un capital sympathie probablement aussi grand que celui de l'ancienne Mini, elle avait alors une clientèle nettement plus populaire. La nouvelle 500 se devait donc d'afficher un positionnement plus accessible, restant ainsi fidèle à l'esprit de sa devancière. Le verdict est tombé le 4 juillet 2007 : avec un prix d'accès de 10 500 euros, la nouvelle 500 reste aussi populaire que sa devancière.
Pour le reste, la petite Fiat singe la Mini en tous points. Pour son style néo-rétro, bien entendu, qui reprend tous les traits caractéristiques de l'ancienne 500 en les réinterprétant selon les canons de la mode actuelle. Reste qu'en mettant côte à côte l'ancienne et la nouvelle, on se rend compte à quel point la première était petite... ou la seconde est grande.
Personnalisation : la Mini a lancé le mouvement avec ses multiples versions
Personnalisation : la Mini a lancé le mouvement avec ses multiples versions BMW
Et la 500 a suivi la marche, de façon bien similaire...
Et la 500 a suivi la marche, de façon bien similaire... Fiat

Le programme de personnalisation s'inspire également de l'école New Mini. La Fiat 500 laisse le choix entre plus de 100 accessoires, 12 teintes de carrosserie, 9 jantes différentes et même 9 couleurs différentes pour... la clé de contact ! A ceci s'ajoute un kit carrosserie, des stickers pour le toit, les portières ou le capot, un bandeau chromé sur la calandre imitant les tubes de protection de l'ancienne 500, etc... Fiat est très fier d'annoncer qu'en prenant en compte les multiples motorisations, boîtes de vitesses, teintes, jantes et équipements optionnels, il est possible de créer plus de 500 000 voitures différentes !
9 coques de clés sont disponibles !
9 coques de clés sont disponibles ! Fiat
L'option ultime : la bache en forme de... Fiat 500 !
L'option ultime : la bache en forme de... Fiat 500 ! Fiat
Mais ce n'est pas tout. Fiat s'est également inspiré de l'expérience BMW-Mini pour les évolutions à venir de la gamme. Comme BMW qui a remis au goût du jour la signature Cooper et John Cooper Works, le constructeur italien apposera le badge Abarth sur sa nouvelle 500... comme au bon vieux temps ! Cette petite sportive devrait arriver courant 2008, équipée d'un petit 1.4 suralimenté dont la puissance avoisinerait les 150 ch. Un kit carrosserie un peu plus « viril » devrait lui assurer les faveurs d'une clientèle plus masculine que celle des 500 normales... comme avec une certaine Mini Cooper S !
Le troisième chapitre de la renaissance de la Fiat 500 interviendra dans une phase ultérieure, avec le lancement d'un break destiné à reprendre le flambeau des Giardiniera... et à offrir une alternative meilleur marché à la Mini Clubman qui sera dévoilée au prochain salon de Francfort. Certains se prennent même à rêver à un cabriolet « Cinquecento », voire d'un dérivé SUV réutilisant la cinématique de la Panda 4X4 !
La nouvelle Fiat 500 marche donc dans les pas de la Mini. Si elle suit cette logique jusqu'au bout, le succès devrait être au rendez-vous, et avec lui des marges bénéficiaires conséquentes pour Fiat. Cela faisait tellement longtemps...
Tout comme la Grande Punto, la 500 sera déclinée en version sportive Abarth
Tout comme la Grande Punto, la 500 sera déclinée en version sportive Abarth Fiat
le break 500 entrera en concurrence avec son inspiratrice, la Mini Clubman
le break 500 entrera en concurrence avec son inspiratrice, la Mini Clubman BMW
article précédent  Comment Fiat a ressuscité la 500

Page précédente
Comment Fiat a ressuscité la 500

article suivant  La légende Fiat 500

Page suivante
La légende Fiat 500

Partagez

réagir

Commentaires