< retour

Essai VOLVO V70 T6 AWD

Jean-François Destin le 16/10/2007

Spécialiste du break loisirs haut de gamme depuis un demi siècle, Volvo vient de franchir encore une étape avec le nouveau V 70.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Spécialiste du break loisirs haut de gamme depuis un demi siècle, Volvo vient de franchir encore une étape avec le nouveau V 70. Plus long de 15 cm pour atteindre 4.82m, il s'écarte définitivement d'un style conventionnel en adoptant un design moins anguleux. Il est aussi le premier de la lignée à proposer en version T6 un 6 cylindres en ligne de 3.2 l dérivé de celui de la S80 apparu au printemps 2006. Grâce à l'apport d'un turbo, cette noble mécanique de 285 chevaux installée en position transversale permet 245 km/h en pointe et un 0 à 100 km/h en 7,2 secondes. Lumineux, clair et beaucoup plus spacieux pour les occupants installés à l'arrière, l'habitacle approche, à quelques composants près, les standards des spécialistes allemands en cumulant des équipements « premium » comme les sièges en cuir, une planche de bord épurée et un hayon électrique.

Souverain sur la route, le nouveau V70 l'est aussi sur la neige grâce à sa suspension pilotée et à sa transmission intégrale de série AWD. Via un embrayage hydraulique à commande électronique, ce système répartit la puissance sur les deux essieux en fonction de l'adhérence de chaque roue. Chantre et précurseur d'une sécurité passive globale, Volvo propose en option (+ 1900 €) un radar anti-collision « intelligent ». Faute d'une intervention du conducteur, il déclenche automatiquement le freinage et interdit tout choc avec la voiture qui précède. Sommet de la gamme, le V 70 T6 est facturé 51.020 € et 56.320 € en fonction de la finition.

Voir plus de photos

Sur la route

En s'installant au volant de la nouvelle V70, on redécouvre l'univers Volvo, avec cette volonté chaque fois affirmée d'essayer de concurrencer les marques allemandes « Premium ». Eu égard à ses dimensions accrues, l'impression d'espace intérieur ne prévaut pas. Peut-être du fait de l'implantation haute des sièges et du galbe de la partie avant du pavillon. L'épaisseur des montants de la baie de pare-brise limite aussi la visibilités de trois quarts avant. Malgré ses efforts, le constructeur suédois n'atteint pas la finition observée chez Mercedes, BMW et surtout Audi. A preuve la piètre apparence des plastiques durs de la planches de bord. Même déception avec les inserts de plastique rayé façon aluminium brossé. La console centrale fait aussi appel à des matériaux de moyenne gamme et à un plastique dur beige très salissant sur notre modèle d'essai. Seule, l'entourage de la grille de commande de boite en alu véritable fait de l'effet. On regrettera aussi la curieuse implantation de l'écran de navigation escamotable au dessus de la planche de bord. Ecran qui sort automatiquement de son logement pour relayer l'image de la caméra de recul dès que l'on enclenche la marche arrière. Enfin, Volvo comme beaucoup d'autres constructeurs a cédé à cette mode inutile du boîtier et du bouton poussoir de démarrage et d'arrêt du moteur. Une complication et une perte de temps par rapport à une simple clé à tourner dans un barillet. Fort heureusement, on trouve à bord des sujets de satisfaction au niveau notamment des sièges très confortables. Une sellerie cuir que l'on retrouve en version Summum sur les garnitures de portières. A l'arrière, les occupants trouvent rapidement leurs aises au niveau des jambes. Dommage que l'encombrement de l'assise ne permette pas vraiment de glisser ses pieds sous les sièges avant.

Mais au-delà d'un jugement d'aspect toujours subjectif, le break V70 T6 recèle des qualités dynamiques incontestables. Sans doute un peu trop gourmand (17 litres en moyenne aux allures soutenues sans plus !), le nouveau 6 cylindres en ligne suffisamment compact pour être installé tranversalement offre un grand agrément de pilotage. Souple, très réactif et épaulé par une boite automatique « Geartronic » à 6 rapports bien étagés et surtout une suralimentation adaptée, il permet d'assurer de fortes cadences sans jamais montrer une quelconque inertie. Avec la possibilité en passant en mode séquentiel d'obtenir des passages de rapports plus rapides et presque sportifs. Excellent, le châssis très rigide offre une agilité et une maniabilité étonnantes compte tenu du gabarit et des dimensions du V70 mais aussi de la présence d'une transmission intégrale. Cette dernière assure une bonne motricité sans pénaliser l'équilibre de la voiture par des accès de sous-virage en entrée de courbe. Enfin, la direction asservie à la vitesse (en série sur finitions Momentum et Summum) et le freinage sont au diapason des performances. Suréquipée, notre V70 T6 bénéficiait de l'optionnel châssis actif à suspension pilotée à trois lois (+ 1500 €). A partir de trois boutons implantés sur la console centrale devant la commande de boite, le conducteur peut choisir entre « Comfort », « Sport » et « advanced ». En croisière, le mode « Comfort » assure un transport royal aux quatre occupants sans pour autant dégrader l'amortissement. Le mode « sport » réduit la légère prise de roulis et rend la direction plus directe. Quant au mode « Advanced », il durcit encore un peu plus les amortisseurs mais apparaîtra superflu. Volvo indique qu'il est dédié à « une conduite énergique sur l'asphalte » ! On pense à un circuit mais il est peu probable que la clientèle « familles aisées » visée songe à aller faire des chronos le dimanche sur une piste fermée.

À retenir

Volvo n'a de cesse de rattraper, en image comme en qualité produits, les spécialistes allemands. L'approche luxe, prestige et haute technologie du nouveau break V70 T6 milite en ce sens. D'autant que l'équipement est pléthorique. Se parer d'une véritable griffe tout en déclinant un style original et audacieux prend du temps. L'originale petite C30 a ouvert une voie intéressante mais il faudra revisiter toute la gamme jusqu'à la S80 bien fade face aux berlines d'outre Rhin. Si le V 70 ne manque pas d'atouts, on peut, pour un prix voisin, s'offrir une A6 Avant Quattro ou faire beaucoup d'économie en optant pour une Volkswagen Passat Variant traction intégrale et boite robotisée DSG.
points fortsDesign en grand progrès, 6 cylindres tonique, grand confort (avec la suspension pilotée), comportement routier, motricité, insonorisation, boite automatique, freinage, sécurité passive au top.
points faiblesPrix élevés, composants intérieurs peu flatteurs, consommation, poids, politiques d'options à l'allemande.
14.8

20
Les chiffres
Prix 2007 : 56 320 €
Puissance : 285 ch
0 à 100km/h : 7.2s
Conso mixte : 11.3l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 9/20

Autres articles pouvant vous intéresser

VOLVO XC40 T5 AWD Geartronic 8 First Edition
VOLVO XC40 T5 AWD Geartronic 8 First Edition

Volvo s'attaque au marché des SUV compacts chics avec ce XC40. Avec son look...

VOLVO XC60 D5 AWD
VOLVO XC60 D5 AWD

9 années et un million d'exemplaires se sont écoulés depuis le lancement de...

VOLVO V60 Polestar
VOLVO V60 Polestar

Volvo a osé dévergonder son break V60 avec la complicité du préparateur...

Tous les essais VOLVO
ASTON MARTIN DB11 V8
ASTON MARTIN DB11 V8

Tout juste commercialisée, la sublime Aston Martin DB11 s'offre une nouvelle...

ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio
ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio

Non content d'afficher des performances de supercar, le nouvel Alfa Romeo...

LAND ROVER Range Rover P400e Autobiography
LAND ROVER Range Rover P400e Autobiography

Le Range Rover s'offre un lifting et se décline désormais dans une version...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires